Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Vincendix : Le vieux comédien
 Publié le 19/08/16  -  24 commentaires  -  1135 caractères  -  438 lectures    Autres textes du même auteur

Il a ses habitudes dans un bistrot de quartier où il se donne en spectacle.
(Ma galerie de portraits)


Le vieux comédien



Il a le geste lent, la moustache en bataille,
Il traîne sa carcasse au bistrot du quartier,
Ses yeux sont fatigués, le sourcil en broussaille,
Un rictus permanent découvre son dentier.

Ancien comédien, il jouait du Molière,
Ruy Blas, Britannicus, il y mettait le ton,
Sa troupe circulait dans notre France entière,
De Brest à Besançon, de Dunkerque à Menton.

Quand il a consommé quelques chopes de bière,
Il déclame alentour des tirades en vers,
Son visage s’éclaire et sur sa mine fière,
Se lisent les bonheurs, s’effacent les revers.

« Selon qu’il me menace ou bien qu’il me caresse »*
Le public adorait mes qualités d’acteur,
« La cour autour de moi, ou s’écarte ou s’empresse »*
J’étais un grand seigneur, un roi, un dictateur.

L’homme n’entend plus rien, fait fi des moqueries,
Il est sur une scène et joue éperdument,
Ses déclamations deviennent pitreries,
Puis tombe le rideau sans applaudissement.



*Extrait de Britannicus de Racine (le « vous » remplacé par « me » et « moi »)


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Robot   
19/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
La description et le déroulé de lecture fluide apporte une plus value au texte. Très visuel, ce récit sur un comédien déchu. Il ne renonce pas, c'est ce qu'on appelle la passion.
Un exemple de refus de considérer l'opinion établie à son encontre. Une résistance. Je ne vois pas le personnage comme ridicule mais comme quelqu'un d'enthousiaste envers et contre tout.
J'aime bien ce type d'individu qui résiste, non pour la gloire, mais pour l'art, pour ce qui détermine pleinement sa vie et sa personnalité.
Le fond de ce texte est plus profond que l'apparence en première lecture.

   JulieM   
19/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il claque bien ce portrait, sur la toile du réel (le bistrot, où parfois s'échouent des personnages fabuleux) et en plus de sa note classique, ce poème soutient également une profonde humanité et une grande gentillesse.

Une belle générosité de votre part Vicendix.

   Johannes   
19/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai bien aimé cette poésie sur la déchéance d'un vieux comédien.
Le sujet m'a rappelé un conte de Tchekhov que j'avais lu il y a bien longtemps déjà.
Le vieux comédien est-il conscient de sa triste situation, de son déclin? J'aurais tendance à penser qu'à l'instar du père Goriot, il ne veut pas reconnaître la réalité, tout en la devinant bien, au fond.
Merci pour ce partage.

   leni   
19/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
a Vincendix
c'est un texte bien écrit C'est un portrait physique et "mental" Ca sonne juste et vraisemblable

Ancien comédien, il jouait du Molière,
Ruy Blas, Britannicus, il y mettait le ton,
Sa troupe circulait dans notre France entière,
De Brest à Besançon, de Dunkerque à Menton.


joliment dit et sonore


et cecomédien continue à jouer éperdument
j'aime cette façon de direMerci pour ce bon moment Salut cordial Leni

   Lulu   
19/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Vincendix,

c'est avec un réel plaisir que j'ai lu ce poème où vous faites référence à Racine que j'adore, bien que je n'ai pas encore lu "Britanicus"...

J'ai adoré l'expression "moustache en bataille" ; pourtant, dans la vraie vie, je déteste les moustaches... mais là, par cette belle expression vous rendez votre personnage plutôt charmant.

J'ai beaucoup aimé le jeu des rimes et le rythme d'ensemble que je trouve parfaitement maîtrisés.

C'est pour moi un très beau poème.

Tous mes encouragements pour la suite.

   Anonyme   
19/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut Vincent... Voilà un portrait très touchant et fort bien écrit.
On est avec lui dans ce bistrot et on partage sa peine quand tombe rideau. Je sais que beaucoup de vieux comédiens finissent dans la misère, se noient dans l'alcool mais déclament jusqu'à la fin ces vers qu'ils ont tant aimés.
L'extrait légèrement modifié de Britannicus est fort bien amené et l'ensemble du poème est de fort belle facture, tant pour le thème que pour la forme.
Un portrait qui, je l'espère, en amènera d'autres !
Bravo et merci pour tous ces vieux artistes qui le méritent bien...

   Annick   
19/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un portrait croqué en quelques traits efficaces et sûrs ! La déchéance d'un vieux comédien : émouvant sans verser dans le pathos.
Un poème qui pourrait être déclamé tant il roule bien en bouche. :-)
J'aime beaucoup !

   PIZZICATO   
19/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La hantise permanente de l'artiste : ne plus être adulé, tomber dans l'oubli. Pour certains la gloire est tenace, pour d'autres elle est fragile avec le temps. Mais peu importe, dès que les pieds foulent une scène tout s'estompe et ne reste que la passion de ce métier ingrat.
" L’homme n’entend plus rien, fait fi des moqueries,
Il est sur une scène et joue éperdument ".

Ce texte rend parfaitement la situation et l'état d'âme qu'elle engendre.

   papipoete   
19/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Vincendix,
Il n'y a pas si longtemps, on se pressait au théâtre pour le voir et savourer le rôle qu'il interprétait, magistral !
Aujourd'hui la scène continue sans lui, on a presque oublié son nom qui s'étalait en haut de l'affiche .
Il lui arrive encore, aidé par quelques bières, de déclamer alentour des tirades en vers, que des visages moqueurs accompagnent de quolibets, mais il dit son texte, et joue éperdument sous aucun applaudissement ...
NB " bière " se prononce-t-il en diérèse ?

   Hananke   
19/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir

Beau portrait des ces vieux acteurs qui ne peuvent décrocher
complètement.
Sur la forme :
J'aurais mis : J'étais le grand seigneur, le roi, le dictateur
pour une parution classique en évitant le hiatus.

Mais j'aime bien cet ensemble, la description a belle allure.

   MissNeko   
19/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très beau portrait de comédien. J ai aimé la prosodie, les mots employés.
Bravo !

   Ithaque   
20/8/2016
Le descriptif du personnage et de sa "nouvelle scène" (bistrot) sont bien observés par l'auteur et bien rendus!
Il nous donne à voir un clown triste et déprimé, ne se supportant plus dans la vie ordinaire:il "joue éperdument"!
J'aime bien l'attitude respectueuse de l'auteur à l'égard de la détresse d'un homme déchu ou en voie de l'être.Sobriété de bon aloi.
Le dernier vers est sans rémission, mais c'est le prix à payer!
Compliment ,Vincendix!

   troupi   
20/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Vincendix.

La présentation nous laisse supposer qu'il y aura d'autres portraits, (si j'ai bien compris) et c'est avec grand plaisir que je les lirai, car celui-ci est fort bien amené tout au long du texte. Comment ne pas être sensible à la fin de ce vieux comédien pour qui les seuls attraits restent les occasions de déclamer ces vers qui furent toute sa vie.
Merci pour cet attachant portrait.

   Pieds-enVERS   
20/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Vincent

Un passage pour venir applaudir très fort ce comédien !Un portrait tellement vrai que l'on peut le suivre de visu et le faire revivre le temps d'une lecture
Les deux derniers vers montrent le pathétique de l'homme qui croit encore en son art et qui ne se rend pas compte qu'il a vieilli, vous nous le rendez sacrément sympathique !
Superbe comédien .....Merci

   GilbertGossyen   
20/8/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Profondément beau et triste. Et un énorme travail de mise en forme. Merci.

   Vincendix   
20/8/2016

   hersen   
21/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai beaucoup aimé votre poème mais peut-être pas juste en me cantonnant à l'ancien acteur.

j'y lis un sorte de nostalgie, il n'est pas dupe, et pourrait avoir été menuisier possédant un réel savoir, en perdition, du travail du bois mais sans comprendre les méthodes nouvelles pour travailler le bois. Ou plutôt pour faire tourner une entreprise. Puisqu'il n'y a plus que cela qui compte.Ou un autre métier, votre poème marche pour tous. Être un has been et tout faire pour ne pas le reconnaître mais en étant, au fond, très lucide; Ainsi le menuisier sachant des merveilles sur le bois, espérant les transmettre mais ne trouvant personne qui soit intéressé. Sauf un jour, peut-être, un poète du bois; c'est l'espoir de ne pas mourir emportant dans la tombe tant de connaissances.

Sur la forme, vous me connaissez, je ne peux guère critiquer quoi que ce soit en connaissance de cause et de manière constructive; mais j'ai trouvé la lecture très agréable; quelquefois, je me dis que je devrais me mettre à la rime...quelquefois !

merci de cette lecture, Vincendix;

   Brume   
24/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Vincendix,
Que j'aime les artistes!
Et j'ai aimé découvrir votre comédien déchu. Sa passion le rend attendrissant.
Votre héros a une présence, vous lui avez donné une histoire, une émotion, et une parole à la 4e strophe.
On sent le regard bienveillant du narrateur envers le vieux comédien.
La lecture est dynamique grâce à une tonalité vive.

   plumette   
24/8/2016
Bonjour Vincendix

le rythme des alexandrins convient très bien à ce portrait tendre d'un comédien dont le public est désormais celui du bistrot.
je le vois cet homme qui brûle de cette passion de jouer et se moque du regard des autres.

"Son visage s’éclaire et sur sa mine fière,
Se lisent les bonheurs, s’effacent les revers."

merci pour avoir donné vie en quelques rimes bien senties à ce personnage et son univers.

Plumette

   Zorino   
25/8/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Vincendix,
Si je ne suis jamais parvenu à adhérer à ce noble art qu'est la poésie, c'est pour ce côté bien trop souvent incompréhensible que je lui attribue de manière personnelle, qui m’empêche de m'épanouir durant la lecture et crée en moi une forme de tension, m'obligeant dans la plupart du temps à cesser ma lecture en cours de route tant le sentiment de frustration devient gênant.
Mais en lisant la vôtre de poésie Vincendix, rien de tout cela. Voilà le genre de poème que j'apprécie à sa juste valeur. Le message est touchant, le rythme coule de source, les rimes sont riches et déjà se laissent deviner avant même de parvenir au terme du vers, pas de groupes de mots compliqués voire incompréhensibles qui pourraient obstruer ma lecture, la musicalité des vers crée en moi un plaisant sentiment. Bref, là où certains puristes auraient peut-être la critique fielleuse à l'égard de votre texte, vous aurez certainement compris que la mienne est gratifiante. Une belle réussite.
Sous votre plume, je reprendrais bien un vers quand vous voulez ! Et même 2, pourquoi pas.
Merci pour ce partage.
Z

   Miguel   
29/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un portrait à la fois plein de réalisme et de poésie, comme quoi cette dernière trouve sa place partout ; question de talent. Je vois ce comédien, je l'entends, j'ai presque envie de lui offrir une bière et de lui donner rendez-vous pour le retrouver ici, demain. Et si j'y étais vraiment, il en aurait, des applaudissements. Je me contenterai de les adresser à l'auteur qui parvient en quelque sorte à sublimer la déchéance.

   Cristale   
30/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Vincendix,

Je pensais avoir commenté ce poème, visiblement il n'en est rien. Quoi qu'il en soit, je sais l'avoir lu plusieurs fois et apprécié, mais, sans commentaire écrit, vous ne pouviez pas connaître mon ressentis.
De la scène à la rue, pour les artistes, quel que soit leur art, il n'y a qu'un pas, certains n'y survivent pas.

Vous brossez le tableau d'un homme en pleine déchéance dont la passion et le talent restent indemnes. Vos images font écho à une voix qui déclamait fortement des vers superbes en déambulant les nuits dans les rues près de chez moi sans que je n'en ai jamais vu le protagoniste et puis, la voix c'est tue. C'était peut-être "votre" ancien comédien qui aurait changé de ville...

Vos images sont parlantes. Je vois le sourire qui illumine son visage ; les réverbères deviennent des grosses lampes de scène, les quelques badauds et buveurs nocturnes sont ce public qui l'adore et l'acclament.
Sa richesse demeure dans la liberté de ses rêves éveillés où les applaudissements résonneront à jamais.

Juste dommage les hiatus" roi-ou" du vers 15 et "moi-un" du vers 16 pour accéder au classique.

Triste histoire joliment racontée.
Merci Vincendix.
Cristale

   Donaldo75   
25/6/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Vincendix,

Je continue mon tour des poètes d'Oniris, de ceux qui m'ont enchanté ces derniers mois.

Ce poème se lit tout seul; il est tellement visuel qu'on voit le vieux comédien cabotiner encore, devant une assemblée de buveurs égrillards en attente d'une énième pitrerie.

Les alexandrins coulent avec un beau rythme, un prérequis quand on aborde le thème du théâtre classique et ses grandes oeuvres éternelles.

La narration poétique est également très fluide.

J'ai beaucoup beaucoup beaucoup aimé.

Merci,

Donaldo

   Anonyme   
28/9/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Je préfère grandement ce portrait, il est plus vivant, plus touchant,
et bien plus attendrissant.

Les mots sont d'une grande justesse.
Rien ne manque, à cette représentation, il est là, devant moi.

La troisième strophe, donne parfaitement, le ton, et le résume
tellement bien :

" Quand il a consommé quelques chopes de bière,
Il déclame alentour des tirades en vers,
Son visage s’éclaire et sur sa mine fière,
Se lisent les bonheurs, s’effacent les revers. "

C'est là, la Tragédie Humaine ...


Oniris Copyright © 2007-2018