Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MissNode : Aquarelle cévenole
 Publié le 03/04/17  -  9 commentaires  -  885 caractères  -  175 lectures    Autres textes du même auteur

… certain pays arbore « l'heure rose ».


Aquarelle cévenole



les fournaises du couchant
déteignent sur les vagues des collines
une lumière résolument rose
dégouline des cimes
dans la lenteur solennelle de la plongée
de la majesté rouge sous les crêtes

le ciel ce soir file le train
à un pinceau invisible
suit son sillage en longs lambeaux
entre indigo et anthracite
un flamboyant dégradé venant décanter
sur l'ombre chinoise de la courbe d'horizon
soudain la déchirure horizontale
d'un fuchsia lumineux dans les nuées

la campagne entière et les montagnes
en surplomb de la vallée jusqu'alors grise
prennent le goût du violet lumineux
certain pays arbore « l'heure rose »
le crépuscule cévenol la crée lui aussi
en ces soirs où seul l'horizon noircit
et son velours d'encre est le faire-valoir
de l'astre vaincu par l'heure mauve


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
7/3/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Je pense que votre poème pâtit lourdement d'être trop "articulé" : l'ambiance est impressionniste, vous suivez avec minutie les nuances de la lumière d'un crépuscule sur pays cévenol, et cela pourrait m'intéresser de suivre ce déroulé, de me laisser baigner par le rose résolu, la majesté rouge, le sillage en longs lambeaux, etc., si vous n'aviez choisi de ne m'épargner aucune articulation syntaxique et grammaticale.

Si je rétablissais la ponctuation des vers et les mettais "comme en prose", il n'y aurait absolument aucun mot à ajouter pour obtenir des phrases complètes, et c'est mon reproche ; pourquoi adopter une disposition libre, dans ce cas ? Ma pensée ne peut se diluer dans le rêve, les impressions, tous les mots-outils sont bien là alors que vous pourriez, justement, utiliser les ressources de la catégorie de "Poésie libre" pour en faire l'ellipse... Dommage, pour moi, parce que sinon j'apprécie la recherche de la palette que vous présentez, même si le sujet, par ailleurs, ne me passionne pas a priori.

   myndie   
9/3/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un joli poème d’atmosphère qui me semble cependant hésiter entre beauté des images et prosaïsme de certaines formulations.
C’est la première strophe qui me paraît plutôt fade, par comparaison avec les suivantes.
Ainsi :
« les fournaises du couchant
déteignent sur les vagues des collines »
ont un goût de déjà vu, font perdre en force poétique, en éclat, en enchantement.
Ainsi :
quelque chose me dérange dans ces deux vers :
« dans la lenteur solennelle de la plongée
de la majesté rouge sur les crêtes »
sans doute le rendu « touffu » , nébuleux qui nuit à la qualité de l’expression.

Cela étant, si je suis moins séduite par ces quelques vers qui manquent de souffle et freinent l’expressivité du texte, je vous trouve admirable en peintre du couchant .
Je ressens le lâcher prise, la méditation éveillée, l’émotion que produisent le soleil qui s’incline et le « velours d’encre » qui transfigure la paysage. La lectrice que je suis est comblée, voluptueusement comblée par le flamboyant des cieux mouvants, les couleurs, la lumière qui se dégrade dans ce crépuscule qui semble infini.
Merci d’avoir partagé cette aquarelle.

   Proseuse   
12/3/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Voilà, un bien joli coucher de soleil qui ébloui le regard !
j' ai aimé toutes ces images qui défilent au fur à mesure que le ciel change , une seule chose m' a un tout petit peu gênée, c' est la répétition du mot - horizon- ( vers 12 et 20) et surtout le - horizontale- ( vers 13) , il y a des mots qui passent inaperçus et d' autres comme celui-ci qui ont tant d' éclats que l' on finit par ne voir qu' eux ! :-) mais c' est un peu pour chipoter car hormis cette petite chose-là votre poème est très beau !
Merci beaucoup et à bientôt de vous lire

   papipoete   
15/3/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
libre
l'aquarelle ici montre un tableau à la Dali, surtout dans la première strophe, où les " fournaises du couchant " se mettent au lit à l'horizon et ramènent à elles la couverture " des vagues des collines " ; c'est très visuel et le poème semble une splendide carte-postale à l'illustration fine et relevée !
Chaque touche de la plume/pinceau fait mouche et les couleurs flamboient dans cette " aquarelle cévenole " !
Mon seul bémol va à l'absence de ponctuation ( laquelle je sais, n'est pas obligatoire en libre ) mais c'est tellement pratique pour le placement de la voix .
papipoète

   PIZZICATO   
3/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Un beau tableau de cette région magnifique. Des images tout en couleurs.
" les fournaises du couchant "

" ...son sillage en longs lambeaux
entre indigo et anthracite "

" la déchirure horizontale
d'un fuchsia lumineux dans les nuées "

Ce " file le train " (un peu argotique) me paraît ne pas bien correspondre au style de l'ensemble.

   Marite   
5/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Très belle aquarelle c'est certain mais, tout comme Socque, je pense que c'est plutôt de la prose poétique découpée en vers libres. Trop de petits mots (articles, prépositions ... etc) affaiblissent l'impact émotionnel. J'aurais aussi aimé y trouver un ressenti, une émotion de l'auteur-spectateur de ce magnifique spectacle offert.

   Anonyme   
9/4/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
C'est vraiment dommage que ce texte ne soit pas ponctué. Cette suc cession de mots ainsi posés obligent à plusieurs lectures, d'abord pour essayer de trouver une certaine musicalité et d'autre part apprécier les descriptions présentées. J'aime bien de temps à autre être un peu guidé lors de ma lecture.

Il y a par ci par là, quelques pénibilités qui nuisent par instant et empêchent la fluidité de la lecture, comme ici :

"dans la lenteur solennelle de la plongée
de la majesté rouge sous les crêtes "

" et son velours d'encre est le faire-valoir
de l'astre vaincu par l'heure mauve "

"sur l'ombre chinoise de la courbe d'horizon
soudain la déchirure horizontale"

Répétition de "et" de "de la" "horizon, horizontale".

Il y a de belles images proposées, qui forment un tableau plaisant à regarder.

Ce commentaire est du 06/04/0217 (correction orthographique)

   MissNode   
17/4/2017

   Amandine-L   
18/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour MissNode,

La disposition en vers libres laisse à la lectrice, que je suis, l’espace nécessaire pour visionner les nombreuses images que vous nous transmettez.

Merci pour ce tableau.


Oniris Copyright © 2007-2018