Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
mattirock : Tomber les rois
 Publié le 20/08/16  -  11 commentaires  -  1249 caractères  -  128 lectures    Autres textes du même auteur

Cet instant précaire, sur un pied d'escabeau, la jambe gauche en l'air, pour atteindre le royaume dangereux du haut de l'étagère, et s'emparer d'un livre-trésor.


Tomber les rois



J’ai grimpé l’escabeau comme un chat de gouttière
Faisant gaffe à mes pieds jusques à la dernière,
Pour ne pas glisser sur une marche piégeuse
Atteindre sauf et sain l’étagère impérieuse.

Du frêle édifice les quatre pieds tremblèrent
D’être si longs et fins sous le poids de ma peur
Et mes jambes valsaient comme un fou sur la mer
Ah ! L’appel du livre quand il vous prend au cœur !

Sournois équilibre vilain lieu pour tanguer
Quand tout le corps vibre dur de garder le calme
Je tends un bras ivre mes doigts comme des palmes
Touchent d’un bout d’ongle la reliure convoitée

Le livre recule quand je gagne terrain
Et je dois de mes pieds me mettre sur la pointe
Les doigts tendus au ciel je ne respire point
Caresse et griffe le dos du voulu bouquin

Mais lors que mes serres sur lui se refermèrent
L’équilibre précaire une fraction brisa
Et mes pieds qui jadis sur le bois reposèrent
Battirent le vide jusques à mon trépas

Du sommet de l’échelle au sol dur et très froid
C’est avec Machiavel, Voltaire et puis Dumas
Que ma chute mortelle mon âme délivra ;
Elle s’en fut avec les qui de l’écrit sont Rois !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Cristale   
4/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Malgré tout c'est un bien grand honneur pour cette âme que de partir avec "les qui de l'écrit sont rois"...
Le dodécasyllabe (celui qui nargue l'alexandrin mais qui n'est pas un alexandrin) se promène avec légèreté sur chaque ligne, les rimes surtout sonores sont pour certaines arrogantes d'insuffisance : Dumas-délivra, d'autres ont le privilège d'une certaine richesse : calme-palmes. Visuellement, cela me laisse perplexe, mais ma rigueur personnelle y est certainement pour quelque chose.
La ponctuation est très discrète, ce qui ne m'a pas gênée dans la compréhension du poème.
L'ensemble est bien tourné, souriant, bref un poème sympathique, jusqu'à...la chute :)
Merci à vous.
Cristale

   dom1   
7/8/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Pourquoi les chefs-d’œuvre et les grands auteurs sont-ils toujours rangés tout en haut ? À part Machiavel, on manque de repères culturels qui donneraint plus de vigueur à votre écrit.

   Zoe-Pivers   
9/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
J'aime beaucoup, c'est très visuel et rocambolesque.
Me vient l'image d'Harold Lloyd suspendu dans le vide à l'aiguille de l'horloge.

Je suis moins conquise par le vers de chute, alors que tous les autres la prépare... Je trébuche à la lecture et j'attendais quelque chose de plus rebondissant, joueur, dans le ton de ce qui précède et qui placerait sans le moindre scrupule au rang de détail, le fait que la chute fut quand-même, mortelle ! Mais c'est l'intention de l'auteur qui compte, et finir si bien entouré c'est quand même pas mal :)

Vous m'avez offert un joyeux moment de lecture, et je vous en remercie.
Zoé

   papipoete   
20/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour mattirock,
Tout peut être sujet inspirateur, l'ascension d'un sommet enneigé, comme celle d'un escabeau pour atteindre des sommets d'écriture !
Et mourir la belle affaire, mais de la sorte, tombé du haut d'une étagère ! Non, ne riez pas car il est ici question de trépas !
NB le récit est enlevé, cocasse malgré l'épilogue ; les inversions au sein des vers peuvent l'oreille, choquer ...

   PIZZICATO   
20/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
<< mourir pour des idées d'accord >> mais pour des écrivains c'est beaucoup moins répandu.
Le récit est amusant, nonobstant les chutes, celle du texte et du narrateur.
Le déséquilibre de certains vers a gêné un peu ma lecture.

   MissNeko   
20/8/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Ce poème réside sur une idée très originale ! Ça change et rien que pour ça bravo. C est drôle, rocambolesque et raconté d une telle manière que j ai tout imaginé !!!
Vraiment rien à dire à part peut être, mais c est une proposition :

Caresse et griffe le dos du voulu bouquin
Le "voulu" pourrait être remplacé par foutu. Ça accentuerait la quête acharnée en équilibre sur l escabeau. Mais c est peut être un peu familier par rapport à l ensemble.
C est juste car "voulu bouquin" je ne trouve pas ça très esthétique à l'oreille.
Merci pour ce partage !!!

   Robot   
20/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Il y a quelque chose, un suspens, qui donne du mouvement à ce texte. On n'est vraiment dans l'attente de la chute dans les deux sens du mot.

J'ai surtout retenu l'originalité du thème, qui est selon ma lecture une métaphore de cette soif de connaissance qui dépasse la raison et met dans l'insécurité.

Pas trop apprécié "du voulu bouquin"

   Johannes   
20/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Il y a six quatrains dont les rimes sont plates, croisées ou embrassées, et parfois assez approximatives. Mais ceci n'a guère d'importance puisque nous sommes en poésie "contemporaine".
J'ai bien aimé, mais je regrette un peu le trépas à la fin qui ne me semble pas vraiment nécessaire et ne contribue pas au comique de l'ensemble.
J'avoue avoir été assez gêné par quelques expressions ("je gagne terrain", "du voulu bouquin", "avec les qui"). Mais sans doute mon français est il trop rigide? Dans la première strophe, je bute également sur "jusqu'à la dernière" du second vers alors qu'on n'apprend qu'une troisième vers qu'il s'agit d'une marche.
D'un point de vue purement subjectif, j'aurais apprécié un peu plus de ponctuation, p. ex. à la fin du septième vers.
Mais je chicane...
Dans l'ensemble j'ai apprécié et je vous remercie pour cette lecture.

   Anonyme   
22/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le titre "Tomber les rois", me pousse à vouloir en savoir davantage, j'aborde la lecture, et je suis agréablement surprise, c'est jubilatoire, c'est si vivant, je suis mot après mot, votre tentative audacieuse.

Me voilà complètement enthousiasmé par la description du déroulement de l'action, aucun détail ne manque de cette rocambolesque tentative. C'est plein d'humour, c'est distrayant, la scène s'imagine sans difficulté. Avec cette lecture vous m'avez fait passer un très bon moment, c'est notable de pouvoir ainsi rencontrer ce genre de poésie.

Mille bravos, c'est là une réussite complète tant par le fond que par la forme.

   archibald   
26/8/2016
 a aimé ce texte 
Bien
C’est toujours plaisant de lire un texte qui repose sur une idée originale ; cela attise la curiosité. Les images sont bien trouvées, bien rendues, avec quelques expressions heureuses… et d’autres moins, déjà relevées dans les précédents commentaires.
J’aurais préféré un traitement plus classique, avec de vrais alexandrins et des rimes plus rigoureuses.
C’est sans doute voulu, mais le derniers vers de treize syllabes est d’une syntaxe pour le moins chaotique.
Je perçois ce texte comme une métaphore de l’écrivain qui cherche à atteindre ces auteurs placés si haut, et qui se vautre lamentablement. Je m’y suis assez retrouvé.

   Raoul   
29/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Moralité : À vouloir ainsi fouiller dans l'"enfer" de la bibliothèque…

C'est un plaisant écrit, très visuel, qui pourrait être une planche de Gaston Lagaffe fourmillante de détails. Le style décontracté adopté mi parodique mi bricolé est assez drôle et aussi fragile que l'équilibre instable dont il nous narre les péripéties. Les injections soudaines du vocabulaire soutenu et des tournures recherchées sont assez savoureuses.
"D'amour, belle marquise…"
Juste la fin… M'enfin !..
Merci pour cette lecture agréable et rafraîchissante.


Oniris Copyright © 2007-2018