Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Provencao : Mes dix ans fleuris [concours]
 Publié le 04/05/22  -  11 commentaires  -  1236 caractères  -  156 lectures    Autres textes du même auteur

Je choisis le thème du « temps de rêver » du poème Tant de temps de Philippe Soupault.


Mes dix ans fleuris [concours]



Ce texte est une participation au concours n°32 : Le temps dans tous ses états
(informations sur ce concours).





Écrasé sur la vitre glacée, le nez, rougi,
Mes yeux embrassent, au loin, mes dix ans fleuris…

Gai comme le pinson, sautillant dans les flaques d'eau,
Au matin gelé, mes doigts engourdis, pâlots,
Je ramasse les pignes de pin, à l'orée du chemin des « ormeaux »,
Et les dépose dans mon panier, à l'ombre de Rachel.

Sur ses cheveux bouclés, à l'aurore de l'automne,
Nos rires sèment, au lointain, nos échos peu sages.
Sous l'insouciance frêle de l'arrière-saison,
Nos mains liées à jamais cueillent l'enfantillage…


Papi, papi… on joue à la dînette ?

Déborah a gommé mes dix ans, suspendus en pointillés,
Et déposé le beau à mon enfance envolée.
J'abandonne Rachel à mes souvenirs nourris, déliés
À nos ombres formant les mots, aux âges pourprés.

Le temps de rêver se balance ourlé des cœurs dans l'oubli.

Écrasé sur la vitre glacée, le nez rougi…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Cristale   
19/4/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un joli poème, je dirais même qu'il est gracieux, d'une écriture fluide et harmonieuse qui s'exprime de façon aussi visuelle qu'onirique.
Je connaissais un certain front contre la vitre, aujourd'hui je découvre un nez rougi écrasé sur une vitre glacée. Premier vers, dernier vers.
Des songes à la réalité, la forme me plaît bien avec sa mélodie de rimes ici et là.
Bonne chance pour le concours.
Cristale

   wancyrs   
21/4/2022
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Salut,

Le thème est bien respecté, et il y a un quelque chose d'innocent dans ce texte qui séduit, malgré quelques clichés comme "Gai comme un pinson" et une expression comme "cueillent l'enfantillage" que je trouve tiré par les cheveux. Je trouve qu'il ne se passe pas vraiment grand chose, ni rien de consistant à se mettre sous la dent. Le décor est mis, mais après ? Je termine ma lecture avec un arrière-goût d'inachevé sur la langue. Au final, le thème est bien effleuré, mais traité trop en surface pour m'éblouir vraiment.

Une autre fois !

Bonne chance pour le concours !

   Donaldo75   
22/4/2022
 a aimé ce texte 
Un peu
C’est un gentil poème plein de bonnes intentions. Le thème est bien traité et c’est ce qui compte en premier dans ce concours je crois. Pour ce qui est de la forme, je n’en suis pas adepte car elle me semble tendre mais naïve et saupoudrée de barbe à papa. C’est trop sucre et miel à mon goût, surtout pour du libre dont j’aurais attendu de plus oser, de mieux utiliser la surface de la page pour déblayer le terrain et construire un édifice plus remarquable. Ici, la narration reste la majeure de ce poème et cela ne va pas plus loin. Dommage.

   Cyrill   
22/4/2022
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Retrouver ses dix ans le temps d’un rêve puis se réveiller papi, ah là là comme le temps passe ! Je me suis posé des questions torturées : cette Rachel du passé serait-elle devenue la mamie de Déborah ? Rien ne le dit et puis ça n’a pas d’importance.
J’ai trouvé l’écriture un peu maniérée, limite précieuse, et souvent encombrée d’épithètes se succédant et qui obligent à des virgules en pagaille et rendent la lecture peu fluide.
J’ai bien aimé « cueillent l'enfantillage ».
L’ensemble du poème me semble manquer de sobriété, à l’image de ces points de suspension surnuméraires.

   AnnaPanizzi   
4/5/2022
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour

Une écriture déliée, même si pas originale, pour évoquer cet enfant au nez rougi. C'est très bien. Et vous êtes parfaitement dans le thème du concours. Le problème, c'est que ces souvenirs d'enfance, source inépuisable, ne sont pas narrés avec le souffle épique qu'il aurait fallu, ça reste trop au-dedans de l'auteur et livré comme un édulcorant au lecteur. Vous n'y mettez mettez pas assez d'ardeur, de vouloir, vous restez trop en surface pour qu'on puisse ouvrir l'album photo avec vous et prendre un chocolat chaud devant la cheminée avec vos protagonistes. Dommage...

Bonne chance !

Anna

   Vero   
4/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Outre le thème du concours parfaitement respecté, j'ai bien aimé cet écrit nostalgique de l'enfant dont le temps a ridé le front et blanchi les cheveux.
C'est beau de rêver, de se souvenir des instants heureux de l'enfance, même si, au final, la mélancolie l'emporte.
La forme libre n'est pas ma préférée, c'est vrai, mais la lecture est fluide et ma foi, agréable.
Bonne chance pour le concours.

Edit: modifs apportées entre temps.

   pieralun   
4/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien
Un petit retour en enfance avec ses quelques poncifs, le froid, les flaques, les chemins, les rires, l’aurore, l’automne, les premiers emois, puis la vie, puis l’oubli…..

Un gentil petit texte

   papipoete   
4/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour
Le bonheur d'avoir connu et vécu une enfance dorée, de cet or de cheveux bouclés d'une Rachel, amie que nos doigts liés avaient scellé pour l'éternité... et un peu... plus tard, se réaliser papi que Déborah hèle pour jouer.
NB le nez rougi collé contre la vitre glacé, comme le temps a passé depuis cette image que l'on a tous connu, mais qui ne nous dissuadait pas de sortir, pour aller " semer les rires de nos enfantillages "
Un petit poème charmant que l'on souhaiterait à tous les enfants de la Terre, plutôt que la rréalité d'avec des adultes vivre dans une cave à Mariupol...
Toute une vie condensée en quelques vers, jusqu'aux cheveux gris, le nez contre la vitre, et rêver...
le thème du concours est bien tenu.

   LeopoldPartisan   
4/5/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Personnellement, je lis rarement les poèmes d'un concours, je n'aime guère le principe d'écrire sous quelques contrainte que ce soit (vieux réflexe soixante-huitard), mais là j'ai été subjugué par ce très beau texte qui hormis qu'il semble respecter les consignes, n'en est pas moins un cri du cœur. Une jolie introspection sur l'âge béni de nos 10 ans, âge où l'on devine que bientôt le changement va se produire tout en gardant cette innocence dont tout le reste de notre vie nous garderons la nostalgie, oserai-je la mélancolie.
L'auteur par des mots simple m'a touché profondément par les prénoms utilisés où l'on sent une bien belle âme de son auteur. bravo, j'adhère complétement tant à la forme qu'à l'idée exprimée.

   BlaseSaintLuc   
5/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je viens de capter qui est Déborah, mais aussi je crois l'auteur, ( et c'est gênant pour la partialité du commentaire)

Bon il y à donc un papy qui se souvient d'une façon très poétique de ses 10 ans .

C'est raccord avec le thème choisi aussi.

   socque   
26/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien
Ayant cru à tort identifier l'auteur de ce poème, je n'ai pas commenté avant la levée de l'anonymat.
Un poème qui m'a touchée mais pas bouleversée, peut-être parce que certaines manières de dire les choses m'ont paru… ben, maniérées, ainsi
Le temps de rêver se balance ourlé des cœurs dans l'oubli.
Utiliser des cœurs pour ourler le temps de rêver, je me dis que ça ne doit pas être bien pratique. Je n'arrive pas à me représenter l'idée. Mais j'ai aimé le panier à l'ombre de Rachel et le narrateur soudain arraché à sa rêverie, précipité dans l'ici et maintenant, par la voix de sa petite-fille.


Oniris Copyright © 2007-2022