Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
MissNode : Poème à écorcher tout vif de toutes ses poussières
 Publié le 20/04/14  -  6 commentaires  -  642 caractères  -  211 lectures    Autres textes du même auteur


Poème à écorcher tout vif de toutes ses poussières



Vibrante,
l'odeur du soufre
réveille un flamenco.
Il croupissait, visqueux,
sous sa croûte de crasse.

Mais la Camarde rapplique !
De rage il virevolte :
le flamenco
s'arrache de ses crocs,
haletant sous ses éventails,
louvoyant loin du vampire.

« Vis et creuse ! » vitupère l'aïeule,
comme la pieuvre veuve
du haut de son nid de hibou.
Vicieuse,
la valse en allée,

la mort fragmentée
s'éclate
sur l'arcade des orages.

Fredonne la pluie,
fredonne la vie :
vamp !… pire qu'avant !


02/03/2013


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   troupi   
10/4/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
A part le titre qui me semble mal choisi j'ai beaucoup aimé ce texte court, violent, virevoltant.
Faut dire qu'au seul mot de flamenco j'ai l'oreille tendue.
"Vibrante,
l'odeur du souffre" un peu perplexe sur une odeur vibrante.
"réveille un flamenco.
Il croupissait, visqueux,
sous sa croûte de crasse." Ça c'est excellent !
"Mais la Camarde rapplique !
De rage il virevolte :
le flamenco
s'arrache de ses crocs,
haletant sous ses éventails,
louvoyant loin du vampire." Et alors ça c'est magique de puissance évocatrice. Décrire un ballet du flamenco face à la mort en si peu de mots, excellent.
L’aïeule, présentée comme une entité mythologique, trois mots autoritaires et tout est dit.
"la mort fragmentée
s'éclate
sur l'arcade des orages." OLE!!! Flamenco vainqueur ! La camarde peut s'en aller chercher fortune ailleurs, ici elle ne fait pas le poids.

L'indestructible force des traditions des peuples nomades les rend invincibles, c'est l'impression profonde que me laisse ce court écrit.

   fugu   
20/4/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Voici un poème qui a de la gueule et fière allure je trouve.
Je ne sais s'il est vraiment question de flamenco mais ce texte et son aspect sulfureux et volcanique emporte dans sa fièvre.
Il y a un coté cérémonie nocturne et sorcières de Salem qui me plait bien.

Je n'aime pas vraiment la dernière strophe et surtout le jeu de mot foireux du dernier vers (même s'il renvoie à la fin de la deuxième strophe) . Pourquoi ???

   Anonyme   
21/4/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Même le titre est tout un poème c'est rare, le titre c'est ce qu'il y a de plus difficile à trouver. Moi-même j'ai toujours du mal.

"Vibrante,
l'odeur du soufre
réveille un flamenco.
Il croupissait, visqueux,
sous sa croûte de crasse."

C'est sublime, la vision de la Vie fleurir dans la répugnance.

Le combat entre la Vie et la Mort m'ont entraîné dans la boue et dans la danse, je suis dans un conte fantastique.

Encore une fois c'est visuel, y'a du rouge et du crasseux.
ça bouge, ça valse, ça virevolte.

En revanche comme Fugu j'ai aussi envie de dire Pourquoi?? pourquoi ce jeu de mot: "vamp !… pire qu'avant !"

Une agréable lecture.

   RB   
22/4/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Difficile texte...je me suis interrogé et ai cherché si quelque part le flamenco tirait son inspiration de l'évocation de la mort, du combat pour s'éterniser... je n'ai rien trouvé.

Alors, ok, embarquement sans bouée dans le poème... et jusqu'au nid de hibou (pas "du" hibou) le voyage s'est déroulé avec les sensations que j'y trouvais.
Et puis, je dois le reconnaître, stop.

"Vicieuse,
la valse en allée,

la mort fragmentée
s'éclate
sur l'arcade des orages.

Fredonne la pluie,
fredonne la vie :
vamp !… pire qu'avant !"

J'ai eu l'impression d'avoir changé de registre, de poème. Le squelette se fragmente sur l'arcade des orages... des guitares, des talons qui claquent, des cris gutturaux des hommes qui regardent avec respect la femme qui se et nous fait violence ? Je me suis perdu...dans la pluie (?) et cette pirouette finale.

Question de vibrations différentes sans aucun doute car le texte est maîtrisé et l'imagerie aurait pu me provoquer davantage. Quoi de plus émouvant qu'une danseuse de flamenco possédée par sa danse et le spectacle intense qu'elle offre en souffrant ?

   Robot   
2/5/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est surtout la force des mots si bien rythmée qui m'a plu, tellement en accord avec ce thème du flamenco et le tragique qui est souvent traduit dans cette danse ressort bien de ce beau texte.

   MissNode   
2/5/2014


Oniris Copyright © 2007-2018