Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Quidonc : Changement climatique
 Publié le 16/02/18  -  8 commentaires  -  1454 caractères  -  187 lectures    Autres textes du même auteur

Les orages de la vie n’épargnent pas les cœurs qui s’aiment et souvent les reproches remplacent petit à petit la tendresse.


Changement climatique



Les vents ont eu raison de toutes nos promesses,
Je me souviens d’hier le soleil était fort.
Du lundi au lundi les nuages progressent.

Déjà menace à tort l’échelle de Beaufort,
Me mettant face à face à un ciel guenilleux
Que commentera ton langage sémaphore.

L’éclat amer qui baigne le fond de tes yeux,
Dont l’entracte des cils scellera mon destin,
Est l’ultime exégèse des amours rouilleux.

D’une nuit sans sommeil je souffre le festin
Et un coup de tonnerre n’est pas à exclure.
Demain trouverons-nous un azur plus certain ?

Les éclaircies que prédisaient les augures
N’étaient que canulars, mensonges de braillards,
Leurs cadavres salés nourrissent les pagures.

Triste une corne sonne au loin dans le brouillard,
C’est la fatalité qui ailleurs nous éloigne
D’une époque où, du temps, nous étions les pillards.

Dans la monotonie que les jours témoignent,
Les amants oublieux de leur folle jeunesse
S’ancrent au froid du nord que leur cœur vide empoigne.

Les nuages du soir alternent en tristesses,
Ma prière nocturne extirpée au chagrin,
Le matin la redoute le temps d’une messe.

Navire fatigué d’essuyer trop de grains
Je fuis la chronique de nos vieux rêves fous,
Et prennent le large les désirs pérégrins.

La neige s’installait dans l’ombre des redoux.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
4/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
néo-classique
Orages de pluie et orages de mots furieux, grondent sous votre plume cher poète !
Même les éclaircies ne tiennent pas leurs promesses, et la tempête repart bientôt de plus belle, sur l'océan, sous le toit ...
NB la présentation en tercets est judicieuse, car elle fait penser à un grain, une brève accalmie puis vite le vent mauvais !
la 7e strophe est ma préférée !
le 13e vers mesure 11 pieds
le 19e vers mesure 11 pieds
ce serait dommage de passer, pour si peu, à côté de la forme présentée !
papipoète

   BeL13ver   
8/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Ce poème se lit d'une traite.
Il a de belles images météorologiques, qui versent dans le religieux dans les dernières strophes, qui montrent bien l'évolution d'un couple sur la durée. Il est vrai que souvent, nous pouvons paraître "oublieux de [notre] folle jeunesse".
Un poème sur l'amour et la haine, comme on en a écrit beaucoup. Le style est maîtrisé et alerte ; quoique le thème vu et revu. L'auteur, me semble-t-il, maîtrise bien son style, et gagnerai à montrer un peu plus d'originalité dans les thèmes. Ce thème de la séparation parcourt l'histoire poétique.
Il n'empêche que le texte est sympathique à lire, malgré la mélancolie qui transparaît.

BeL13ver, en Espace Lecture

   hersen   
9/2/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Un petite chose qui me chiffonne : prédire des augures; En effet, des augures sont des présages, c'est donc un pléonasme, à mon avis;

Sinon, j'ai trouvé ce poème centré sur les aléa du temps de façon un peu trop insistante; la météo constamment présente enlève pour moi une authenticité dans la vie de ce couple. je n'arrive pas à imaginer qu'on puisse calquer toute une vie sur les Eléments. je m'y serais mieux retrouvée dans ce couple s'il y avait eu moins d'insistance; je comprends que c'est une métaphore mais celle-ci ne doit pas non plus phagocyter son sujet.

Par contre, il y a une aisance certaine dans l'écriture.

   Donaldo75   
10/2/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,

J'avoue ne pas avoir accroché à la lecture de ce poème. Les images marines ou météorologiques, au choix selon le goût du lecteur, ont vite eu raison de ma lecture, parce qu'elles sont insistantes mais platement exposées, à l'instar de ce vers:

"Déjà menace à tort l’échelle de Beaufort,
Me mettant face à face à un ciel guenilleux
Que commentera ton langage sémaphore."

Exposé comme ça, malgré l'idée, le tercet sonne artificiel.

Les rimes ne sont pas au top (fort/Beaufort pour reprendre l'exemple du tercet).

   PIZZICATO   
16/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Dans son ensemble, ce parallèle entre les " climats " de l'amour et les variations météorologiques ne m'a pas vraiment séduit ; de plus j'ai trouvé le style de certaines images un peu ampoulé.

Par contre, ce passage m'a plu :
" Dans la monotonie que les jours témoignent,
Les amants oublieux de leur folle jeunesse
S’ancrent au froid du nord que leur cœur vide empoigne. "

   Synoon   
16/2/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Je trouve très dommage ces -e non-élidés à la césure qui ont brisé mon rythme de lecture, ainsi que les -e prononcés de "éclaircies" et "monotonie". A part cela, la forme m'a plu.

Pour ce qui est du sens, j'ai eu l'impression d'un peu tourner en rond. Je n'y vois pas de fil conducteur, j'ai l'impression que l'auteur redit juste encore et encore que ça ne va plus, en utilisant d'autres mots et d'autres images.

Enfin, le jeu avec la météo m'a assez peu convaincu. Trop pauvre à mes yeux pour pouvoir être le centre du poème, et trop riche pour pouvoir ne pas l'être.
"Et un coup de tonnerre n’est pas à exclure." => ce vers, par exemple, me semble placer assez artificiellement ce tonnerre.
Ainsi, je trouve que les images météorologiques s'enchaînent mal, j'ai du mal à vraiment percevoir un parallèle entre ce couple et la météo, tout est assez désordonné dans ma tête après lecture de ce poème.

   Vincendix   
16/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Quidonc,
Faire un parallèle entre les événements climatiques et l’atmosphère qui peut régner dans un couple, voilà une bonne idée. Le grand vent, les nuages, le tonnerre, le brouillard, le froid et la neige, autant de phénomènes déplaisants qui jalonnent une vie à deux. Mais quand il ne reste que ce côté négatif, quelle tristesse ! Il ne faudrait pas oublier, la chaleur, la brise caressante, le soleil et l’arc-en-ciel !
Quelques petites retouches seraient bien utiles pour rehausser ce texte mais après tout, tel qu’il est, il exprime parfaitement les sentiments de l’auteur qui regrette ce changement climatique et on le comprend mais peut-être est-il en partie responsable ?
Vincent

   Anonyme   
16/2/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Je vous ai lu et relu attentivement, et j'avoue m'être un peu ennuyé, ce poème est un peu trop, de strophe en strophe revient le même désenchantement, sans surprise.

Cet écrit manque un de rythme, d'éclats, je le trouve un peu terne. Je n'ai pas réussi à ressentir de l'émotion. C'est trop sur le même ton, monocorde. Il émane de ce texte une tristesse lancinante.

La comparaison avec la nature n'est pas suffisante pour apporter des images fulgurantes, cela reste monotone.

L'idée n'est pas mauvaise, mais vous n'êtes pas parvenu, il me semble à lui donner de l'ampleur.


Oniris Copyright © 2007-2018