Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
marogne : Impressions du soleil levant (3)
 Publié le 04/04/08  -  4 commentaires  -  3413 caractères  -  12 lectures    Autres textes du même auteur

Tokyo toujours, et un clin d'oeil à Nara


Impressions du soleil levant (3)



XXV

Litanie matinale, étrange lieu que cette froide entrée de marbres glacés. Ils passent, un regard vers l’officiant, parfois, sourire toujours.
Ohayougozaimasu !
Comme un chant murmuré qui emplit l’immense espace.
Célébration de l’Entreprise.


XXVI

Les yeux rivés sur l’écran, confortablement installé.
Un casque pour s’isoler.
Immense parc, foule du dimanche, cris, courses, ombrelles.
Il reste là seul, dans la foule, dans son film, sur sa chaise longue.


XXVII

L’eau des canaux comme une invitation au voyage.
Eaux sombres et plates.
Nauséabondes.
Il n’y a plus d’horizon.


XXVIII

Silence.
Murmure du bois qui mélange le thé.
Le temps.
Le temps passe, immobile.
Le geste toujours, attention de tous.
Le temps.
Tradition.


XXIX

Infirmière en uniforme.
Elle sert à la cruche le mélange.
Un couple, trois jeunes, deux collègues de travail.
Triste gaité ! Y croient-ils ?


XXX

Les rayons en sont remplis.
Des montagnes de savoir.
De magnifiques joyaux illustrés.
On voudrait pouvoir, impuissants.
Comme perdus dans un labyrinthe.
Idéogrammes !


XXXI

Des gongs, des cris, mouvements, costumes.
Musique.
Ils défilent, absorbés, danse immémoriale.
Un souffle d’espace, de beauté dans l’empire de la consommation.
Ikébukuro.


XXXII

Il est agenouillé.
Elle, radieuse, suit sa main, cherche à saisir le mouvement insaisissable.
Bulle de complicité, d’amour.
Les feuilles tombent doucement sur l’eau calme, l’enflammant.


XXXIII

Violets, jaunes, blancs.
Rouges, pourpres, noirs.
Déchirés, dispersés, uniques.
Bleus sur leurs tiges vertes.
Comme une vague qui déferle.
Beauté.


XXXIV

Tous en costumes sombres.
Des kimonos comme des fleurs éclairent la scène.
Sérieux, hiératiques.
Il ne faut pas sourire.
Le couple, devant, perdu.


XXXV

Il y a en des milliers.
Souhaits, prières, espoirs, détruits par la pluie.
Âmes mises à nu, une à une, avec foi.
Tentatives vaines, appels au secours.
On passe devant. Indifférent ?


XXXVI

Au fond le temple flamboie dans la nuit.
Les volets fermés, les magasins semblent abandonnés sous les branches de cerisiers factices.
Les passants hésitent entre curiosité et dévotion.
Instant de calme loin de la folie de la journée.


_________________________

25 : Entrée de MHI, le gardien, Shinagawa, Tokyo
26 : Dans le parc Meiji, Tokyo
27 : Canal sous l’autoroute aérienne, nord du Parc Impérial, Tokyo
28 : Cérémonie du thé, Karatsu
29 : Dans un bar de Karaoké, Tokyo
30 : Frustration chez un bouquiniste, Tokyo
31 : Défilé de troupes de danse classique, Ikebukuro, Tokyo
32 : Grand père montrant un poisson à sa petite fille, Jardin en automne, Kamakura
33 : Plantations d’iris en juin, jardin du temple Meiji, Tokyo
34 : Photo de mariage, Nara
35 : Support de prières sur bandes de papiers (ou de bois), … , Tokyo
36 : Galerie marchande, Asakusa, Tokyo.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   widjet   
5/4/2008
 a aimé ce texte 
Un peu
Ces impressions me font une moins bonne...impression et m'interpelleent moins que les précédents qui m'avaient grandement plu. Reste l'exotisme du voyage.....

J'attends les prochaines. Vite ! :-)))

W

   Ariumette   
9/4/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Des descriptions eclair qui ne m'ont pas touchées. L'idée de mise en forme me plait mais tes impressions manquent... comment dire... d'éternité et de simplicité poétique.

   Bidis   
22/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai moins aimé, j'ai dû relire plusieurs fois pour retrouver un peu de la magie des deux premiers poèmes. Et j'en ai retrouvé quand même...

   Anonyme   
26/8/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
L'auteur a dû séjourner un certain temps au Japon et il en connaît bien des recoins... Mais cette fois-ci, le charme s'est rompu doucement, et je n'ai pas été envoûtée comme auparavant. J'ai cependant aimé le grand-père...Mais que de travail...


Oniris Copyright © 2007-2019