Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MissNode : Goutte à la mer
 Publié le 28/05/18  -  8 commentaires  -  941 caractères  -  157 lectures    Autres textes du même auteur

Une goutte comme une larme.


Goutte à la mer



L'eau perle
ils sont tous là
le torse élancé
ou large
et rien ne bouge
leur flamme
est loin
enfermée tremblante
de la peur
de l'eau

L'eau goutte
elle a passé
tenant sa peur
tous les torrents
qui tant de fois
l'ont frappée
plaquée tout au fond
au lieu où siègent
les révélations

L'eau chante
le son délivrant
des femmes qui savent
leur propre démesure
et dosent la frayeur
l'intolérance à l'homme

L'eau mouille
les sécheresses
de cœur et de peau
gorgeant de caresses
espérées
les jardins sans écho
terres désertées
des hommes qui les tiennent
pour champs
de mines

L'eau perle
ils sont tous là
leur torse élancé
ou large
et rien ne bouge
leur flamme est loin
enfermée tremblante
de la peur
de l'eau


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Fowltus   
13/5/2018
 a aimé ce texte 
Pas
j'ai goûté à votre eau (cette goutte à la mer jetée comme une bouteille, que précise le titre), sans y déceler une saveur particulière.
Au reste, à chaque entame de strophe, les mêmes choses convenues:
'L'eau perle'
'L'eau goutte'
'L'eau chante'
'L'eau mouille',(eh oui!)
Bref pour moi de l'eau plate, sans vague poétique ni même clapotis.
Ce qui vous tient à coeur de dire, effort louable, ne passe pas à mon sens par ce biais d'écriture là.
Bonne continuation.
Fowltus

   Anonyme   
28/5/2018
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Le titre "Goutte à la mer", semblait engageant.


Après ma lecture, je suis très déçu, une première et une dernière strophe identique, cette répétition n'apporte rien de marquant, car ces strophes sont sans originalité, sans efficacité.

Le texte dans son ensemble reste bien trop commun, c'est du déjà lu et relu. Vos mots ne révèlent rien de spectaculaire, et n'ont pas assez de relief pour provoquer un ressenti, ce sont des propos trop anodins, ils manquent d'amplitude.

Cette "Goutte à la mer" aurait mérité mieux.

   Lulu   
28/5/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour MissNode,

J'ai bien aimé, pour ma part, ce poème qui me parle davantage que le dernier, même si je ne saisi pas tout. Il y a toujours une part de mystère, mais, ici, cela ne m'empêche pas de savourer cette voix qui porte une bien belle poésie.

Ainsi, je ne devine pas qui sont ces "ils" dans "ils sont tous là", mais la strophe les porte merveilleusement dans un rythme que j'aime beaucoup. L'image est nette, la sensation à fleur de peau.

Dans la seconde strophe, j'ai beaucoup aimé "tenant sa peur / tous les torrents"... notamment, et tout l'ensemble, bien que je n'aie pas saisi le terme "révélations".

La troisième strophe est superbe, toujours offerte au lecteur dans une dynamique qui va bien avec le chant, soit le propos "L'eau chante / le son délivrant / des femmes qui savent..."

Pour la strophe qui suit, j'y vois un lien avec votre dernier poème, mais peut-être que je me trompe... En tout cas, ici, je trouve les mots superbes, clairs et expressifs. Et toujours cette manière, propre à l'ensemble du poème, de déplier les mots comme on pourrait le faire d'une feuille entière.

La reprise de la première strophe m'a beaucoup plu. Elle est comme ce calme qui revient à la surface de l'eau après qu'on l'ait bouleversée en ondes par un galet...

Plus je relis ce poème, et plus je lui trouve de mystère et de beauté. C'est une forme de poésie qui me parle, et je pense que la forme en vers libres est parfaitement adaptée ici.

Bonne continuation.

   Eccar   
28/5/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,
L'eau céans est un peu eau pâle, eau creuse, eau pacifiée, sans eau rage.
Il y a un message sans nul doute, l'homme et la femme, une fois de plus, qui ne semblent pas sur la même longueur de cette o...nde.
Mais voilà, difficile de le comprendre, et le support de ce message est bien peu enjolivé pour accrocher davantage.
Une goutte à la mer, oui, mais un peu compliquée à retrouver au milieu de cette immensité bien calme.
Désolé

   Eclaircie   
29/5/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour MissNode,

J'ai apprécié ce voyage de l'eau au travers des tourments.
Cette goutte (à la mère ?) donc je peux lire tant de messages.
La reprise des mêmes mots dans le premier paragraphe signifie pour moi le recommencement de "la souffrance" de cette goutte, après la "peur", la "frayeur", le "chant (de délivrance ?), la cible que toujours cette goutte devient.
Un texte très sombre et suffisamment sibyllin pour délivrer le message que le lecteur veut y voir, à mon avis.
C'est pour moi un texte réussi et "efficace".

   Gabrielle   
30/5/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce poème traite du sujet délicat du besoin d'émancipation des femmes et de la peur qu'il génère chez les hommes.

L'auteure associe les larmes à des révélations qu'elles font apparaître (2ième strophe) :
"elle a passé
tenant sa peur
tous les torrents
qui tant de fois
l'ont frappée
plaquée tout au fond
au lieu où siègent
les révélations".

La 3ième strophe associe les larmes à la délivrance :
"L'eau chante
le son délivrant
des femmes qui savent
leur propre démesure
et dosent la frayeur
l'intolérance à l'homme".

N.B. : On note une opposition entre "la frayeur" des femmes ("la frayeur l'intolérance à l'homme") et la "peur de l'eau" des hommes.

La 4ième strophe associe les larmes à l'espérance :
"L'eau mouille
les sécheresses
de cœur et de peau
gorgeant de caresses
espérées
les jardins sans écho
terres désertées
des hommes qui les tiennent
pour champs
de mines".

La chute du poème renvoie à la première strophe, comme un appel face à une situation qui n'évolue pas.

Merci à vous pour cet enrichissant partage.

Bien à vous.



G. Michel

   Goelette   
3/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Un texte dont le charme ne se révèle pas facilement mais son rythme et la reprise de la première strophe peuvent envoûter le lecteur qui se laisse aller au fil de "l'eau".

J'aime beaucoup l’idée de ce passage :

"L'eau chante
le son délivrant
des femmes qui savent
leur propre démesure
et dosent la frayeur
l'intolérance à l'homme"

   MissNode   
4/6/2018


Oniris Copyright © 2007-2018