Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Meaban : Ma fille mon gaillard
 Publié le 05/06/14  -  7 commentaires  -  991 caractères  -  194 lectures    Autres textes du même auteur

À ma fille.


Ma fille mon gaillard



C’est un chemin de quartz tranché dans la tourbière
Où les moutons obscurs nous regardent passer

Adossés sous le grès les nuages effilochent l’immense Slievemore
Et nous allons marchant, fondus dans le décor

Nos mots sont comme les pleurs de ces petits agneaux gambadant sur l’écume

Cheminant au rados, ils effacent le vent

Et nos noires pensées dans les brumes s’allègent
Disparaissant enfin sur le miracle d’être

Montées introspectives de failles minérales en devenant alors des machines nature
Les pans anéantis d’estives désertées nous parlent de leurs morts sous férules anglaises

L’onde de tes paroles qui me donnent vertige, l’esprit de tes sourires
Ta vigueur de vivre éclaire mon regard, ma fille mon gaillard…

Abyssinie d’Ouessant indifférente aux hommes, là-bas n’est plus rien d’autre.


Avril 2014 deserted village, Achill Island, Mayo (Ireland)


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
16/5/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un bel hommage à votre fille.
J'ai aimé ce travelling, où l'on ne distingue tout d'abord que des silhouettes, celle de deux êtres, de quelques animaux et de ce village abandonné au pied du Mont Slievemore. (je suis allée sur le net pour visiter ce site)
Il me semble que le lieu tient une place prépondérante, par sa beauté aussi bien que son passé et son histoire.
J'ai trouvé sur le net la racine du mot "gaillard", la racine celte "gal" = force.
Ce qui m'amène à penser que pas un mot de ce poème n'est là par hasard, mais plutôt pour évoquer la force de cette île autant que celle de cette enfant.

Je viens de lire le roman historique de Mario Vargas Llosa "Le rêve du Celte" et je suis de ce fait encore plus sensible à ce poème et son et/ou ses sujets.

   Anonyme   
18/5/2014
 a aimé ce texte 
Un peu
À la première lecture, j'ai immédiatement pensé "qu'est ce qui prend cet auteur à nous donner à lire -au moins- deux textes ?"

Il y a, en effet, une coupure, un changement de ton, de style, de gravité d'expression à ce vers-ci : "Montées introspectives de failles minérales en devenant alors des machines nature".
Le lecteur lambda, que je suis, se demande alors s'il a bien lu les premiers vers et si ceux qui suivent sont de la veine des premiers ou de celui-ci.
Et je n'en sais pas plus en lisant jusqu'à la fin car apparaît, ma fille, mon gaillard... Paternité physique, paternité politique ?

Et ces "morts sous férules anglaises" : moutons ou habitants ?

Slievemore et Achill Island sont respectivement en Ecosse et Irlande.
Je ne comprends pas le sens malgré l'aide du dico et de wiki.
Qu'est ce qu' "Abyssinie d'Ouessant" ? Bretagne cette fois, une race de moutons semble-t-il..

Mais j'aime beaucoup l'avant-fin : "là-bas n'est plus rien d'autre".

Et ces vers-ci :
"C’est un chemin de quartz tranché dans la tourbière
Où les moutons obscurs nous regardent passer"

A la différence de poèmes surréalistes ou d'écriture automatique, on sent ici que l'auteur a voulu dire quelque(s) chose(s) mais l'a volontairement rendu obscur...

Moitié bien, moitié faible et pourtant... la matière est là toute proche, cela se sent.

   Anonyme   
23/5/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Il y a beaucoup de poésie et de douceur ici.
Ce que j'ai aimé c'est que vous nous parlez de votre fille indirectement, au travers du paysage qui vous entoure.
Tout est dans l'émotion de sa présence.
Merci.

   Pimpette   
5/6/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Sans tout comprendre je suis attirée par le climat singulier et attachant de ce texte.
ET aussi, surtout par un regard si particulier d'un père pour sa fille:

L’onde de tes paroles qui me donnent vertige, l’esprit de tes sourires
Ta vigueur de vivre éclaire mon regard, ma fille mon gaillard…

C'est très émouvant cette tendresse sans aucune mollesse

les moutons obscurs sont des moutone à tête noires comme nous avons en basse normandie?

Très bon tout ça...

   Robot   
5/6/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Meaban
C'est beau, des vers tellement bien écrits.
Mais je n'ai pas réussi à percer l'objet du texte. Je me suis donc laissé bercer par le phrasé et les images pleines de nuances qu'ont suscité chaque ligne, sans essayer de dénicher une cohérence en rapport avec le titre.
Pas eu l'envie d'aller sur Wikipédia aujourd'hui car le soleil m'appelle dehors. Qu'est-ce qui m'a échappé ?

   Raoul   
12/6/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Comme souvent chez vous le "paysage" - mais ici, le mot me parait bien malingre- est à l'unisson de la pensée, de l'état d'âme ou de quelque "tempête sous un crâne" passée mais pas oubliée…
Ici l'on chemine en rêveries, en estime, en Paternel. L'exotisme des lieux parle d'émerveillement, de surprise, la composition volontairement dépareillée parle d'incompréhension et ce "ma fille, mon gaillard" au delà des possessifs qui parlent d'un charme sous lequel tombe l'auteur, et (interprétation très personnelle) d'un homme qui serait comme une poule trouve un couteau.
Un beau poème pudiquement enamouré.

   Cat   
12/6/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Meaban,

Une belle poésie sur la lande fouettée par le vent qu'efface les mots cheminant au rados.

Des images plein les yeux de cette terre envoûtante toute en quartz et tourbière, avec des moutons obscurs, noirs comme les pensées qui s'allègent dans les brumes.

J'aime le climat qui se dégage de vos vers et la fierté éprouvée pour votre gaillard de fille, dite avec force amour et pudeur.

A vous relire

Cat
de passage au pied du Slievemore


Oniris Copyright © 2007-2020