Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Melenea : Autodafé [concours]
 Publié le 09/09/09  -  21 commentaires  -  962 caractères  -  216 lectures    Autres textes du même auteur

Nous l'avons tous rencontrée un jour au coin d'une histoire...


Autodafé [concours]



Ce texte est une participation au concours n°9 : Le personnage (informations sur ce concours).





Sur les bûchers oisifs, se prélasse son ombre
Quand la lune ronde fait bouillir son chaudron.
À la peur profonde de ses sorts en cocon
L'homme se fait rétif et brûle ses pénombres.

Visage répulsif et verrues sans nombre
Au sabbat du monde, elle croche son nom
De son nez immonde, chevauchant sans façon
Les balais réactifs au-dessus des décombres.

Quand dans le firmament passe son attelage,
Son félin insolent à l'ébène pelage
Funambule le soir sur le fil des soupirs,

Aux traverses du temps, elle reste sans âge
En noirs envoûtements dont elle fait l'usage
Craquelant les miroirs qui ne sauraient mentir...



©Mél


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   xuanvincent   
9/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Il m'a semblé voir là un assez réussi (à défaut de pouvoir dire "beau"...) portrait de sorcière.

Le thème du concours, par ailleurs, m'a semblé bien traité.

   brabant   
9/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bravo MELENEA,
Voilà un personnage réussi. Horriblement clair, insécablement bref. Qui répond admirablement à l'esprit du concours.
Ce personnage qui dérange, ainsi ne dérange personne. Il est identifiable et il est dans son rôle; pas sorcier pour un sou. Si chaudron il y a, vous ne tournez pas autour, et cela fait, croyez-moi, un bon coup de balai de par les décombres de ma cervelle en pénombre qui brûle, désormais éclairée.
J'aime les "bûchers oisifs", les "sorts en cocon", les "pénombres" qui brûlent reflétant l'imbécile obscurité, le "félin insolent", le "fil des soupirs" devenu fil du rasoir c'est-à-dire tranchant du hachoir, les "traverses du temps" et les miroirs qui craquèlent.
Simple et efficace.
Beauté de la forme, beauté formelle.

   wancyrs   
10/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Oui nous l'avons tous rencontré au coin d'une histoire, certes pas décrite avec autant de précision, mais nos esprits puérils n'en avaient pas besoin car notre imagination créative faisait le boulot.
En dehors de la première strophe qui fait allusion au bûcher, il n'existe plus aucun élément pour soutenir le titre (autodafé)... néanmoins l'éclat de la description de la sorcière excuse ce manquement.
merci pour ce beau texte.

Wancyrs

   Anonyme   
10/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Melenea
Un très beau portrait, pris sur le vif. Je commence à avoir du mal à choisir les vainqueurs de ce concours. Bravo pour ce poème et ce portrait vraiment réussi !

   Anonyme   
10/9/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Sur le plan strictement de la devinette d'un personnage, j'ai trouvé que c'était trop vite dévoilé... genre au premier quatrain j'ai plus de surprise...
Mais on la devine bien donc ...

j'aime bien les tercets... je les trouve plus poétiques que les quatrains.
J'aime le fil des soupirs, brûles ses pénombres, les miroirs qui ne sauraient mentir...

Par contre le titre je ne le comprends pas... l'autodafé c'est faire cramer des livres...? non? c'est pas l'immolation... donc je pige pas... faudra m'expliquer (ma sale manie de ne pas lire les titres, scruntch, je change ma note du coup, scuzi)

Je ne suis pas emballée, mais je trouve que c'est bien bossé, un peu facile mais bien bossé.
Merci

   Anonyme   
10/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très visuel en effet et si le personnage non nommé se dévoile vite, c'est qu'il est superbement décrit. Un des bons textes du concours...

J'ai adoré les balais réactifs et le chat noir...

J'ai l'impression de revoir le générique de ma sorcière bien aimée, la sorcière en ombre chinoise devant la pleine lune, avec le chat sur son balai... Sympa

   Anonyme   
10/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
J'aime particulièrement "Craquelant les miroirs qui ne sauraient mentir..."

Sinon, c'est très travaillé, très amusant à lire cette description de sorcière.

Suggestion : si on la devine si facilement c'est peut-être parce qu'elle est une crainte d'enfant qui reste vive en nous tous ?

J'ai passé un très bon moment.

   David   
11/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Melenea,

Des rimes internes très jolies pour ce sonnet, sur le même modèle que les finales, ça donne une mélodie agréable... alors que le personnage me semble assez sombre en plus, je dirai les remords, le regret, la mémoire ingrate, impossible à bruler... J'ai bien aimé.

   lotus   
11/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai cru reconnaître la sorcière de mon enfance , celle dont j'avais si peur et qui, entre tes mots, me semble bien plus sympathique mais...j'ai grandi...

Très belle poésie sans fioriture, comme je les aime, fluide et musicale.

   Anonyme   
16/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je ne suis pas plus friand que ça des "poésies classiques" sauf quelques fois. C'est le cas ici. Très visuelle, cette sorcière, vraiment bien fait.

   pieralun   
12/9/2009
 a aimé ce texte 
Passionnément
Chaque vers a sa propre histoire et aucun mot n'est là pour combler un vide.
Certains vers sont magnifiques:Sur les bûchers oisifs, se prélasse son ombre;
Son félin insolent à l'ébène pelage;
Craquelant les miroirs qui ne sauraient mentir...
Et pour terminer, le thème est excellent et original.
J'ai beaucoup, beaucoup aimé, et tant pis pour la concurrence, mais il est des moments où l'on ne regrette pas de se tirer une balle dans le pied.

   jaimme   
12/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
A la première lecture j'ai été gêné par la découverte trop rapide du personnage, et par une description qui m'a paru trop stéréotypée.
C'était il y a plusieurs jours et je m'étais promis de revenir pour faire abstraction de ces deux aspects.
Me revoilà donc... et voyons de plus près cette stryge!
J'accroche toujours à "cocon" que je ne comprends pas bien (caché?), "réactifs" me choque toujours. Mais le reste est... vraiment, vraiment bien!
Alors j'extrais vers mon catalogue de belles choses:
"Sur les bûchers oisifs, se prélasse son ombre"
"L'homme se fait rétif et brûle ses pénombres"
"Au sabbat du monde, elle croche son nom"
"Funambule le soir sur le fil des soupirs"
"Aux traverses du temps, elle reste sans âge
En noirs envoûtements dont elle fait l'usage"!

Merci Melenea

   Mr-Barnabooth   
12/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un sonnet que j'ai trouvé tout simplement magnifique. Un personnage décrit avec finesse qui survole tout ton poème avec son balais très raffiné je trouve.
Et j'ai beaucoup aimé la richesse de tes rimes intérieurs qui lui donne une sonorité toute particulière.
Amitiés de Mr B.

   Lylah   
12/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
""Sur les bûchers oisifs, se prélasse son ombre"
Le ton est donné d'entrée et effectivement, peu de suspens, mais le portrait de cette "reine de sabbat" aux miroirs craquelés d'horreur est vraiment réussi !
Un moment de lecture un peu sulfureux ...pour les moins de 10 ans et délicieux pour les autres ...
Bravo !

   Anonyme   
12/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Et l'on retrouve ce savoir écrire de Mel, cette particulière délicatesse d'un phrasé qui me rappelle toujours Lotus et Violoncelle. J'aime la manière de de Melenea. Ici le personnage ne m'a pas emballée mais je ne saurais rien reprocher à la finesse des mots et à l'évident sens poétique de l'auteur. C'était une gageure et elle est réussie de camper une noiraude qui n'est pas trop mon genre.

Comme quoi quand on écrit très bien, on peut tout se permettre (ou presque) et ça passe :)

   Anonyme   
12/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Même si l'on découvre tout de suite de "qui" il s'agit, l'idée de mettre en scène ce personnage de contes reste une bonne idée.
On reste toujours dans l'éternel cliché de la verrue sur le nez bien sûr mais c'est à chaque fois ce qui semble les caractériser dans les illustrations, donc c'était presque inévitable.

Le tout écrit avec finesse et fluidité.
Bien vu.

   Automnale   
12/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une ombre qui se prélasse sur des bûchers oisifs... La lune ronde qui fait bouillir un chaudron... Des sorts en cocon... Des verrues sans nombre... Un nez immonde... Des balais réactifs... Un attelage passant dans le firmament... Et un félin à l'ébène pelage qui funambule le soir... Quel beau portrait ! Mél me semble particulièrement bien connaître ce personnage !! Elle réussit, en outre, à le saupoudrer de poésie...

Un personnage, noir en couleurs, qui mérite de porter bonheur à l'auteure quant au trio de tête du concours...

   Bidis   
13/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
A la première lecture, ce poème m'a enchantée. Mais en relisant plus attentivement, certaines images dans la première strophe m'échappent complètement : "bûchers oisifs", "sorts en cocon", "brûler ses pénombres". C'est trop obscur pour moi.
C'est dommage parce que le reste du poème reste un enchantement.

   Anonyme   
19/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Un portrait richement composé, que je trouve pourtant un peu inégal.
Mon côté "classique" me porte à regretter certains "e" malencontreux à la césure (ce qui "résonne" désagréablement à mon oreille), tout en saluant le difficile exercice de double rime à l'hémistiche ; ça c'est pour la forme.
Pour le fond, j'aime assez la manière dont le sujet est traité, avec de belles trouvailles comme "Funambule le soir sur le fil des soupirs" ou "Craquelant les miroirs qui ne sauraient mentir" ; j'ai juste un bémol sur les "balais réactifs" qui me semblent surtout dictés par la rime ... Mais peut-être n'est-ce qu'une impression trompeuse.

   Ariumette   
20/9/2009
Bonjour meleana,

Un poème qui a du demander du travail avec les doubles rimes, la forme sonnet. Un personnage classique et un portrait sans vraiment de surprise, dans la lignée de la sorcière classique des contes de notre enfance...
Mais je l'ai toujours aimé cette sorcière là et elle est ici accompagnée de beaux vers tels que : "Sur les bûchers oisifs, se prélasse son ombre" et "L'homme se fait rétif et brûle ses pénombres".
Merci pour ce poème qui me rappelle qu'elles sont toujours vivantes et qu'il suffit d'ouvrir un vieux livre pour qu'elles nous fassent peur !
Au plaisir de te lire à nouveaux
Pas de note cause concours

   Anonyme   
11/6/2017
Un poème trop descriptif, cela le rend quelque peu ennuyeux à lire. Je l'aurais aimé un peu plus attractif. Il manque de relief, d'originalité. Le personnage est là, mais sans vraiment de caractère, il est trop statique.

Le poème, est dans sa forme fluide, mais il n'a pas vraiment retenu mon attention.


Oniris Copyright © 2007-2020