Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Mintaka : De l'aube à la nuit [concours]
 Publié le 12/05/22  -  12 commentaires  -  1689 caractères  -  121 lectures    Autres textes du même auteur

« Le temps d'aimer » en lien avec le concours « L'amour dans tous ses états ».
De l'aube à la nuit, le temps qui court à l'aune des amours qui passent.


De l'aube à la nuit [concours]



Ce texte est une participation au concours n°32 : Le temps dans tous ses états
(informations sur ce concours).





L'amour dans les yeux de sa mère,
L'amour comme un mot de son père,
Le temps des jeux, l'insouciance,
Les temps du temps de notre enfance.

Bientôt comme un adolescent,
L'amour de printemps en printemps,
La peur des temps qui se profilent,
De cet enfant qui se défile.

L'amour qui ressemble à un Autre,
L'Autre avec nous qui devient nôtre,
Puis vient celui qui nous unit,
L'amour à ce point d'infini.

Et même si dure est la route,
L'amour comme une clef de voûte,
Parfois juste un regard qui change,
Au risque des corps qui s'échangent.

L'amour et le temps qui s'écoulent,
Et le mot « toujours » qui s'écroule,
Le temps qui retourne sa veste,
C’est pour nous le temps qui nous reste.

L'amour rangé de nos enfants,
La vie déroule doucement,
Le corps qui cache ses faiblesses,
Celui du temps de la vieillesse.

L'amour des années souvenirs,
Et le passé comme avenir,
Regrets que l'on croit dérisoires,
Mais toujours là dans sa mémoire.

Sa vie que l'on dit bien remplie,
Tant de rêves inaccomplis,
L’amour d’autres enfants qui viennent,
Les anciennes amours s'éteignent.

Sur le front des retours amers,
L'amour comme le temps d'hier,
L'amour combien de temps encor ?
Le temps d'un souffle… et puis s’endort.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   wancyrs   
28/4/2022
 a aimé ce texte 
Un peu
Salut,

J'ai eu l'impression d'une longue énumération, mais moins d'émotion. Quelques clichés comme "tant de rêves inaccomplis"... je me demande si ça devait évoquer quelque chose pour moi... mais comment peut-on ressentir l'émotion des rêves inaccomplis si nos rêves ont toujours été accomplis ? L'amour comme le temps d'hier... c'est tellement vague... Je n'ai croisé que ces expressions vagues dans ce texte, du coup je ne suis pas touché par le propos. Une autre fois peut-être...

Bonne chance pour le concours !

   dom1   
1/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le temps est bien exprimé dans son inexorable lassitude, son ineffable délicatesse.
Il me manque un peu de danger, d'accident, de rancœur.
La vie aura été un long fleuve tranquille ?
Pourquoi pas, diriez-vous ?
Absurdité de la vie ?
Hésitez-vous à l'affirmer ?
Votre poésie manque d'un peu de pep.
Elle ne donne pas à chanter, à rire ni à pleurer.
Une vie et rien de plus ?

Votre poésie est remplie de non-dits, ce qui lui donne un charme particulier, c'est vrai, pour celui qui apprécie le temps qui passe sans bouger les lignes de vie et d'écriture...

   Lebarde   
2/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Petite litanie sur l’amour et le temps qui passent et s’enlacent « De l’aube à la nuit » d’une vie humaine.
Un constat, un voeu pieu peut-être? Mais pourquoi pas, une idée souvent évoquée bien traduite ici.

Une sensation lancinante donnée volontairement ou en tous cas perçue à la lecture, par cette abondance de répétitions un peu pesante à mon goût, qui conviendrait davantage à un texte de chanson qu’à une poésie.
Je ne fais pourtant pas la moue sur ces jolis octosyllabes qui ne manquent ni de fluidité, ni d’élégance, ni de poésie.

Bravo et bonne chance pour la suite.

   Donaldo75   
3/5/2022
 a aimé ce texte 
Un peu
Si je m’arrête stricto-sensu aux contraintes du concours, je trouve que ce poème les respecte bien. Pour ce qui est de la forme, le mot « amour » est tellement répété que cela en devient lassant je trouve comme s’il fallait rappeler ce thème au lecteur. La tonalité est gentille, les rimes sont assez pauvres et l’ensemble hésite entre coller à la contrainte et déclamer le thème. Il y a de la litanie mais elle s’étire longuement sur la page – trop à mon goût – sans réellement emballer ma lecture ou s’élever au-delà des mots voire magnifier le thème. En résumé c’est propre mais ça ronronne comme un vieux chat dans sa panière.

   papipoete   
12/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour
Variations poétiques sur les couleurs de l'amour, depuis l'amourette jusqu'à celui qui unit, qui rend fou et même qui fait mourir de n'être plus...
NB l'amour en commençant par celui échangé et partagé par notre mère, le sentier déroule de la luzerne, une étendue de reg, du satin si doux, ; mais aussi des ronces féroces, des précipices sans fond ; quand on en a " fini " avec le notre, celui de nos enfants qui nous rend si ému peut virer au cauchemar.
jusqu'à ce que fermant les yeux pour toujours, les amours anciens, les amours amers, le bel amour, s'éteignent enfin...
la 5e strophe est ma préférée, mais toutes les autres évoquent joliment l'amour...
même si les rimes s'en " jouent ", je vois des vers bien chaussés de leurs 8 pieds

   AnnaPanizzi   
14/5/2022
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

L'amour, l'amour, l'amour... C'est tellement rabâché que ça en perd de sa force de conviction comme si vous vouliez forcer notre comprenette au pied de biche. Moralité, ca ressemble plus à un bilan comptable du temps qui passe qu'à un véritable élan de finesse poétique.

Pas super convaincue

Bonne chance pour le concours !

Anna

   Polza   
12/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien
Au fur et à mesure que je lisais votre poème, je n’ai pu m’empêcher de penser à la chanson de Mouloudji « L’amour l’amour l’amour… » Puisque je parle chanson, le premier vers m’a fait penser à celle de feu Arno que je trouve sublime (Dans les yeux de ma mère)

Pour moi, c’était un peu trop répétitif. J’aurais préféré un poème à la Paul Eluard tel que Liberté où ce mot n’est cité qu’une seule fois et le reste du texte développé en conséquence. Il y a autant d’amour que de temps dans votre texte (13 fois) ce n’est pas rien quand même pour un récit plutôt court.

J’ai trouvé le rapport amour/temps bien pensé, mais certaines descriptions me laissent sur ma faim, c’est un peu trop timide, pas assez théâtrale pour moi. J’aurais voulu un ton encore plus dramatique dans le fatalisme.

Une mention particulière pour les quatre derniers vers qui m’ont semblé plus poétiques que l’ensemble du poème.

   Vilmon   
13/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
C’est simple, ça coule bien. J’ai bien aimé.
Le mot amour se répète beaucoup comme AnnaPanizzi le souligne.
Je le vois comme le métronome ou le tic-tac qui marque la progression du poème au travers de la vie qui avance et l’amour qui se transforme.
Je crois que la voie triste a été choisie alors qu’il y a aussi une voie heureuse avec des petits-enfants d’amour, un conjoint fidèle et des souvenirs joyeux qui compensent les oublis ou les regrets.
Merci pour le partage !
Vilmon

   Cristale   
14/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
L'amour est intemporel comme le dit ce poème.
L'amour des parents, des ados qui le découvrent, et puis de l'Autre, et la fusion, l'osmose, celui des anciens moins fougueux mais aussi profond.

Une jolie déclinaison du temps qui passe où sans amour rien ne serait possible.
"le temps d'un souffle" écrit le narrateur et le propos se fait plus pessimiste, ou peut-être, fataliste parce qu'un jour tout s'arrêtera.

Un petit poème qui égrène ses vers octosyllabiques fluides et musicaux.

Merci et bonne chance pour le concours.
Cristale

   Cyrill   
16/5/2022
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
La chanson des octosyllabes fonctionne bien pour dérouler le temps d’une vie à l’aune de l’amour. On en oublie presque ce trop plein de poncifs, on ne peut qu’opiner du chef devant des évidences.
Mais de là à être emporté, pas vraiment. Une poésie pas désagréable, mais qui manque un peu de pep's, à mon goût.

   chacalchabraque   
18/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien
je n'aime pas disséquer un poème : je dirais simplement que c'est un octosyllabe doux-amer sur l'amour dans la vie et que j'ai une bonne impression à la fin du poème; vers réguliers j'aime ça, j'aime les textes travaillés; c'est vrai que quand tu es sur Oniris, tu viens pas en short ! ;-)

   plumette   
1/6/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Mintaka,

Pas assez disponible pour suivre toutes les parutions du concours à leur sortie, j'ai grand plaisir à découvrir ces textes avec un peu de recul.

il me semble que vous avez corsé l'exercice en tricotant deux idées dans le thème du temps : le temps d'aimer et le temps qui passe.
Pour moi, c'est réussi, parce que c'est limpide, comme une eau qui coule, avec des mots simples et des idées que je partage.

de belles trouvailles comme:

"L'amour qui ressemble à un Autre,
L'Autre avec nous qui devient nôtre,"

qui recèle toute l'ambivalence de l'amour

ou encore
"L'amour et le temps qui s'écoulent,
Et le mot « toujours » qui s'écroule,"

pour évoquer la quasi inévitable désillusion

je relève aussi
"L'amour des années souvenirs,
Et le passé comme avenir,"

pas facile , me semble-t-il, de faire ressortir en quelques mots le cheminement d'une vie au travers du temps et de l'amour

c'est du concentré, comme j'aime ,avec la recherche su mot juste .

Alors oui, la répétition du mot amour grippe un peu la lecture MAIS! l'amour n'est-il pas la grande affaire de toute une vie?

Merci pour le partage


Oniris Copyright © 2007-2022