Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
nico84 : Le Cotentin : le chemin des douaniers
 Publié le 16/05/08  -  10 commentaires  -  767 caractères  -  186 lectures    Autres textes du même auteur

Ma région natale où j'ai vécu 19 ans. Depuis deux ans, je n'y vis plus et cela me manque parfois car je ne retrouve ce décor qu'à Noël.


Le Cotentin : le chemin des douaniers



Les fougères forment un rideau vert,
Sur les collines en ordre dispersé,
Un chemin se faufile au travers,
Pour des randonneurs alignés.

Le vent s’engouffre dans les feuillages,
Chatouille la mer qui dérive,
La houle crée l’embrun au rivage,
Une brise murmure aux oreilles attentives.

Les falaises donnent le paysage accidenté,
Une harmonie mélodieuse ravive les sens,
Au rythme régulier de la mer, des marées,
Explosant aux rochers dans un ton de violence.

Parfois, la nature installe une place de choix,
On observe au lointain les bateaux au bleu infini,
Le silence envahit et apaise l’atmosphère que renvoie,
L’homme assis, réceptif, qui découvre enfin la Vie.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
17/5/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
A mon oreille, le rythme est défaillant...
Quelques banalités comme:"Au rythme régulier de la mer", il me
semble que tu aurais pu plus fouiller l'image. "Des randonneurs
alignés" aussi je trouve que ça sonne pas bien.

En revanche il y a une certaine ambiance dans ton poème et on
peut assez bien visualiser ce que tu veux nous faire passer et
cela j'apprécie. Je reste tout de même mitigé sur l'ensemble.

   clementine   
16/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai bien aimé l'ambiance et j'ai senti les embruns et le vent de la mer qui soulevaient mes cheveux et chatouillaient mes narines.
Et je l'ai vu ce sentier serpentant nonchalamment au milieu des fougères et je me suis placée derrière les randonneurs.
Il n'y a que le dernier vers où il me semble que la sonorité demande à ce que le "enfin "soit supprimé. Snon j'aime bien l'homme assis qui découvre le paysage et la vie, belle image très lumineuse.

   Anonyme   
16/5/2008
J'adore les randonneurs alignés qui contrastent avec le désordre de la nature environnante...

Belle ambiance.. on se croirait sur les falaises de la côte d'Opale..

J'aime moins le dernier V majuscule de vie et le "enfin", j'imaginais l'homme assis, qui a pris de la la distance par rapport à toute chose. A des kilomètres de considérations comme: "ah ça c'est la vraie vie!"...

En résumé tu m'as fait voyager...

   strega   
16/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Et bien, tout ce qu'on peut ressentir sur le chemin des douaniers, Nico tu l'as en bonne partie écrit.

Les odeurs, les sensations, les visions, les ressentis. Vraiment, très bonne retranscription.

Même si j'aurais vu une forme plus serpentine peut-être.

   marogne   
16/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J'ai bien aimé l'ambiance dégagée par le poème, et les images qu'il évoque. J'ai trébuché sur deux vers qui ont terni mon plaisir:

"Pour des randonneurs alignés", et "Les falaises donnent le paysage accidenté".

J'ai bien aimé aussi le contraste entre la nature sauvage, déchainée, et la sérénité que celà peut apporter à celui qui veut prendre le temps. Une fin où on se verrait bien, méditant sur le beau et sur le vrai, au dessus des flots.

   TITEFEE   
17/5/2008
ce chemin des douaniers je l'ai suivi en pensée, mais du côté de Pornic où il serpente, sauvage et parfois si escarpé que la mer a l'air de vous attendre en bas...dangereuse et attirante
ton poème m'a plu bien que quelques vers me semblent aussi pas assez scandés comme l'est l'océan là-bas. Mais peut-être qu'une deuxième lecture s'impose, et là il est trois heures et demi du matin et le rêve n'est pas là !
je te noterai lorsque je reviendrai du pays des mystères;

   victhis0   
14/9/2008
 a aimé ce texte 
Pas
Il peut être n'importe où ce chemin, mais pas spécialement dans le Cotentin qui m'a vu naître et que je connais trop bien. Je n'y ai pas retrouvé qqc de singulier ni de reconnaissable ni, tout bien pesé, que je n'ai déj lu relu trop souvent et presque toujours avec plus de souffle et d'émotion que ces vers un peu plats.
Navré que Nico 84 nous quitte, néanmoins.

   FredericBruls   
21/4/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bah je ne le trouve pas si mal que cela ce poème !
Certes, techniquement il n'est pas au dessus de toute critique (le rythme surtout !), mais Nico arrive à mettre le lecteur dans une certaine ambiance de rêverie. C'est déjà bien
je trouve.

   Anonyme   
5/5/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
De gros problèmes de rythme rendent la lecture difficile. Mais la langue est correcte, les descriptions sensibles.
Manque plus qu'un peu de boulot.

   rmfl   
19/11/2011
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime bien-sûr, moi la fille du Cotentin! Je trouve cela bien rendu et j'y ai bien reconnu les caractères typiques à cette région.
mais il n'empêche que le poème est mal rythmé.


Oniris Copyright © 2007-2019