Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Mona79 : Sur le quai des regrets [Sélection GL]
 Publié le 25/07/13  -  11 commentaires  -  995 caractères  -  213 lectures    Autres textes du même auteur

Quand l'amour espère encore…


Sur le quai des regrets [Sélection GL]



Sur le quai des regrets qu'un souvenir avive,
je t'attendrai.
Pour mieux te recevoir j'orpaillerai la nuit
d'un feu de joie,
nouerai dans mes cheveux une pierre de lune,
larme furtive.
Patiente, je serai d'avance au rendez-vous
de l'impossible,
guettant jusqu'au matin le train qui surgira
du long tunnel
où l'espoir, sans un cri, un soir s'est enlisé
à en mourir.
Sur ce quai déserté, balayé par les vents
de tant d'adieux,
lorsque tu paraîtras, nimbé d'une lumière
éblouissante,
dans mes haillons de pleurs, déchirés par l'aurore,
je serai là :
JE T'ATTENDRAI.



 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   kamel   
13/7/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Une attente au futur pleine d'espoir déforme la forme de cette poésie pour mettre en valeur ce souvenir qui ravive son cœur ,des mots chargés de sens montrent à combien elle est impatiente de voir son vœu se réaliser en concluant par des lettres majuscules JE T'ATTENDRAI,en effet ces lettres marquent sa capacité de vouloir attendre "l'impossible" mais elle attend tout de même....

   Marite   
15/7/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La présentation originale du texte traduit bien les envolées de l'espoir entrecoupées parfois d'une "larme furtive" de "l'impossible" ... des "adieux".
De belles images et expressions :
" ... j'orpaillerai la nuit ..."
Je "nouerai dans mes cheveux une pierre de lune"
Les "haillons de pleurs" ...

   Pascal31   
16/7/2013
 a aimé ce texte 
Pas
Un poème qui ne me laissera pas un souvenir impérissable.
J'ai trouvé l'ensemble trop convenu, sur un sujet usé jusqu'à la corde que seul un traitement original aurait permis de m'extraire de cette léthargie qui s'est emparée de moi peu à peu.
La présentation n'est certes pas banale, mais c'est à peu près tout ce qui ne l'est pas, ici (du moins, à mon goût).
La seule image qui aurait pu vraiment me plaire est gâchée par le vers suivant : "pour mieux te recevoir j'orpaillerai la nuit", ça c'est pas mal trouvé, mais pourquoi ajouter "d'un feu de joie" ensuite ?
"Orpailler" ne signifie pas décorer, mais trouver de l'or dans des cours d'eau. Bref, l'image est un peu ternie car trop incohérente.
Sinon, nous avons droit aux larmes, aux adieux, aux regrets, aux pleurs, à la mort... Rien de bien folichon, quoi !

   Robot   
25/7/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je goûte assez ces poésies de la nostalgie et des regrets. Ah les feuilles d'automne du grand V.H. Thème difficile à renouveler mais il est d'autant plus important de reconnaître ceux qui font l'effort de s'y essayer. Je trouve quand même quelques belles trouvailles "j'orpaillerai la nuit" - encore que mon Larousse ne me donne pas le verbe orpailler. Mais il s'agit peut-être d'une lacune de mon dico ou d'une licence de votre part (Dommage que le verbe recevoir ne corresponde pas vraiment). Je pense que rechercher eut été mieux adapté. L'orpaillage est une recherche.
"je serai d'avance au rendez-vous de l'impossible," "dans mes haillons de pleurs, déchirés par l'aurore" C'est quand même bien trouvé !

   Anonyme   
25/7/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Hello Mona la Contemporaine... C'est original comme présentation et même si le sujet n'est pas nouveau ce poème me va droit au coeur.

Bien qu'orpailler ne soit pas ici employé au vrai sens du terme, je le considère comme une licence poétique et j'y vois une nuit constellée de paillettes d'or. J'ai beaucoup aimé :
-où l'espoir, sans un cri, un soir s'est enlisé
-Sur ce quai déserté, balayé par les vents
-dans mes haillons de pleurs, déchirés par l'aurore...

Un poème alliant féminité et sensibilité, que demander d'autre ?

   Anonyme   
25/7/2013
Bonjour Mona,

On est assez loin de la maîtrise du dernier texte : « Pour une jeune fille ». Mais pour connaître tes talents de poétesse classique ou contemporaine, je me dis que des textes comme celui-là, on en a tous dans nos tiroirs. C’est même touchant et réconfortant de voir que les meilleurs passent aussi ou sont passés par les difficultés de la création.

Ici, la barque est un peu chargée, les métaphores nimbées d’un romantisme, que dis-je, d’une sentimentalité de facture très juvénile, très candide, très datée.
Un poème à contre-courant de l’air du temps, qui nous sort de notre époque et dit les choses comme on ne les entend plus.
J’avoue avoir un peu décroché :) de ce registre.

Mais c’est toujours très instructif de voir la diversité de ta production.

Cordialement
Ludi

   Anonyme   
25/7/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Mona
L'attente. Le pire et le merveilleux de l'amour.
C'est bizarre, les trains inspirent bien plus ce genre de sentiments que les bateaux ou les avions. Les départs sont les mêmes pourtant.
Les circonstances étant celles qu'elles sont, toutes mes pensées vont à cet autre train et à tous ces gens qui resteront éternellement dans l'attente.
Merci Mona

   Damy   
26/7/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Malgré ce qu'en disent d'autres commentateurs, sur ce thème tant de fois évoqué, c'est vrai, moi j'ai été ému dès la première lecture (ce n'est tout de même pas "Et j'entends siffler le train" !). Ce doit être mon côté romantique-fleur-bleue que je ne renie pas. Mais plus sérieusement:
j'ai été ému par la qualité poétique: celle des images évoquées par Marite, je ne les évoque pas à nouveau;
je l'ai relu plusieurs fois pour sa musique car j'ai été aussi bercé, comme dans une sorte de tango, par le rythme 12/4 opposant la "lancinance" de l'attente, dans le mouvement de l'espoir, des 12, à la vivacité, "l'incisivité" émotionnelles, statiques, saisissantes comme des flashes des 4. Un très beau contraste, très approprié à la situation angoissante.

(ps: "lancinance" et "incisivité" sont surlignés en rouge. Ce doit donc être des néologismes. Je les maintiens).

   Elmousikas   
26/7/2013
Commentaire modéré

   leni   
28/7/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
mona bonjour excuse mon retard Egale à toi même dans ton style nuancé imagé affectif J'orpaillerai la nuit..Du long tunnel où l'espoir...Balayé ...de tant d'adieux Superbe!!!Et déchirés par l'aurore...Admiratif !Merci Leni

   Ioledane   
31/7/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C’est une belle déclaration amoureuse, où l’émotion est portée par un rythme saccadé comme des pleurs, et par des images fortes et lumineuses.

Je relève en particulier :
« Sur le quai des regrets qu’un souvenir avive »
« Sur ce quai déserté, balayé par les vents / de tant d’adieux »
« Dans mes haillons de pleurs, déchirés par l’aurore ».

Il se dégage de cet écrit quelque chose de pathétique, comme si cette attente devait être éternelle et vaine : « regrets », « rendez-vous de l’impossible », « l’espoir (…) enlisé à en mourir », « adieux ». C’est fort, prenant et bien réalisé.

   Lulu   
25/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une belle promesse portée par beaucoup d'émotion presque contenue.
Le rythme renforce cette impression, il me semble. C'est à la fois contenue et débordant. C'est paradoxal, mais ça fait le charme de ce poème dans lequel la poète déclare qu'elle attendra.

J'aime beaucoup le titre, bien que je le trouve plus triste que le poème lui-même. Il implique un passé dans toute sa densité, comme le poème qui le suggère, mais ce dernier est davantage tourné vers l'avenir.

J'ai beaucoup aimé l'image de la "pierre de lune" pour nouer les cheveux... Ce poème est vraiment beau.


Oniris Copyright © 2007-2019