Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MissNode : En mémoire aux duvets – 3
 Publié le 24/07/18  -  11 commentaires  -  1563 caractères  -  136 lectures    Autres textes du même auteur

Touches de sensualité : fragments.


En mémoire aux duvets – 3



- I -

Pas tout à fait nue sous le chapeau de paille à larges bords
je contemple la lumière de l'eau
sur les écorces en lisière :
qui a dit les arbres sont immobiles ?

- II -

Le son
des lavoirs
des rivières
à cascades
l'eau
des fontaines
calment ces heures
où sèves et parfums
montent aux nymphes.

- III -

Sur leurs lèvres je savoure
de leurs mots les traces d'amour
oubliées.

- IV -

Je me suis allongée
au creux du canapé mauve
j’aurais aimé tes bras
la musique a fait silence
tu n’es pas encore venu
ni le soir ni la nuit.

- V -

Une ballade irlandaise
dans cette poignée de main...
Parfois, la rosée désaltère.

- VI -

Puis vint le temps
aux yeux de se fixer
les uns dans les autres
là se loge le désir
et les regards caressent déjà
le moment doux s’immisce
au creux de la soirée.

- VII -

Une soirée dans un berceau
un fil enroule
sa faveur
de patience
sa ferveur
son silence.

- VIII -

Tes yeux toujours
hèlent mon cœur
caressent les grains
de désir parsemant
ma peau à ta vue.

- IX -

Si chauds
tes doigts
sous ma peau
si froide.

- X -

Pourquoi les humains
croient-ils pouvoir oublier le printemps
le soleil sur la peau
les jupes caressantes ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
5/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Un poème tout en retenue, en silence et en douceur, j'ai apprécié.
C'est un très beau texte, avec des images parlantes (la dernière strophe est magique), fortes (je contemple la lumière de l'eau
sur les écorces en lisière :
Qui a dit les arbres sont immobiles ? par exemple).

Je trouve les strophes 8 et 9 beaucoup plus faibles par contre, trop convenues. Mais le reste est très bon.

   Eclaircie   
9/7/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

J'aime bien votre mise en forme, le poème est assez long et les chiffres romains sont un plus pour aérer le texte et poser des jalons.

Finalement, ses fragments font un ensemble plaisant.

Quelques remarques :
"Qui a dit les arbres sont immobiles ?"
ce vers serait plus élégant en enlevant le verbe "être" assez convenu et pas indispensable.

"montent aux nymphes."
le choix du verbe surprend surtout avec "aux nymphes" en complément.

"au creux du canapé mauve"
"canapé" surprend là aussi, peut-être trouver un terme plus "bucolique" ?

Ensuite, les fragments V à IX nous entraînent dans une chaude sensualité, peu être un peu trop longuement ;
Le fragment X vient vraiment tout bousculer de manière assez désagréable à mon avis.

L'ensemble est irrégulier, peut-être à revoir ? il le mériterait.

Bonne continuation,
Éclaircie

   Vanessa   
24/7/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,
J'ai trouvé votre poème assez délicat mais je n'ai pas été transportée au - delà.
Le dernier vers de la première strophe m'a déconcerté :
Qui a dit les arbres sont immobiles ?
Quelqu'un a t-il déjà dit ça ?
Je retrouve ça dans votre dernière strophe.
Pourquoi les humains croient-ils pouvoir oublier le printemps....?
Vous prêtez ici aux humains un désir qui me semble plutôt peu commun à l'ensemble de l'humanité.

   fried   
24/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
L'ensemble est une belle image, un appel à la tendresse.
J'aime beaucoup le II, je rejoins Eclaicie et me dis que tout aurait pu être épuré de la sorte.
Peut-être est-ce lié à un de vos souvenir mais la poignée de main du V ne m'évoque rien et semble incongrue.
J'ai apprécié les petites touches de sensualité.

   papipoete   
24/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour MissNode
L'héroïne " un peu déshabillée " étend son regard vers la forêt ; écoute des bruits que d'autres ne sauraient entendre ; et rêve à celui pas encore là, qui saura éveiller les " grains de désir parsemant sa peau " !
NB ce volet 3 me séduit, et je vois clairement vos images ; j'entends le son des lavoirs et des rivières et je vois votre peau ...
J'aime particulièrement la 3e strophe !
Un bon point aussi pour la ponctuation sobre, mais bien placée !

   Pouet   
24/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bjr,

Un poème sensuel et très visuel que j'ai ma foi trouvé fort bien écrit.

Tout en suggestion et en délicatesse, la nature et l'amour sort mis en valeur par petites touches pointillistes.

Un très joli tableau que vous nous avez offert là, pour ma part j'ai passé un vrai bon moment.

Au plaisir.

   PIZZICATO   
24/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je dois dire que ce troisième volet de la série m'a un petit peu moins séduit. Peut-être est-ce la façon de dire, plus directe , moins suggérée.
Sauf ici : " calment ces heures
où sèves et parfums
montent aux nymphes." ... très sensuel.

Un moment agréable de lecture

   wancyrs   
26/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut miss,

C’est la sensualité qui se dégage de ton texte qui me fait craquer; et dans sa forme, commencer par une question et finir par une question est un procédé qui laisse planer le mystère longtemps après la fin de la lecture... j’aime !
Merci pour le partage !

Wan

   MissNode   
5/8/2018

   Ombhre   
26/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Miss Node,

un beau texte, doux, sensuel, enveloppant.Une quiétude bucolique, en marge - étroite - du désir. J'ai eu plaisir à vous suivre dans ces allées à l'ambiance automnale. Seul la strophe V m'a perdu, je n'ai pas compris ce qu'elle faisait là.

Merci pour la lecture.

   Eki   
11/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Encore un bel écrit de vous...

Les espaces étaient suffisants pour moi pour sauter d'un nuage à l'autre sans les chiffres romains.
Les hommes aux humains dans la dernière strophe auraient eu ma préférence...

Mais je prends, je goûte...à la délicatesse, à la fragilité...
C'est l'éveil sans heurt à votre monde.
Unir sensualité et suggestion pour moi, c'est toujours une prouesse en matière de poésie.
Il faut être à la lisière sans passer de l'autre côté.
C'est comme le funambule, c'est un question d'équilibre...

Eki sous le soleil exactement...


Oniris Copyright © 2007-2018