Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Moon : C'était l'été
 Publié le 22/04/08  -  4 commentaires  -  2019 caractères  -  13 lectures    Autres textes du même auteur

Petits souvenirs de mon enfance. Un petit ruisseau, un cerisier, il ne faut rien d'autre pour que la magie s'opère !


C'était l'été



Certes il avait fière allure
Unique phare dans cette mer
De mauvaises herbes et de pierres
Coincées entre trois murs

Depuis la nouvelle route goudronnée
Je vois de belles perles rubis
Protégées par des feuilles en poignées
Le rouge scintille puis s’évanouit

Terrible îlot de gourmandise
Pour chaque bouche qui s’éternise
À trois soupirs des tentacules
Un groupe de merles se congratulent

S’octroyant une part du butin
De manière sournoise et agile
Odieuse rapine je m’en souviens
Bribe d’un souvenir infantile

Dans cette inconnue chamarrée
Où règnent par bouquets les odeurs
Exhibant d’orgueilleux panachés
De florissantes couleurs

Sur ce lopin rocailleux
La végétation part se noyer
Aux abords d’une rivière
Fraîcheur domptée par les vieux
Pour leur canne et leur filet
Dans l’harmonie la plus sincère

Dans ce cours d’eau les galets chantent
Les truites caracolent de leur mieux
En ce tumulte émergent des plantes
Où les couleurs bercent les yeux

Devant la grille j’ironise
Les mains accrochées aux barreaux
N’oubliant pas mes promises
Négligées un temps par les oiseaux

Un pépiement enjoué déchire l’instant
Et claque comme un coup de vent
S’enfuit et file pour un fardeau
Sur un mouvement sans défaut

En cet été de purs plaisirs
Une légitime soif de découvrir
Les rouages de cette œuvre vivante
Sous les caprices d’une nature émouvante
Elle restera à jamais étrangère
Enivrantes senteurs de terres

Derrière la frêle herse rouillée
S'embrase ma curiosité
Frustrée de ne pouvoir
Se plier au bon vouloir
D’une jeunesse capricieuse
Parsemée de pensées vicieuses
Je me permets de rêver
À cet idyllique cerisier

Du tréfonds de ma mémoire
À la plus grande joie de mon histoire


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   David   
22/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Moon,

Bravo pour "Parsemée de pensées vicieuses" le doux crime de voler des cerises, en escaladant les branches de l'arbre j'imagine...le poême forme un joli tableau, par contre je crains que "À trois soupirs des tentacules" sacrifie à la rime, pour le reste le texte m'est plus évident, dans un bon sens du terme.

   Anonyme   
23/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Oui je pense comme David, un joli tableau, on imagine très
bien... Belle atmosphère...

   Anonyme   
23/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Dans cette inconnue chamarrée
Où règnent par bouquets les odeurs
Exhibant d’orgueilleux panachés
De florissantes couleurs


Joli thème et métaphores...

   Anonyme   
26/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
"C'était l'été", qui se libère des souvenirs dans chaque mot;

Je vais commencer par ce qui m'a été un peu désagréable
la sonorité de ces rimes suivantes :
- capricieuses/vicieuses
- tentacules/congratulent

Par rapport au reste du texte, à sa fraicheur, sa légèreté,
je me suis senti dans l'ambiance de ce vécu, c'est charmant,
coloré, les images arrivent avec bonheur. Il y a aussi ce
petit côté espiègle, si présent dans l'enfance.

Dans l'ensemble ce poème est très agréable à lire, et à relire,
je ne m'en suis d'ailleurs pas privé, cela m'a ramené à
d'autres souvenirs.

Il y a une belle harmonie, et un bon rythme.
J'aime le côté bucolique qui se dégage de ce très beau poème.


Oniris Copyright © 2007-2019