Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Myo : Déshabillez-moi
 Publié le 29/05/21  -  14 commentaires  -  1043 caractères  -  260 lectures    Autres textes du même auteur

Clin d'œil…


Déshabillez-moi



N’hésitez plus, je vous en prie,
Si mon propos vaut quelques sous,
Venez ici, sans pruderie,
Mettre mes mots dessus dessous.

Bien peu m’importe le plumage
Quand seul le verbe vous séduit,
Je vous sais maître du langage,
Nul n’est besoin de sauf-conduit.

Posez sans frein votre critique,
Mon ego n’a pas le gros cou,
Avec moi, point de polémique,
Ôtez vos gants, votre licou.

Je ne ferai la fine bouche
Si vous me faites la leçon,
Pas de hauts cris ni d’escarmouche,
Effeuillez-moi, là, sans façon.

Pour le plaisir et le partage,
Je prône la sincérité,
N’espérant de votre passage
Qu’un paraphe de vérité.

Un peu, beaucoup, va le pétale
Au gré du vent pour quelque erreur,
Loin d’être une beauté fatale,
Je ne suis qu’une simple fleur.

Et si je perds l’ultime plume,
Nue et libre de tant d’égards,
Je ne craindrai rien que le rhume,
Riche du vrai de vos regards.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Cristale   
13/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un rien coquin, un rien provoc', le "clin d'oeil" en avant-propos nous prévient, et voici un petit poème vêtu d'octosyllabes angéliques bon chic bon genre qui se déshabillent doucement.

Métaphores au sens à peine voilé je lis ici un discours qui s'adresse à un certain lectorat dont la critique n'est pas en berne. Le couperet menace l'ultime plume, (ça me rappelle quelque chose...) celle qui réchauffe le coeur et dont la chute ferait un peu de peine mais ne pas s'en plaindre, accepter ce dénuement reste la fierté de l'auteur(e) tant que les donneurs de leçons font preuve de sincérité, de respect, dans un esprit de partage.

Je pense que quelques plumes bien méritées viendront couronner ce poème.

Voilà, suite à l'invitation du vers 4, je suis venue "Mettre mes mots dessus-dessous."

Cristale
en E.L.

   domi   
13/5/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Très féminin....

Savoureux comparatif entre le déshabiller des vêtements et la critique littéraire, merci pour le sourire !
"ötez vos gants",.. "effeuillez-moi, là, sans façon" : trop drôle!

Un clin d'oeil malicieux à notre site et ses commentaires, avec son joyeux humour - "masochiste", "provocateur" ? - mais après tout n'aimons-nous pas être déshabillé de cette manière dans nos poèmes ?...

Le tout parfaitement maitrisé techniquement dans des vers courts aux très belles rimes (pas facile) : un régal !

   papipoete   
29/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Myo
Du rimmel sur les yeux, un trait de sourcil prononcé et nous voici à écouter Juliette chanter lascivement " déshabillez-moi "
Et strophe après strophe, j'ose ( farouche que je suis ) effeuiller pétale après pétale, l'héroïne dont la bouche propose un si délicieux exercice... je t'aime un peu, beaucoup, à la folie !
NB ce propos en octosyllabes " classiques " valant quelques sous, c'est avec plaisir qu'ici, je " mets mes mots dessus dessous ", et vous suis avec ma timidité fidèle comme un chien, dans cet effeuillage où il devra rester cependant un pétale... très laid, votre masque anti-covid !
Les deux dernières strophes ont faveur particulière à mes yeux, mais je les baisse pourtant lorsque la blancheur de vos formes...me font rosir...
PS je n'ai jamais craint ( comme malade que l'on soigne ) ) de paraître nu devant une infirmière, mais l'inverse me fait sourire...

   Zeste   
29/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
Un commentaire court mais qui en dira long...
Je dirais tout simplement que la lecture de ce magnifique poème ne va pas sans me rappeler la fameuse semeuse du Larousse...

   Anonyme   
29/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Myo,

Je viens sans crainte aucune poser quelques mots sous ces jolis octosyllabes classiques que j'ai déshabillé avec douceur, intérêt et le petit sourire qui va bien .
Désolée, je ne vois point de vilaines critiques mais je vous envoie de ce pas par colissimo quelques plumes bien protégées pour que celles-ci ne s'envolent pas.

Un joli clein d'oeil, comme précisé dans l'incipit, et j'aime l'originalité du sujet.
Il fallait y penser.

   inconnu1   
29/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Joli poème avec visiblement une double inspiration, la marguerite mais bien sûr Oniris. Vu les retours, vous aurez sans le moindre doute quelques plumes pour vous couvrir

Bien à vous

   Damy   
29/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Non, je n’oserai déshabiller ce poème, juste le revêtir d’un voile : comment une fleur peut-elle perdre une plume ?
Vous n’attraperez pas de rhume, j’ai dégusté vos vers drapés de la soie portée avec élégance d’une fine satire sympathique, humoristique et un brin moqueuse.

Un vrai plaisir de lecture.
Merci, Myo.

   hersen   
29/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voilà un texte bien humoristique, surfant sur les récurrents sujets des plumes, des commentaires et aussi du classique.
le tout donne un ton à la fleur de sel, c'est joli, pas grinçant pour deux sous, bien observé, et démontre de la part de l'auteur une grande philosophie, se marrant en maniant la dérision.

Un texte qui m'a plu, car il m'a amusé par son esprit !

   Castelmore   
30/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très original, subtil, coquin, gracieusement féminin et parfaitement classique ... c’est du lourd !

Vite un « boa » pour couvrir la vedette !

Bravo !
Castelmore

Ps : pour les plus jeunes écoutez « Mon truc en plumes » de Régine

   Eskisse   
30/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Myo,

C'est l'élégance alliée avec l'humour...

J'aime beaucoup le ton primesautier et l'idée originale du thème de la critique littéraire avec pour credo la sincérité.
Un zoom sur : " Mon ego n'a pas le gros cou" qui nous parle à tous. Assurément cette fleur n'est pas un narcisse. Belle leçon.

   Yannblev   
31/5/2021
Bonjour Myo,

En « vérité » je vous le dis… mieux vaut des critiques qui vous foutent à poils sans vergogne qu’une indifférence devant l’offrande que vous faites en vous proposant, corps et âme déshabillés, avec des mots choisis. C’est bien plutôt l’indifférence qui vous envoie méchamment vous faire rhabiller... pas les critiques… les critiques ? Ferré disait que ce sont des ratés sympathiques… ça me semble assez juste.

Merci du propos pertinent.

   Davide   
31/5/2021
Bonjour Myo

Un petit poème aussi gracile que gracieux. Mais... le "clin d’œil" annoncé, il m’a fallu du temps pour le comprendre. Je voyais bien qu’une métaphore avait endimanché le poème et vernissé les contours, je voyais bien qu’il était question d’un sens – très – figuré, d’une histoire de "mots", de "plumes", mais… mais non, je ne comprenais pas. Pourtant, la parure suggestive seyait à merveille à ce poème délicieusement impudique.

Alors, le voyeur que je suis, ignominieux personnage il faut le dire, s’en est allé pécher sur le rivage des commentaires oniriens (j’ai lu les autres commentaires)… Péché véniel, évidemment, car j’ai bien vite aperçu un oiseau attraper un ver et se délester de l'une de ses plus belles plumes. Eurêka !

La métaphore, telle une eau vive, est devenue claire à mes yeux éblouis, j’ai donc relu le poème et ai pu en apprécier la touche d’humour bienvenue, la thématique facétieuse et le cisèlement de l’écriture. Si j’admets avoir passé avoir un agréable moment, je dois aussi admettre ne pas être très friand de ce genre de poèmes "légers" en général ; je préfère donc m’abstenir de noter, car je ne saurais pas bien où placer le curseur.

   GiL   
31/5/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Très spirituel ! Bien vu ! Léger et pétillant comme un verre de champagne, ce poème m'a mis de bonne humeur pour la soirée.
Et quand on sait que plus le vers est court, plus la rime est difficile à attraper... bravo !
Merci, Myo

   EtienneNorvins   
22/8/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Au revers d'une pièce de circonstance (?) se laisse lire un généreux art poétique, aussi limpide que troublant... En effet, il semble que la chute de reins de vos deux strophes finales puisse être gravée au fronton de cette académie. J'en fais mien le secret conseil... Plus précieux peut être que l'or, il y a du bonheur dans cette voix.
Merci pour ce partage,
Admirativement.


Oniris Copyright © 2007-2020