Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Myster : Portrait au fil de soi (n°1)
 Publié le 25/06/18  -  5 commentaires  -  939 caractères  -  131 lectures    Autres textes du même auteur

Histoire d'un empathe.


Portrait au fil de soi (n°1)



Je suis un schizophrène écarté de l’humanité
Un être à part bloqué entre plusieurs réalités
Comment me présenter quand vous me pointerez du doigt
Cinglé, fou, malade, étrange, je vous laisse le choix

Mon monde n'est que flot d'émotions et de perceptions
De sensibilité, d'énergies et de dépression
"L'enfer c'est les autres", leurs idées noires, leurs émois
Ou seulement mon incapacité à n'être que moi

Aspirant tous les maux, je suis la boîte de Pandore
Vos ondes négatives cohabitent en mon corps
Je suis la fusion ou le mélange de vos essences
Je ne peux le supporter, je n'en ai pas la puissance

Ai-je obtenu un don ou une malédiction ?
Est-ce le fruit de mon immense imagination ?
Je souhaiterais être capable de contrôler
De vous aider et de réchauffer vos sens affolés


Mais je ne suis qu'un empathe au cœur décoloré…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   BlaseSaintLuc   
10/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est quoi un empathe :

"Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les gens qui sont des étrangers ou des personnes que vous connaissez à peine s’ouvrent à vous et partagent leurs pensées les plus dignes de confiance ? Avez-vous une connexion immédiate avec les animaux ? Êtes-vous incapable de regarder la violence, la cruauté ou la tragédie à la télévision ou dans les films parce que votre âme ne peut tout simplement pas le supporter ?

Êtes-vous capable de connaître le caractère des gens que vous rencontrez dès la première rencontre ? Êtes-vous doté d’un sens spirituel profond et trouvez-vous que le monde et tout ce qui l’enture est pesant ? Êtes-vous souvent fatigué et avez-vous des maux physiques qui ne peuvent pas être expliqués d’un point de vue médical ? Si vous avez répondu « oui » à l’une de ces questions, alors vous êtes peut-être un empathe."

Les empathes sont très sensibles à l’énergie et aux émotions des gens, des animaux, et parfois même des empreintes spirituelles qui existent autour d’eux.


Par conséquent, oui le poème décrit bien la chose, bien écrit,
Agréable à lire pour un thème difficile.

   PIZZICATO   
25/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le sujet est original et intéressant. Le titre est bien choisi.
Bien sûr, difficile de le traiter en quelques vers ; mais j'ai trouvé que l'essentiel est assez bien exprimé.

" Mon monde n'est que flot d'émotions et de perceptions "
" L'enfer c'est les autres "
" Je souhaiterais être capable de contrôler
De vous aider et de réchauffer vos sens affolés "

   Robot   
25/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Einfühlung" selon Max Scheler. La fusion empathique. Tout le contraire de l'amour du prochain. Savoir intuitivement ce que les gens croisés ressentent irait bien au-delà de la compassion. Je ne voudrais pas être télépathe, quelle horreur cette absorption de l'égo des autres.
Un thème original que je n'avais pas encore vu traité en poésie. Pas facile d'être clair sur ce vaste sujet. C'est plutôt bien réussi.

   papipoete   
25/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Myster
on dit de moi bien des choses ; j'attirerais le Diable et les mauvaises ondes, il vaut mieux m'éviter si l'on tient à son intégrité ! Les commères avec leur langue de vipère, me prennent pour fou et diffusent la bonne nouvelle alentour .
Nul ne me comprend, nul ne voit que je suis tout le contraire des basses rumeurs ; je ne suis qu'un homme bien ordinaire chantait Charlebois ; moi, je ne suis qu'un empathe au coeur décoloré ...
NB je lis en chantant l'air du Québecquois, votre poème dont les lamentations ne laissent pas indifférent !

   Anje   
26/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Un sujet difficile, délicat à traiter en poésie tant il est peu poétique. Mais l'auteur s'en tire parfaitement, sans repeindre un visage tordu tant de fois croqué, sans mot extirpé d'une blouse blanche et rend la psychiatrie intelligible. Néanmoins, cet extrait de manuel spécialisé versifié, ne m'a accroché que par son clin d'oeil à Jean-Paul Sartre et l'image finale du coeur décoloré.
Pourquoi ce (n°1) dans le titre ?
Merci de votre partage intéressant et courageux.


Oniris Copyright © 2007-2018