Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Mauron : Mais c'est délicieux... Tellement ! [Sélection GL]
 Publié le 27/08/15  -  21 commentaires  -  831 caractères  -  341 lectures    Autres textes du même auteur

Un poème sur l'étrange joie de se sentir plusieurs.


Mais c'est délicieux... Tellement ! [Sélection GL]



Il a pu m'arriver de croire
que j'étais un, bien dessiné,
cette illusion s'est déchirée.
Et me voici tout en morceaux,
en mille morceaux de verre.
Coupants plus que des couteaux.

Ou bien peut-être en mille graines
échappées de leur tige et cherchant
à germer, à grandir, à pousser,
et chacune pour soi lentement.
Je ne sais plus, je ne sais pas.
J'attends.

J'attends, multiple et sans moi-même,
et se multiplient des poèmes
dont je ne comprends pas le sens.
Ils viennent, et ils vont et viennent,
ils font tout un chambardement.
C'est un peu embêtant, quand même

de se sentir ouvert
à tous les vents
et courants d'air
sans savoir
lesquels
ni comment.

Mais c'est délicieux tellement !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Robot   
7/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je trouve que le thème est judicieusement décliné et j'ai trouvé beaucoup de poésie dans l'expression et dans les sous entendus de ce beau poème libre qui a su se libérer de la rime et des mètres avec élégance.

   bipol   
8/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'attends, multiple et sans moi-même,
et se multiplient des poèmes
dont je ne comprends pas le sens.
Ils viennent, et ils vont et viennent,
ils font tout un chambardement.
C'est un peu embêtant, quand même

bonjour

je ressens également cette réalité

cette impression de division

en général nous sommes deux a nous parler

mais souvent cette division s'opère

à chaque poème c'est un autre moi

j'ai beaucoup aimé votre texte

   Bleuterre   
9/8/2015
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,

le thème est intéressant, et j'aime bien le fond de ce poème. Il traite des ressorts de la création qui nous font ressentir "multiples"...
Comme dirait Rimbaud, "je est un autre"
J'aime bien la deuxième strophe et l'idée de ces graines qui germent un peu partout.
Par contre, les images de la première strophe n'arrivent pas à me faire décoller,"les morceaux de verre coupants plus que des couteaux" manquent d'originalité.
le mot "embêtant" ne fait pas très poétique à mon sens, dans la troisième strophe, et l'inversion à la fin, "c'est délicieux tellement" me semble un peu maladroite. Est-ce pour faire rimer avec "comment" ? Ce qui n'est pas nécessaire dans le vers libre à mon avis.
En définitif, un bilan contrasté pour moi à la lecture de ce poème qui mériterait de laisser venir des images plus originales pour porter l'émotion de se sentir multiple....

   Anonyme   
27/8/2015
Bonjour Mauron

Coup de cœur pour ces "morceaux de vers" inventifs, malicieux et... poétiques.
La fausse naïveté de
"C'est un peu embêtant, quand même...
Mais c'est délicieux tellement !"
les pimente "délicieusement"

Merci Mauron

   Francis   
27/8/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Plusieurs êtres sommeillent en chacun de nous. Ils s'affrontent, se succèdent au gré des vents, du moment. Et le moi, évolue au fil du temps. Morceaux de verre, graines ou poèmes, écorché vif ou poète, qui suis-je ? Une plume libre qui aborde de belle manière le sujet.

   Pimpette   
27/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Coud foud!
J'aime tout et cette façon si poétique de se dire soi même à soi même fait penser à Thomas Vinau que tu cites dans l'Anthologie?

je me sens de cette famille bien que ce soit un peu présomptueux

Et me voici tout en morceaux,
en mille morceaux de verre.
Coupants plus que des couteaux.

Simple et parfait

   Anonyme   
27/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je suis de l'avis de Tizef, c'est délicieux et surtout tellement vrai.
Cela me fait songer à cette phrase.

"Je me contredis ? Très bien ! Je suis vaste, je contiens des multitudes" de Walt Whitman.

Quant à la qualité "poétique" ou non d'un mot... ah ? Poésie ne signifie pas "joli" pourtant...

Merci !

   Arielle   
27/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonheur "de se sentir ouvert à tous les vents" de ne jamais s'ennuyer avec soi-même puisqu'un courant d'air suffit à bousculer l'ordre des pages, à entamer une autre histoire ... Légèreté ? peut-être, mais si délicieuse !
Un poème primesautier et plein de fraîcheur qui, dès le matin, me réconcilie avec moi-même. Merci Mauron !

   Blacksad   
27/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Beau texte... Je trouve qu'il exprime très finement un sentiment universel. Comme Pimpette, je craque sur :

"Et me voici tout en morceaux,
en mille morceaux de verre.
Coupants plus que des couteaux."

Quelle belle tournure...
L'image des graines est aussi très bien trouvée.

Le "C'est un peu embêtant quand même" déroute, il tranche avec le reste du texte. Et pourtant il semble à sa place et donne une autre tonalité, plus personnelle, plus humaine à ce texte qui serait sinon un peu trop "littéraire".

Seul bémol pour ma part, je n'aime pas le dernier ver "mais c'est délicieux tellement". Mais c'est très personnel.

   Lulu   
27/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Mauron,

J'aime beaucoup ce poème parce que l'émotion passe ! On ressent avec vous ce fameux délicieux, si étrange au demeurant. C'est très poétique, les images sont belles.

Par contre, je n'ai pas aimé l'inversion "c'est délicieux tellement", ce qui est bien dommage puisque l'on finit sur ces mots. Cela ne gâche toutefois pas le poème dont les images laissent supposer qu'elles provoqueront chez vous l'écriture d'autres choses.

Au plaisir de vous lire à nouveau.

   PIZZICATO   
27/8/2015
Bonjour Mauron

" se sentir ouvert
à tous les vents
et courants d'air
sans savoir
lesquels
ni comment."

Je trouve l'idée fort originale ; les images, avec leur touche d'humour, la définissent bien.
Mais j'avoue que ce thème n'a pas suscité mon intérêt.

   leni   
27/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
oui pourquoi pas :je sème à tout vent C'est plaisant à lire

Il a pu m'arriver de croire
que j'étais un, bien dessiné,
cette illusion s'est déchirée.
Et me voici tout en morceaux,
en mille morceaux de verre.
Coupants plus que des couteaux. Le ton est bien donné
C'estjoliment écrit
Merci Mon salut cordial
Leni

   cervantes   
27/8/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Qu'il est difficile pour moi d'être plusieurs et d'arriver à m'attacher à ce que je comprends difficilement ou qui ne me touche pas. N'ayant pas ce don d'ubiquité intellectuelle, j'ai donc travaillé à la lecture de votre texte. Ce travail fut récompensé par une satisfaction intellectuelle à la lecture des strophes 1 et 2. Je n'ai malheureusement pas compris le pourquoi de la strophe 3 et de l'arrivée des poèmes. Je ne pourrai donc pas gouter à la joie d'être ouvert à tous les vents!

Merci pour ce texte original mais trop hermétique pour moi.

   emilia   
27/8/2015
J’ai apprécié la lecture de votre texte dont la progression narrative semble s’appuyer sur le son (an) dominant : cherchant… lentement…j’attends…sans comprendre le sens… tout un chambardement… un peu embêtant… à tous les vents et courants…sans savoir comment… mais délicieux… tellement ! Un amusement sur un fond très réaliste dont le dernier vers me parle comme la plénitude d’une gourmandise qui insiste pour moi sur l’intensité du délice éprouvé, avec ce petit clin d’œil malicieux déjà signalé, une plaisante finalité…

   Anonyme   
28/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
L'on sent bien ce délice de se sentir en plusieurs morceaux, d'être plusieurs en soi... mais pas comme le Docteur Jekyll et Mister Hyde, non, comme un être pur ouvert à tous vents, démultiplié aux quatre coins du monde, presque.
Il y a un certain lyrisme dans les mots et les images que vous employez, en plus de quelque chose d'un peu énigmatique.

Bien à vous,

Wall-E

   Adienog   
29/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Mon commentaire venant après tous les autres, il ne sera pas très utile. Je tenais néanmoins à vous dire que j'aime ce poème, charmant, pour ne pas dire "délicieux".

Au plaisir de vous lire.

   Anonyme   
30/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Chacun est à la recherche de son unité, mais c'est plus facile à dire qu'à faire! Le thème est abordé de manière originale: c'est très agréable à lire. Et il y a le plaisir de la poésie dont vous aimez qu'elle soit apparemment spontanée: Est-ce toujours aussi simple? Si oui vous avez de la chance! Bravo

   Mauron   
31/8/2015
Grand merci à tous pour vos lectures attentives. Vous pouvez aller lire mes commentaires à vos commentaires ici, chers lecteurs. http://www.oniris.be/forum/merci-a-tous-ceux-qui-ont-lu-mais-c-est-delicieux-tellement-t20854s0.html

   Anonyme   
13/9/2015
Lecture agréable et il est assez délicieux de vous lire! Mais malgré ce foisonnement il y a une unité de soi, vous ne l'avez peut-être pas encore senti, je ne sais, mais cela m'incite à lire d'autres poèmes par vous écrits.
Ceci dit j'aime bien la troisième strophe qui a un beau rythme.

   phoebus   
27/10/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Beau texte introspectif ; je pense à Paul Ricœur : soi-même comme "les autres" .
"Se penser comme un autre ne revient pas à se penser comme une chose: la dialectique du soi et de l'autre que soi...mise en couple de l'altérité et de l'ipséité..."
Comme dans ce texte ou l'altérité est constitutive de l'ipséité.

   Uranie76   
28/10/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Histoire de vous faire sourire..

Le poème m'a fait instinctivement imaginer un acte de vie, avec une dimension tout autre que celle habituellement abordée par la littérature commune lorsqu'un lâcher de spermatozoïdes cherche à féconder une ovule. Je suis consciente que c'est incongru mais en relisant plusieurs fois, moi même perplexe devant cette image qui s'est imposée, j'ai trouvé ce qui l'a fait naître.

"bien dessiné" "déchiré" "morceaux" "graines" "échappées de leur tige en cherchant à germer, à grandir, à pousser et chacune pour soi" "j'attends" "Ils viennent, ils vont, ils viennent" "c'est un peu embêtant, quand même de se sentir ouvert
à tous les vents
et courants d'air
sans savoir
lesquels
ni comment.

Mais c'est délicieux tellement !"


Oniris Copyright © 2007-2020