Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
MFAYARD : Supplique à Bilitis
 Publié le 09/09/18  -  8 commentaires  -  1030 caractères  -  99 lectures    Autres textes du même auteur

Hommage à Pierre Louÿs.


Supplique à Bilitis



Pour pleurer le satyre au rocher de Leucade,
Tu partis dans la neige encor lourde de boue.
Tes amours te supplient d’oublier ta foucade
Car ta cruelle absence au désespoir les cloue.

L’hiver ayant fui le tombeau des naïades,
Doucement réveillée la nature s’ébroue.
Les oiseaux des jardins nous redonnent l’aubade,
La sève en sa montée arrive et nous déchoue.

Si tu nous revenais de ta folle escapade,
Le briseur de glace remiserait sa houe,
Et t’accompagnerait au pied de la cascade,
Où sur l’eau ravivée la lumière se joue.

Nous te rêvons venant, tout comme une ménade,
Mettre feu à nos corps comme à de l’amadou,
Pour reprendre à l’envi nos chaudes embrassades,
Sur le vert de la rive et le plat bord des toues.

Que ton cœur et nos cœurs rebattent la chamade,
Et qu’autour de nos cous ta coiffure se noue,
Pour nous prendre en tes rets sans espoir d’échappade,
Et puis nous ramener vers la belle Capoue.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   izabouille   
23/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Le travail est remarquable mais je n'ai pas trop aimé peut-être parce que ce genre de poésie ne me passionne pas vraiment, c'est un peu trop classique pour moi. Je me suis crue dans une peinture de Fragonard ou Rubens, avec les naïades, les petits oiseaux, les fleurs, etc... trop romantique
Cela dit, je ne connaissais pas Pierre Louys et Bilitis, maintenant je sais, merci Wikipédia et merci à toi, cher auteur dont je ne connais pas encore le nom.

   Eclaircie   
25/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Je connais très peu Pierre Louÿs et son œuvre, aussi je ne saurai peut-être pas saisir toutes les évocation de cet écrivain.
Votre poème est solide et de bonne facture, dans un style (le classique) qui n'est pas mon préféré.
Un bémol pour le second quatrain qui présente un vers de onze syllabes seulement.(où faut-il prononcer na-i-ade, mais alors la césure semble mal placée).
Le vocabulaire soutenu et l'évocation de la mythologie sont savamment distillés, les deux seules rimes jamais pesantes et l'ensemble très agréable à découvrir.

Merci du partage,
Éclaircie

   Gemini   
27/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Vous n'avez pas fait un choix de rimes faciles. Particulièrement les "oue". Du reste, vous vous voyez obligé d’introduire une rime masculine, avec « amadou » sans doute pour ces raisons de rareté, alors que vous vouliez sans doute proposer des vers féminins en référence à Sapho, auteure prétendue de Bilitis.
Comme je n’ai pas lu ce livre, je manque cruellement de compétence pour traiter du sujet.

En écriture, il y a quelques fautes de mesure, certaines pour des erreurs de décompte : v5 « fui » n’est pas en diérèse (« naïades » non plus), d’autres pour des problèmes de règle : v10 on ne peut pas mettre « glace » à la césure sans l’élider avec une autre voyelle, du coup, on lit très mal ce vers qui devient boiteux.
En sus des Chansons de Bilitis, vous m’aurez fait découvrir, ménade et toue.
Mais je garde l’impression que le texte est beaucoup plus mesuré que sa source d’inspiration.

   Miguel   
28/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une belle évocation du monde antique, de sa poésie, de ses mythes, et un bel hommage à Pierre Louÿs car ce poème, sans être une imitation, est plein de ce frémissement sensuel, à deux doigts si je puis dire, d'un érotisme fantasmé, si fréquent chez lui (pas toujours fantasmé d'ailleurs). Il y a de beaux vers bien balancés et de belles images ; quelques faiblesses prosodiques peut-être, même pour du néo, mais enfin on sent un souffle, une force, une inspiration d'un beau classicisme.

   Donaldo75   
10/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour MFAYARD,

Voici un poème bien tourné, avec de belles images et un champ lexical riche. Le choix des rimes, pas forcément les plus faciles à assembler et à colorier dans un tel tableau, est judicieux finalement car il ajoute à la tonalité impressionniste de l'ensemble.

Je dis: "chapeau bas, maître !" parce qu'il fallait oser un tel pari, en plus de la référence à la poésie de Pierre Louÿs.

Merci pour l'agréable moment de lecture.

Donaldo

   papipoete   
10/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour MFAYARD
j'ai toujours la pochette du disque Bilitis, dont la couverture m'était si douce ; mais depuis que je sais que David Hamilton, fut " plus " qu'un photographe, je n'ose plus regarder cette si troublante silhouette !
Je ne cherche pas le sens de tous ces sons en " ou/oue ", comprenant à demi-mot ce qu'ils évoquent !
Cette prière à la Belle enfuie, est fort délicatement écrite, en particulier dans l'ultime quatrain .
techniquement, je puis me prononcer, ne sachant la forme originale proposée par l'auteur !

   Carmiquel   
10/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Vous n'avez pas choisi le plus facile quant aux rimes ! Mais chaque vers, avec une grâce ionienne s'avance vers son bout et on entend quelque chose des Cyclades .

   MFAYARD   
11/9/2018
Modéré : commentaire de l'auteur sous son texte (si besoin, ouvrir un sujet dans "Discussions sur les récits").


Oniris Copyright © 2007-2018