Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Melorane : Tu ris dans mes larmes
 Publié le 01/02/21  -  6 commentaires  -  583 caractères  -  145 lectures    Autres textes du même auteur

Goutte une...


Tu ris dans mes larmes



Tu ris dans mes larmes
Goutte une
Tes yeux
Goutte deux
Ton sourire

Quand la nuit est au plus noir
une pluie de souvenirs ensoleillés
ruisselle sur mon oreiller

Tu te promènes dans mes larmes
Goutte dix
Tes cheveux
Goutte cent
Tes caprices

Sous mes paupières fermées
scintillent deux rivières de perles
éclairées d’une pâle lueur d’étoiles

Goutte mille huit cent sept
Goutte trois
Goutte vingt-neuf
Goutte cent quarante-deux
Et toujours tu ris dans mes larmes.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   BlaseSaintLuc   
18/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien
La dernière strophe est maladroite, sans doute là pour allonger un peu les larmes du poème.

Poème qui à au départ l'avantage de l'originalité, sans trop d'apitoiement, l'auteur parle d'une peine de cœur par le biais des larmes versées (peu être trop comptable ?)

De belles trouvailles plombées par un compte d'apothicaire.

je retient

"Quand la nuit est au plus noire
une pluie de souvenirs ensoleillés
ruisselle sur mon oreiller"

et

"Sous mes paupières fermées
scintillent deux rivières de perles
éclairées d’une pâle lueur d’étoiles"

   arigo   
18/1/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une belle surprise cette poésie.
J'aime bien la construction, ce comptage goutte à goutte qui laisse défiler les idées.
j'adore le dernier vers, que je trouve brillant, dans les tous sens du terme.

Petit bémol pour cette partie :

"Sous mes paupières fermées
scintillent deux rivières de perles
éclairées d’une pâle lueur d’étoiles"

Personnellement, je trouve qu'elle dénote avec le reste du poème et les vers me paraissent plus "banals". Je mets les guillemets pour ne pas froisser l'auteur, mais c'est ainsi que j'ai perçu ces trois vers.

En tout cas, merci pour ce partage, qui me laisse une belle impression./

   papipoete   
1/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Melorane
Quand il pleut au-dessous de mes cils, je te revois lumineuse comme un soleil, radieuse comme au temps où nous étions si... !
Alors, je ferme les vannes de mon chagrin, et paupières closes je cherche le sommeil...sans toi.
NB lorsque l'on pleure celle qui n'est plus là, le bonheur passé refait surface, non point les orages rangés au cagibi de l'oubli.
De fort beaux vers ( au premier tercet ) par exemple et le second aussi
Que l'auteur me pardonne, mais je ne saisis pas l'étalonnage des larmes ( chronologiquement, je pus comprendre, mais passant de 2 à 10, puis de 10 à 100 ? )
mais j'aime cependant ce triste jeu du " rire dans les larmes "

   Kekedi   
2/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J’aime bien l’idée de ce texte rythmé par des nombres. Je rouve que c’est assez efficace. Par contre j’avoue que je ne comprends pas le choix de la dernière strophe. Pourquoi ces nombres ? Portent-ils une signification particulière ?
En tout cas vous avez éveillé ma curiosité.
Dominique

   Melorane   
3/2/2021

   ANIMAL   
3/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un souvenir, une larme, voici une façon originale d'évoquer la personne disparue, partie ou décédée. On ne saura pas s'il s'agit d'un amant, d'un frère, d'un parent, d'un enfant, au masculin ou au féminin, ce qui donne un côté universel au poème.

A compter les gouttes, ce texte aurait quelque chose d'une comptine mais il évolue dans une atmosphère triste évoquant la solitude, malgré la répétition de "tu ris dans mes larmes".

J'aime bien la façon d'évoquer les pleurs coulant à flot continu :

"Sous mes paupières fermées
scintillent deux rivières de perles"

J'aime moins la dernière strophe, j'aurais aimé quelque chose de plus travaillé pour évoquer cette personne chère.


Oniris Copyright © 2007-2020