Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
mattirock : Croc
 Publié le 15/10/17  -  9 commentaires  -  582 caractères  -  202 lectures    Autres textes du même auteur

Vision d'un monde esclave de l'esclavagisme, massacré par ses massacres.


Croc



Croc morcelé d’ivoire
Aux reflets sang
Des jugulaires tranchées d’espoir
Sous la lèvre la dent

Massacre quand tu prends la fuite
Pour t’abstraire à ton âme
Tu chanterais l’occiput d’élite
Qu’il faudrait donner aux femmes

Celles qui ruissellent sous les ponts
Les rivières d’avant-guerre
Les rombières fortes et canons
Des prétextes dans les filières

Le textile toujours, à l’avant-garde
Jean-Paul Gauthier, zéphyr, vilain
Sur le dos d’enfants malades

Sous la peau les crocs d’airain


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   PIZZICATO   
15/10/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
J'avoue que je me suis un peu perdu dans certaines de vos images.
" l’occiput d’élite
Qu’il faudrait donner aux femmes " ??
" Les rombières fortes et canons
Des prétextes dans les filières " ??

" Des jugulaires tranchées d'espoir " l'auteur fait-il allusion à des égorgements (dans ce cas pourquoi espoir ?) ou bien des liens de maintien (symboles de soumission) dont on tente de se libérer...

Seule la dernière strophe m'a paru claire dans son fond.

Trop de questions qui m'empêchent de rejoindre l'idée émise dans l'exergue.

   papipoete   
16/10/2017
bonjour mattirock,
Je lis, puis relis à haute voix, mais mon cerveau ne percute pas la gâchette qui ouvrirait la connexion avec vos lignes !
Cela ne semble pas une histoire " à l'eau de rose " ; peut-être un rapport avec les habits " en peau de bête " ?
Je suis désolé, mais mon regard jette l'éponge !

   Pouet   
16/10/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bjr,

C'est une sorte de "victime de la mode" comme le disait ce bon vieux Mc Solaar?

Une opposition entre le futile et le vital? Le dérisoire de l'accessoire...

J'ai bien aimé quoiqu'il en soit, ce "croc" est ma foi bien tranchant.

Le dernier vers laissant à penser que l'Humain se bouffe lui-même, ce qui semble difficilement contestable...

   Asrya   
17/10/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Je me lance en tentant (probablement en vain) de comprendre le sens des images que vous nous livrez avec ce texte.

Je n'ai pas compris les premières strophes.
Celle concernant le textile me paraît plus clair et me paraît dénoncer (au sens étendu) les conditions dans lesquelles l'Homme se fait un business sur le dos des "enfants", ou des travailleurs au sens plus large j'imagine, traités de manière miséreuse afin de fabriquer ce tissu et ces vêtements dont chacun dispose ; inutile de faire un discours plus long, j'imagine que la majorité de nos armoires regorgent d'habits plus accessoires que nécessaires.

Alors je me suis dit... est-ce que le texte ne parle que de textile, et que de cette forme d'esclavage/massacre ; où y en-a-t-il d'autres ?

J'ai relu et je vous livre ce que j'en ai... tiré (puis-je seulement espérer ne pas m'être trop éloigné du message envoyé...)

Croc, ivoire, massacre ; j'ai pensé au braconnage ; "sous la lèvre et la dent" me paraît être en accord, après... je doute que le message soit si simple et peut-être est-il davantage imagé. Les "jugulaires tranchées d'espoir" peuvent représenter la pression que l'on peut mettre aux travailleurs ; esclaves de leur espoir, d'avoir de quoi se mettre quelque chose sous la dent ?

L'occiput d'élite... alors là... ça me refroidit.
Peut-être que cette strophe est un message féministe qui viserait à promouvoir la liberté/égalité entre hommes et femmes ; cette dernière s'adressant directement au "Massacre" avec l'utilisation du "tu", est peut-être un moyen de dire que l'Homme se disculpe des massacres qu'il commet de la même manière qu'il tend à faire croire (?) que les femmes seront un jour aux places d'élite ? (je ne sais pas dans quoi je me lance là mais pfiou... j'essaie n'importe quoi...)

La troisième par contre.
J'ai beau chercher quelque chose qui me satisfasse... c'est compliqué.
Toujours un message féministe ? En lien avec la parité homme-femme dans les divers corps de métiers ? Qu'en est-il de leur savoir faire ? Juste bonnes à combler les statistiques ? Je ne sais pas... vraiment, là... je suis perdu.

Ceci-dit... j'apprécie les sonorités.

Tout cela pour dire que... j'ai essayé.
Vraiment, de comprendre quelque chose à votre poème.
Paraît-il qu'il n'est pas nécessaire de comprendre la poésie.
Encore faut-il qu'elle évoque quelque chose pour le lecteur ?
Elle m'a évoqué certaines choses, que je vous ai transcrites plus haut... et si le message que vous souhaitiez passé n'était pas celui-là alors... vous avez fait passé un message que vous ne désiriez pas faire passer.
A méditer.

Merci pour la lecture,
Au plaisir de vous lire à nouveau,
Asrya.

   marin   
17/10/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je n’ai pas tout compris. Le thème me semble nébuleux, et pourtant je suis moi-même adepte des nébuleuses, des ellipses, des sens cachés, des images tarabiscotés...
Mais il y a quelque chose d’intéressant dans les sonorités et j’ai bien aimé la première strophe, ainsi que la phrase finale.

   Ananas   
17/10/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Hello,

j'ai beaucoup aimé votre manière de traiter le sujet.
Ni trop, ni trop peu, une concision qui fait mouche avec des mots forts et des images qui claquent, qui choquent.

J'ai l'impression que votre poème balaie plus de sujets que rien que la superficialité de la femme, de la mode, je pense que vous englobez le massacre des animaux pour ce faire, l'esclavagisme (comme repris en exergue), peut-être même que les jugulaires se réfèrent aux femmes girafes et leurs colliers, ou aux crocs tout simplement, qui s'y planteraient... je sais pas...les diktats de la recherche à la commercialisation d'une société qui consomme bêtement... sans même penser aux conséquences, sur le monde, donc sur lui-même.

Bref, j'aime bien quand on arrive à s'engager en poésie.
Merci.

   Anonyme   
19/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un texte "piquant, dès les premiers mots lus.
Les choses sont dites, les mots sont aiguisés.
Ils lacèrent la réflexion l'obligeant à plus d'attention,
parce ce qu'ils énoncent, dénoncent, est important.


Et puis me vient cette expression "avoir la dent dure",
pour qualifier vos propos, mais dans son sens atténué
tout de même, toutefois bien présente.

Il y a des phrases chocs :

"Des jugulaires tranchées d'espoir"
" Massacre quand tu prends la fuite"
" Sur le dos d'enfants malades"

Il devient nécessaire de mieux savoir le pourquoi et le comment
de ce qui nous revêt ... Il n'est plus possible de feindre l'ignorance.

   Anonyme   
20/10/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Un (s) à - Croc - n'aurait à mon sens pas été du luxe, parce que avec tout ce que vous voulez dénoncer...
Car en fait je trouve que ce poème dénonce en tous sens et en trop court.
Ici on passe vraiment du coq à l’âne.
Massacre pour l'ivoire, pour la fourrure (Jean-Paul Gauthier le laisse entendre), le travail infantile (et qui plus est d'enfants malades).

De bonnes images:
- Sous la lèvre la dent
- Les rivières d'avant guerre
- Les rombières fortes et canons

De bonnes résonances internes:
rivières/rombières
prétextes/textiles


Mais trop fouillis.

   Donaldo75   
2/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Mattirock,

Ce poème se résume bien par son titre.
Il est tranchant.
L'impact est d'autant plus fort que les images sont évocatrices.

J'aime beaucoup ce tercet sans concessions:
"Le textile toujours, à l’avant-garde
Jean-Paul Gauthier, zéphyr, vilain
Sur le dos d’enfants malades"

Bravo !


Oniris Copyright © 2007-2020