Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
mitsouko : Chimio
 Publié le 08/05/17  -  15 commentaires  -  507 caractères  -  196 lectures    Autres textes du même auteur

Face au cancer le combat des guerrières de la vie.


Chimio



La Dalila chimique
A fauché ta blondeur

Perruque ridicule
Pour monôme macabre

Sur ton crâne rasé
Tous ces regards fuyants

Tu skin head parfois
Sur le bord des falaises

Étourdissant de vent
Ce crabe qui sommeille

Et chaque jour gagné
Comme une apothéose

Cellules en apoptose
Dans ton corps en bataille

Dans la froideur bleutée d’une salle de soin
J’ai croisé ton regard qui voyageait au loin


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   troupi   
27/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est pas mal, la sobriété du texte et du titre vont bien au sujet sur lequel on pourrait en faire des tonnes.

J'ai trouvé chaque distique bien observé ; l’œil de quelqu'un qui semble savoir de quoi il parle, sauf pour le "crabe qui sommeille", à mon avis il ne sommeille jamais, il lutte et on le tue ou pas.

Le quatrième distique en dit long.

Quant au dernier il ouvre sur une note d'espoir, indispensable.

Bravo c'est bien vu.

   Raoul   
29/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Toujours "délicat" ces "sujets"…
Beaucoup aimé le tenu, la blancheur de l'écrit. La rigueur et la précision - l'utilisation des mots médicaux au sens abscons - font de ce texte une presque abstraction, et pourtant la compassion pudique est tout le temps en filigrane. Beaucoup de tact.
Très beau texte.
Pour chipoter sur le style et le corps du texte lui-même, pour moi, le "au loin" final est en trop (la rime n'apporte rien…). Idem pour le vers 5, "platement" narratif, il ne devient qu'explicatif, à mon avis, on y perd en sensibilité de regard et en qualité de ressenti.
La phrase de présentation est, pour moi, trop explicative et "résumante", inutile car le poème se suffit amplement à lui même.
Un très bel écrit poétique, je trouve.
Merci pour cette lecture. Touché.

   PIZZICATO   
8/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
" La Dalila chimique " La relation est très bien trouvée pour signifier cette manifestation ostensible de la chimio.

Un style sobre, des phrases courtes et des images qui impactent.

" Tu skin head parfois
Sur le bord des falaises "
" Et chaque jour gagné
Comme une apothéose "

" Cellules en apoptose
Dans ton corps en bataille " bien sûr il m'a fallu l'aide de Wikipédia pour bien assimiler ce passage.

   leni   
8/5/2017
Je suis très concerné par ce texte sobre direct dur Je vous témoigne
mon respect et vous demande de comprendre que je ne note pas Leni

   Zorino   
8/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Mitsouko,
Je savais bien évidemment à quoi m'en tenir en vous lisant - bien que j'ai longuement hésité à y venir - mais je ne m'attendais pas à lire tant de force en si peu de vers. Très bouleversant ! Je pense qu'il y a du vécu derrière ces mots.
Si ce n'est trop vous demander, faites-nous le plaisir d'ouvrir une page afin de nous communiquer quelques informations complémentaires. Personnellement, ça m'intéresserait.
Merci en tout cas pour le partage

   Donaldo75   
8/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Mitsouko,

C'est un sujet traité sobrement, avec des originalités que permet bien le style libre, avec des images quelquefois brutales, comme l'est la maladie.

D'entrée de jeu, avec la "Dalila chimique", on entre dans le drame, renforcé par les qualitatifs "ridicule" et "macabre", comme si la maladie ne suffisait pas et que le regard des autres en rajoutait une couche.

Je retiendrais
"Et chaque jour gagné
Comme une apothéose"

Parce que finalement c'est ce qui compte.

Merci pour la poésie,

Donaldo

   Anonyme   
9/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Texte intense, chaque mot est dense, d'autant que le titre dit tant.

Petite interrogation à propos de "sommeille" pour ce crabe qui est éveillé.

"Et chaque jour gagné
Comme une apothéose", c'est si vrai ...

Merci pour cette poésie qui déchire tant de silences qui entourent ce fichu crabe !

Nadine

   papipoete   
9/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour mitsouko,
Rencontre avec le " Duguesclin " du cancer qui lance toute ses forces contre lui !
NB la chimio qui soigne mais fauche les cheveux, transforme le malade en " skin head " au grand coeur qui parfois, longera dangereusement le bord des falaises, endroit qui d'un saut peut tout régler ...
Les 2 ultimes vers nous ramènent sur terre ...

   Alexandre   
9/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour mitsouko... Un poème réaliste où chaque mot, chaque vers prend tout son sens et cette chute, si poignante, qui résume parfaitement ce qui précède...

Dans la froideur bleutée d’une salle de soin
J’ai croisé ton regard qui voyageait au loin...

Très touché par ce texte court, je vous dis bravo et merci...

   Pouet   
9/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bjr,

Un sujet très bien traité. Rien à dire de très constructif, c'est vraiment très bien fait, l'écriture précise et imagée laisse place à l'émotion sans pathos.

Bravo.

   Somnium   
9/5/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Je mets un passionnément - oui, un passionnément, madame, monsieur - pour la beauté des deux derniers vers. De plus, le sujet me touche et j'ai bien aimé "monôme" et "apoptose".

Laissez-moi donc les réécrire ici, ces deux derniers vers :

Dans la froideur bleutée d’une salle de soin
J’ai croisé ton regard qui voyageait au loin

Merci.

   Curwwod   
10/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Métaphore biblique pour ouvrir ce texte qui évoque avec beaucoup de pudeur les affres de la maladie et la dureté extrême des traitements en cours. Avec aussi un humour (tu skin head) grinçant qui n'est pas sans sonner comme un défi à la souffrance et à la perspective de la mort (monome macabre). Et la volonté, la résistance, le courage (Étourdissant de vent Ce crabe qui sommeille ) L'espoir aussi jour après jour (apothéose) et la tendresse d'une communion par le regard (J’ai croisé ton regard qui voyageait au loin...)
Bouleversant!

   fried   
10/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Le cancer qui touche beaucoup de monde et il faut de l'espoir pour gagner la bataille. Je ressent l'émotion et tout les aspects de cette maladie évoquée ici.

   Proseuse   
16/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Mitsouko,

Un poème sobre et efficace qui sait rattraper ces regards --fuyants !
rien à dire sinon que vos mots sont très touchants !
merci pour le partage d' un texte qui force le respect
à vous relire bientôt

   ADN   
27/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Totalement abrupt et donc d'une grande puissance.
Aussi bien pour le fond que la forme.
Merci pour ce texte


Oniris Copyright © 2007-2017