Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
mattirock : Ten million slaves
 Publié le 25/07/18  -  8 commentaires  -  1130 caractères  -  159 lectures    Autres textes du même auteur

Adieux au soleil.


Ten million slaves



Mes mains sur ta peau le soleil claque
Tabouret t’es assise t’attends
Ma main sur ta nuque mes mots qui sortent
Pour dire bye

Tes pieds sont nus ils grattent la terre
Je ne reviendrai pas
Je te laisse la caravane
M’en veux pas

J’ai laissé une cassette
Traîner dans l’évier
Y a une chanson
Que j’aime bien mais je sais plus exactement à quel moment peut-être
Entre Dylan et Taylor.

Devant moi le désert
Devant moi la terre
Devant moi le vent
Derrière moi, plus rien.

Plus rien qu’un bout de toi
Sur un tabouret
Les cheveux qui dansent
Et les pieds qui grattent

Derrière tes lunettes
Je sais pas si tu pleures
De toute façon
Je rentre vers trois heures.

Je rentre tout le temps
Je te laisse jamais vraiment
Le soleil claque il me claque il me met une claque
Tu m’en mets aussi,
Mais des moins fortes
Désolé, ha.

Tu fais voler le tabouret
Tu dis ça suffit mais j’ai chaud
Je vais à la ville
Boire un coup.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
12/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Un bon poème libre et moderne à mes yeux.
Un savant mélange de langage presque familier et de rares images poétiques.

Un peu comme si ce poème était un "premier jet" qui aurait été retravaillé pour prendre toute sa puissance.

Le fond, bien sûr est tellement parlant, tellement évocateur des ces couples où l'un des deux , addict, ne sait se défaire de son addiction et n'a d'autre avenir que de "rentrer à la maison", et de trouver "bras ouverts".

Je n'ai pas compris le titre, vous nous expliquerez....

   MonsieurF   
15/7/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Je ne classerais pas ce texte en libre, plutôt en chanson/slam. Le rythme, les sonorités donnent plus l'impression d'une chanson, que d'un poème.
Ce n'est pas un texte désagréable à lire, c'est assez rythmé, plutôt bien écrit. Le fond ne m'a pas transcendé, je n'y ai pas trouvé grand chose. Un peu comme si je lisais un exercice sur les sonorités, plus qu'un texte avec un enjeu. Mais ce n'est pas rédhibitoire. Bref, un texte qui sans être mauvais, ne va pas non plus me laisser un souvenir impérissable.

   papipoete   
25/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour mattirock
j'ai osé toucher ta peau ... la claque ! t'es là cachée derrière tes lunettes, tu pleures ... encore ! Tu me regardes du haut de ton copain le tabouret, Et encore tu râles et vole le tabouret , j'me barre boire un coup !
NB ils s'engueulent tous les jours ; lui s'en va chaque soir, mais revient toujours et toujours !
Un texte qui pourrait se lamenter comme un vieux blues, tout près d'un bayou, et un banjo fatigué en marquerait le tempo !

   jude-anne   
25/7/2018
Mattirock,
J'etais contente de découvrir un de vos poèmes édité ce matin puisque j'avais déjà pu en apprécier quelques uns auparavant.
Celui-ci m'a laissé dubitative. Je ne peux pas dire si je l'aime ou pas tant je le trouve décousu.
Ce qui est particulier, c'est que j'arrive quand même à suivre votre cheminement.
La construction, le style me laisse dans le désarroi.
Peut-être est-ce le sentiment que vous souhaitiez inspiré ?
Dans ce cas, je vous confirme que c'est réussi...
Peut-être aurais-je une confirmation, une explication ?
Je ne mettrais donc pas d'appréciations.
Ne m'en voulez pas, ça ne peux pas matcher à tous les coups.

   PIZZICATO   
25/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le ton est juste, le langage adéquat ; l'atmosphère est bien rendue.

Un amour qui s'est disloqué mais ne parvient pas à s'éteindre complètement ; et la séparation semble pourtant difficile.
"Ma main sur ta nuque mes mots qui sortent
Pour dire bye ".

" Plus rien qu’un bout de toi
Sur un tabouret
Les cheveux qui dansent
Et les pieds qui grattent "

" Je rentre tout le temps
Je te laisse jamais vraiment "

J'ai bien aimé ce texte empreint de vérité.

Je n'ai pas réussi à trouver de relation d'avec ces " millions d'esclaves ".

   Lariviere   
25/7/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour,

J'ai beaucoup aimé ce poème moderne. Sur fond et forme, il est très beau, riche en émotions, malgré, ou grâce, à toutes les libertés de style et de ton...

Bravo à l'auteur et merci à lui pour ces bons moments de lecture. Je lui souhaite une bonne continuation

   Donaldo75   
25/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour mattirock,

Quelque soit la manière dont je lis ce poème, par exemple en essayant de le disséquer (est-ce bien la bonne façon, je ne suis pas persuadé) ou en le scandant comme une chanson, il me laisse toujours cette impression graphique, entre un bout de film de David Lynch et un strip américain.

"Le soleil claque il me claque il me met une claque
Tu m’en mets aussi,
Mais des moins fortes
Désolé, ha. "

La claque, voici ce qui ressort le plus souvent dans ce poème. Et c'est peut-être la clé de lecture la plus facile à utiliser.

Bravo !

Don

   SQUEEN   
25/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai trouvé ce poème très cinématographique, j'ai beaucoup aimé, les répétitions dans la vie comme dans ce texte, vraiment bien vu. Mention spécial à "Tabouret t'es assise t'attends" quelques syllabe et toute une scène. Bravo.


Oniris Copyright © 2007-2018