Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MissNode : La faux
 Publié le 04/07/17  -  10 commentaires  -  1006 caractères  -  184 lectures    Autres textes du même auteur

Une nuit, je me suis réveillée en hurlant…


La faux



Le visage de la mort sourit : son escarcelle est pleine.

Les moissons sont rongées de gris, les hommes crachent et hurlent leurs peines.



Leurs yeux blancs scrutent les démons dont le souffle arrive d’une flamme,

rasant des forêts leurs poumons…



Le vide est un silence de l’âme, son flocon dans l’œil fige l’iris :

C’est le vertige, le néant, et le vice de la faux agrippant le maléfice.



Les humains glissent en paquets dans la Terre, rendue bain de boues.

Les ouragans possèdent la planète, stroboscope de violences.



Les pétales font révérence à la nuit, dans un suintement glisse leur cri…

Des silhouettes noires enrobent la Lune.



Et le visage de la mort sourit : la nuit avale la vie dans son nuage d’encre.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Curwwod   
22/6/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Est-ce un romantisme exacerbé et mal digéré ou, plus probablement une insigne maladresse dans l'expression, d'on ne sait pas trop quoi, d'ailleurs, mais il me paraît impossible d'y croire. C'est frabriqué pour faire illusion et ça ne marche pas. L'outrance est bien souvent mauvaise conseillère, au moins autant qu'un ésotérisme de pacotille qui ne réussit pas à intriguer.

   Brume   
23/6/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour

Poème mortel d'une beauté glaciale.
Je lis vos vers comme j'admire un tableau sombre, dont le noir est la couleur dominante.

Votre description apocalyptique est à la fois belle, effrayante et bouillonnante.
Je ne me suis pas ennuyée en vous lisant, je trouve votre poème très expressif, violent, j'aime le décor et la vie autour. C'est très visuel avec ce tourbillon d'ombres et de touches blanches.

J'aime beaucoup les grands espaces entre les strophes comme pour laisser le temps au lecteur "d'observer" en silence les scènes tragiques.

De très belles images mais je relève ce passage évocateur de cette tragédie :

- " Les pétales font révérence à la nuit, dans un suintement glisse leur cri..."

   Sodapop   
4/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Missnode,
Quelle noirceur... Ton poème nous laisse entrevoir des images fortes, un monde des ténèbres qui n'est pas sans me rappeler la froideur glaciale de certains poèmes expressionnistes du 20ème siècle.
J'ai aimé donc le fait de pouvoir retranscrire, parfois très violemment, avec le trait poussé, un état d'âme ou le décor d'un théâtre macabre d'un champ de bataille. On sent, on ressent l'hécatombe, des hommes qui souffrent. Mais au final, on se rend compte de cette analogie entre la faux qui symbolise la mort, et le travail des hommes, les labours dans les champs. Cette idée est très judicieuse.
Le seul petit bémol pour moi, serait sur la construction, l'ensemble de la rythmique qui se trouve un peu affaiblie car un peu trop descriptive à mon sens. Tu aurais peut être du mettre un peu plus en avant les sensations de l'homme, sa souffrance et être un peu moins sur l'énumération. Mais après tout, il s'agit de faire passer par là un climat et d'exposer une atmosphère, c'est donc un ressenti assez personnel.
Bravo pour cette plume, j'ai apprécié.

   papipoete   
4/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour MissNode,
Un visage qui sourit hélas en Syrie, dans l'eau de la Méditerranée ou sur la Promenade des Anglais un 14 Juillet !
Dans votre poème, la mort sourit sur la Terre entière et se repaît de tout ce qu'elle prend aux hommes, c'est l'apocalypse !
NB les 9e t 10e vers sont comme l'extrait d'un cauchemar qui ne se dissipe pas contrairement à un songe merveilleux qui s'évapore !
J'aurais bien vu ce texte accompagné par une musique de Pink Floyd !

   PIZZICATO   
4/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bien sûr avec un tel sujet on ne peut s'attendre à de la sérénité en lisant ce texte.
Les images sont très représentatives du fond.
" Et le visage de la mort sourit : la nuit avale la vie dans son nuage d’encre. "

   Ananas   
4/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonsoir MissNode,

J'aime beaucoup !
Il y a une pudeur, une élégance dans les choix rédactionnels qui fait plaisir à lire/voir.
Une belle poésie, ponctuée d'images agréables (je regrette peine/peines sur la première strophe si je peux me permettre, car ça me semble encore trop recherché pour la rime.

Les sonorités me plaisent ici particulièrement, ça vient ajouter une sorte de feulement, de bruit de faux bien à propos !

Merci pour ce partage, et au plaisir de vous relire !

   Robot   
5/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il y a de la force dans ce poème. Certains textes sont à lire, d'autres à déclamer. J'aime cette allégorie toute en sonorité qui en fait un texte agréable à formuler, en adoptant un rythme lent de diction.

   MissNode   
5/7/2017

   Marite   
6/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Miss Node ! Pour un cauchemar c'en est un ! Les rêves, surtout lorsqu'ils sont intenses, ne doivent pas être considérés à la légère ... à chacun de les décrypter en allant jusqu'au bout de soi-même car le subconscient n'est pas une simple vue de l'esprit.
Cela dit, si à première lecture, ce poème ne m'a pas transmis les ressentis du rêveur, en relisant, rien non plus. J'aurais apprécié "entrer" dans ce cauchemar à travers les mots mais non, juste un spectacle. Les descriptions de la situation sont un peu stéréotypées, classiques en quelque sorte.
" le vice de la faux agrippant le maléfice. " je n'arrive pas à saisir cette expression, surtout "vice de la faux" ...

   Pouet   
6/7/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Bjr,

Je me suis demandé si "La faux" jouait aussi sur le concept de réalité, puisqu'il s'agit d'un cauchemar, le "faux" et le vrai, en plus du côté "La Faucheuse" de la Mort...

Je suis, concernant le texte en lui-même, relativement mitigé pour ma part.

L'expression, les images ne sont pas réellement parvenues à me convaincre cette fois-ci. Sans entrer dans les détails, j'ai trouvé l'ensemble assez convenu mais ce n'est bien sûr qu'un avis personnel et subjectif.

J'ai en outre trouvé un peu étrange l'expression " glissent en paquets dans la Terre", glisser sur oui mais glisser dans? Mais je me fourvoie sûrement, on glisse bien quelque chose dans sa poche, toujours est-il que j'ai trouvé ça étrange à la lecture, allez savoir pourquoi hein?! J'aurais plus vu ces humains se faire "avaler" ou "disparaître" dans la Terre mais bon je crains de ne pas être très clair en fait mais "glisser dans la Terre" me turlupine, comme une gamelle dans la gadoue quoi ;)...
De plus on retrouve "glisse" très peu de temps après et cela m'a un peu dérangé même si je suppose que c'est volontaire.

Voilà au final je ne suis guère convaincu par le texte même si j'en reconnais la qualité d'écriture. J'espère que vous ne prendrez pas ombrage de cet avis qui n'a pas valeur de vérité universelle.

Cordialement.


Oniris Copyright © 2007-2018