Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MissNode : Gel sur les eaux
 Publié le 17/02/18  -  15 commentaires  -  690 caractères  -  322 lectures    Autres textes du même auteur

La rivière en Cévennes après le gel de la nuit.


Gel sur les eaux



Des boules scintillantes
affleurent la rivière
jaillies depuis la brume
au-dessus de l'eau
suant après sa nuit

Le courant porte des gerbes
de fleurs en soubresauts
les chutes sur les rochers
sont dames d'outre-temps
drapées de leurs érotiques voiles

Elles cheminent
défiant le sens de l'onde
déferlant de grâce

Des bulles excitées
escaladent la cascade
figée dans la glace

Elles sont grappes de raisin
translucides
coupes à fruits décolorés
semblant frétiller encore
dans l'immobile froid

Souvenirs d'âges glaciaires
terrifiants.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
17/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour MissNode
Un poème que l'on aimerait lire en Aout, quand il fait si chaud, si sec ... Mais en été, il ne gèle pas et le spectacle " du gel sur les eaux " ne serait qu'imaginaire !
NB vous avez dû l'observer ce phénomène, pour l'illustrer de la sorte, et de belles images se posent ci et là, sur l'onde givrée .
" le courant porte des gerbes/de fleurs en soubresauts " et l'avant-dernière strophe est un régal !
Votre texte me rappelle un temps fort ancien, quand je venais de bonne heure au bord de l'Ain, espérant ferrer une belle truite ... alors qu'il gelait fort ; mais c'était avant !

   Donaldo75   
17/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour MissNode,

J'ai eu l'impression, en lisant ce poème, d'assister à la seconde extinction sur Terre, dans une version gelée, où la météorite ne carbonisait pas la planète et son atmosphère mais la congelait.

C'est fort parce que mon interprétation n'est pas venue d'une consommation aigüe de champignons hallucinogènes ou de trop longues nuits à regarder les émissions sur Discovery Channel.

Ensuite, heureusement pour nous pauvres futurs dinosaures, la beauté des vers a balayé mon cauchemar cosmique.

"Elles cheminent
défiant le sens de l'onde
déferlant de grâce

Des bulles excitées
escaladent la cascade
figée dans la glace "

Enfin, le dernier vers m'a rassuré et j'ai pu me rendormir.
"Souvenirs d'âges glaciaires
terrifiants."

Bravo !

Don

   Anonyme   
24/2/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Ce "Gel sur les eaux", ne nous réchauffe pas vraiment, malgré le spectacle offert en partage.

Il y a de très belles images :

" Le courant porte des gerbes
de fleurs en soubresauts
les chutes sur les rochers
sont dames d'outre-temps
drapées de leurs érotiques voiles "

" Elles cheminent
défiant le sens de l'onde
déferlant de grâce "

Cependant le choix de certains mots n'est pas toujours heureux, il gâche, perturbe un peu leur vision comme ici ce "déferlant" coupe l'effet du "défiant".

Je ne trouve pas harmonieux ce "suant" de brume, pas très agréable, ni beau, non plus des bulles "excitées" puis ce semblant "frétiller" tout cela manque un peu de grâce et enlève à ce spectacle la féerie émanant de cet inhabituel paysage, le côté magique n'est pas assez souligné.

L'idée est superbe, mais par moment, elle est écornée par un vocabulaire qui ne lui sied guère, c'est mon ressenti.

Cela bouscule ma propre "vision", celle des souvenirs de l'enfance, quand je restai admiratif devant les sculptures fascinantes du gel.

   PIZZICATO   
17/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Je n'ai jamais eu l'occasion de voir un tel paysage.
Je me fie donc aux images que vous nous offrez, interéssantes, afin d'imaginer ce spectacle que le " gel sur les eaux " nous invite à admirer.

" Souvenirs d'âges glaciaires
terrifiants." Cette chute me semble un peu paradoxale dans l'idée de beauté que vous exprimez dans le texte.

   Marite   
17/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Belle description d'une rivière et de sa cascade figées par un gel certainement soudain et important.
Assez curieux comme les images qui devraient être pétrifiées par le froid s'animent sous le regard du spectateur :
" Les boules ... jaillies depuis la brume ...
" ... gerbes de fleurs en soubresauts ...
Les "dames d'outre-temps" cheminant et défiant le sens de l'onde ...
Les "bulles excitées" escaladant la cascade ...

   jfmoods   
18/2/2018
Ce poème libre convoque l'imaginaire de l'eau.

Portée par la vivacité ("jaillies depuis la brume", "gerbes / de fleurs en soubresauts", "escaladent", "semblant frétiller encore"), l'évocation, sensuelle ("affleure", "drapées de leurs érotiques voiles", "excitées"), emplie de clarté, inscrit le gel dans la tonalité du merveilleux (métaphores : "les chutes sur les rochers / sont dames d'outre-temps", "Elles sont grappes de raisin / translucides / coupes à fruits décolorés", personnification : "Elles cheminent / défiant le sens de l'onde / déferlant de grâce"). Le travail du gel est assimilable ici à celui de l'artiste baroque : il figure le mouvement arrêté dans sa course.

Cependant, derrière cette image enchanteresse, vivante, provisoire, de l'eau solidifiée, se faufile le spectre inquiétant de l'autre, la durable, l'obsédante, la mortifère ("la cascade figée dans la glace", "dans l'immobile froid", "Souvenirs d'âges glaciaires terrifiants").

Le titre du poème manifeste cette ambiguïté fondamentale de l'eau : source de vie (rime significative : "eau", "soubresauts"), elle est aussi promesse de mort.

Merci pour ce partage !

   hersen   
18/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Voici un poème qui colle parfaitement à son propos, je "sens" le froid,il me traverse. Je suis là, dans ce pays translucide de l'hiver qui sait donner à sa terre des habits de saison.

Je trouve ce poème très beau, le figé est très bien rendu; Si c'était une aquarelle, elle serait...transparente !
Sauf que l'auteur y ajoute des fleurs, des dames, des raisins, de ces éléments qui rendent le tout vivant; la rivière dort, nous émerveillant; Jusqu'à son réveil chantant. Et c'est elle alors qui donnera vie à tout ce monde. L'EAU.

Un grand merci pour cette belle lecture

   troupi   
18/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour MissNode

Déjà j'adore les Cévennes avec ses superbes petits ruisseaux qui cachent tant de trésors paysagers mais aussi de faune et flore. C'est le seul endroit où j'ai pu photographier un "cincle plongeur". Bref un petit paradis où je me suis souvent promené par le passé.
J'ai beaucoup apprécié la description de la glace qui prend des formes différentes, boules, draperies, grappes, etc. Tout ceci est bien observé et la chute originale.

   MissNode   
19/2/2018

   Pouet   
19/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bjr,

J'ai bien aimé cette description, "gel sur les eaux", du mouvement qui ne saurait se figer.

Particulièrement apprécié ce passage:

"Elles sont grappes de raisin
translucides
coupes à fruits décolorés
semblant frétiller encore
dans l'immobile froid"

Le contenu et le contenant (grappes de raisin/coupe à fruits") illustre à mon sens parfaitement le rendu descriptif.

On peut même y voir un peu de métaphysique, concernant le gel de l'eau: la fluidité, l'attente, le temps, la vie, la mort.

Voilà, un bon moment de lecture me concernant.

   bipol   
19/2/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
bonjour

trêve de plaisanteries

l'ambiance est bien là

les images se succédant, dans ce monde de glace

les mots de froidure aquatique

nous entraînent dans univers cristallin

de beauté scintillante

j'ai adoré

   MissNeko   
19/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonsoir
Ce que j'aime dans ce poème c est la diversité des images : le froid ici peut être fruit, belle femme, fleurs...
Quelle richesse !
On se rapproche presque de l haïku.
Un agréable moment de lecture
Merci pour ce partage

   Cyrill   
20/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je serais curieux de voir un tel paysage, que je ne reconnais pas vraiment dans mes souvenirs d'eau et de gel.
J'ai un peu l'impression d'être sur une autre planète et d'assister à des phénomènes physiques inconnus pour certains. C'est curieux assez plaisant parfois.
Je ne suis pas complètement convaincu, mais j'ai froid, tout de même !

Cyrill

   jlouisgillis   
22/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
quant une perle de lumière vit (vivre et entrevoir) les lumières de vie....s'égrènent les notes lumineuses et colorées du "Verbe" se faisant de (vos) mots...
Cordialement et bonne continuation.
jlg

   MioModus   
21/4/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Vos mots chantent et vibrent dans l'âme de la poésie !
Vos mots dansent et vivent au coeur de l'île des mots !
Je vous lis de manière immodéré...

Les contemplatifs sont les guerriers les plus résistants !


Oniris Copyright © 2007-2018