Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
nico84 : Le fil du temps
 Publié le 24/04/09  -  34 commentaires  -  798 caractères  -  308 lectures    Autres textes du même auteur

L'énergie de la vie qui croît et décroît.


Le fil du temps



Naissance, aux abois, il est obligé de ramper sur une longue pente aiguë,
Il s’arrache péniblement du sol continu, lisse et pesant,
Et déploie ses muscles matures, poursuit sa mue,
Il profite de cette force et se lève en grimpant,
Accomplit, sans souci, l’unique ascension,
Il jouit de sa force en démonstration,
Sur le haut sommet
Vitalité,
S’amorce alors,
La légère descente,
Gérée par le puissant corps,
La maîtrise s’éclipse sur la piste glissante,
La douleur intense grignote la volonté de l’esprit,
Et en contrebas, l’ultime drapeau d’arrivée s’obscurcit.
Les muscles frêles ne respectent plus les directives cervicales,
Et la silhouette humanoïde, impuissante, chute dans le gouffre sans râle.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Garance   
24/4/2009
Un sablier ! profil adéquat pour évoquer la fuite du temps et de l'énergie physique.
J'aime l'originalité de la présentation, mais que la vie semble pénible du début à la fin !

   PetiteMarie   
24/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime bien cette noirceur dont ton poème est fait. Ça donne une certaine beauté, une force morale quoique obscure. Et, évidemment, la présentation apporte un petit plus!

   Flupke   
24/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Nico84,

J'ai bien aimé l'appolinarisation de la présentation graphique.
Je pense que neuronale serait plus adapté que cervicale (qui semble plus avoir trait à la nuque).
Le mot vitalité juste au milieu va bien avec l'apogée.

Sur le plan purement graphique, le vers 1 est un peu long et au vers 6 l'élision de Il (comme au vers 5) donnerait une gradation plus régulière. Mais ce n'est pas très grave. Juste du chipotage :-)

Autrement j'ai bien aimé l'originalité.

Amicalement,

Flupke

   Anonyme   
24/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime bien, surtout à partir de Vitalité quand s'amorce la descente. Me suis plus attachée à la forme physique du poème qu'au contenu, mon regard s'est arrêté sur vitalité, oui, et sur la descente amorcée, l'ajout de la forme aux mots est à ces lignes précises intéressante et attachante.
Un peu comme Garance je dirai que la vie est difficile. Ardue et compliquée mais bon, c'est pas une découverte : le point de vue est appuyé. J'ai aimé aussi l'image de la première ligne, ce balbutiement d'humain s'arrachant au sol.

   Anonyme   
24/4/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'aime l'idée et son traitement littéraire, je reste plus dubitatif sur la nécessité du calligramme.

Le style est plaisant, un brin cynique, un fond de désespoir, le traitement sous forme d'une course.

Mais je trouve ce sablier trop "évident", trop "facile". C'est dommage c'est comme si (ce n'est que mon avis), tu nous forçais à comprendre ton poème, qui l'est pourtant très compréhensible.

   Menvussa   
24/4/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
J'aime bien la présentation, ce sablier avec son étranglement, ce sablier qui compte notre temps.
Mais le texte en lui-même ne m'a pas emballé, et je n'y ai pas trouvé beaucoup de poésie.

   widjet   
24/4/2009
Une forme intéressante (mais depuis, on a finit par s'habituer à ces artifices, merci qui ?...Merci Franco & David ! :-)))
....pour un traitement plus convenu.

Ca manque de "vécu", je trouve Nico, ce vécu qui font trouver les mots qui accrochent la rétine, ceux qui s'inscrivent durablement dans notre esprit.

Il y a du travail, mais pas de chair selon.

Pas convaincu le Widj.

Widjet

   FredericBruls   
24/4/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide. (Baudelaire)

Un thème classique, abordé sous la forme de calligramme (merci Appolinaire !). Un poème sans fioritures, simple à comprendre.

   lotus   
24/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Généralement, je ne suis pas toujours séduite par les formes très originales.Je recherche surtout la poésie, mais ici, elle se prête bien au sujet de ton texte. Elle apporte un plus.

Le temps, sa course folle, son mystère...tes "petits grains" de mots remplissent bien ce sablier.

   Anonyme   
24/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Sympatoche la forme de sablier. Toute une vie tient dedans en plus! On comprend la naissance, la montée en puissance puis la décrépitude. Un constat. Assez bien vu, réaliste et sans fioritures.
Poésie descriptive, "terre à terre". Pourquoi pas?


PS: Pas terrible le titre.

   Anonyme   
24/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Nico ! J'aime bien le symbole du sablier d'où s'écoulent inexorablement nos jours, du berceau au tombeau, en passant par cette vitalité, représentation de l'"apogée" de nos insignifiantes existences. A méditer !

   Absolue   
24/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
La forme est originale et le thème bien amené, merci!

   FABIO   
24/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Fatalité quand tu nous tiens!
Je reconnais un travail d'orfèvre pour organiser une tel mise en page en rapport avec le texte.
Une juste vision du temps et de son paradoxe.
Je regrette juste a titre personnelle le mot humanoïde qui sonne pas très bien

   TITEFEE   
25/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai été agréablement intéressée par cette fuite du temps à part, pour le terme cervicale, qui aurait été mieux remplacé par neuronale,... mais tu pourras le faire aisément pour la compréhension du texte...
Car si le bébé se tord le cou pour arriver à la lumière, le mourant, lui sombre la plupart du temps sans se tordre le cou mais la mort apparsait par la mort du cerveau....et un encéphalogramme plat l'atteste.
A part ça j'ai trouvé ton texte très bien et facile à comprendre et à suivre comme cette fuite en avant que nous vivons tous

j'ai enregistré ce matin... il faisait beau, et la vie battait à mes tempes.

http://sd3.archive-host.com/membres/playlist/1086141494/lavieNICO.mp3

   Anonyme   
25/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Visuellement magnifique, quelques vers vraiment intéressants aussi. Un bel exercice, bravo Nico

   Lariviere   
25/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Oui... Tout en progression le Nico...
Merci pour ce poème.
Pour sa forme mais aussi pour le fond, je trouve que la construction de l'écriture progresse aussi : les images, le rythme, la sonorité... On voit qu'il y a du travail derrière... C'est pas mal...

"Vitalité" : la partie médiane du poème où le "fil du temps" devient si fin qu'il peut être rompu... Et "S'amorce alors la légère decente"...

Bonne continuation !...

   clementine   
25/4/2009
J'aime beaucoup.
Une maturité émerge qui donne de la force à cet écrit.
L'image du sablier est originale et terriblement parlante.
Naître, vivre et mourir.
Seul le mot "cervicales" m'a déplut.
Bravo Nico, belle progression.

   Pandora   
26/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
De l'ascension au déclin en passant par l'apogée d'une vie, voilà un intéressant voyage égrainé par ce sablier poétique.

Peut-être un peu court pour synthétiser le flot d'une vie? Paradoxe souhaité certainement, mais qui me laisse sur ma faim.

Jolie métaphore et performance, quoiqu'il en soit.

Au plaisir,

Pandora.

   Anonyme   
26/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
L'idée du sablier est plutôt bonne.
On sent bien l'écoulement de cette vie (plutôt laborieuse) à travers tes vers.
Le mot : "vitalité" est placé exactement là où il devait être et c'est bien vu de ta part.
Juste une chose que je trouve un peu dommage : La partie supérieure du sablier est un peu moins bien représentée à cause de vers moins bien dosés. Enfin ce n'est qu'un détail.

   Anonyme   
27/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
On peut évidemment critiquer la facilité de faire un calligramme en forme de sablier, mais encore fallait-il y penser, et trouver des phrases au nombre de caractères suffisant pour que le dessin final soit équilibré!
Ton texte montre aussi ces deux versants de la vie: la croissance et la régression sénile, avec au centre ce mot "vitalité".
Pour le texte, il m'accroche moins, et parfois me parait obscur, mais je salue ce travail original, et bien construit.

une réussite rien que pour l'esthétique et la correspondance fond/forme.

   Selenim   
28/4/2009
La forme est intéressante et m'a évidement rappelé les calligrammes.

J'aurais juste préféré que le poème traite d'un autre sujet que le cycle de vie de l'homme.

Subjectivement votre.

Selenim

   David   
28/4/2009
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Bonjour Nico,

J'aime bien l'idée et la forme, mais des fautes de sens je trouve :

"Et déploie ses muscles matures, poursuit sa mue,"
la maturité, c'est après la mue à priori, l'image n'est pas très nette.

"Les muscles frêles ne respectent plus les directives cervicales"
Alors je veux bien que tu pousses vers la science fiction, même en poésie, mais en anatomie, sans être instruit de ces choses là, donc sauf erreur de ma part, il ne me semble pas que les muscles reçoivent de directives des vertèbres cervicales. C'est une façon alambiquée de dire "ne tient plus debout".

"silhouette humanoïde" renforce encore le côté science fiction, ou celui d'un regard extérieur peut être, mais c'est trop anecdotique dans le poème, il n'y a pas de contexte pour justifier de qualifier ainsi une silhouette simplement humaine à priori.

   Anonyme   
30/4/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Le coup du sablier est une fausse bonne idée.
Certes il attire le regard, mais le lecteur, mis en appétit, est déçu par la banalité du texte.
Tant qu'à jouer avec la mise en page, il eut été plus pertinent de faire l'inverse et d'écrire des vers de plus en plus longs pour évoquer la montée en puissance jusqu'à la maturité, puis de plus en plus courts pour évoquer le déclin qui commence aux alentours de la quarantaine.

Au boulot camarade !

   Anonyme   
30/4/2009
J'ai apprécié l'idée, la forme. Certains mots par contre ne sont pas très poétiques dans ce contexte. Je n'ai pas bien saisi "gouffre sans râle"

   FIACRE   
2/5/2009
Pour le coup le reste du corps est passé trop vite. C'est vrai que ce sablier est évident, mais la forme ne doit pas avaler le fond qui reste la fin de l'être.

   Anonyme   
8/5/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La présentation sous forme de sablier va très bien avec le titre et le contenu du texte , c'est une très belle idée que ce sablier, original et permettant en plus de bien suivre l'évolution du texte, du temps , de la vie... Les phrases y sont un peu sombres , mais j'ai beaucoup aimé... quel belle idée!!

   thea   
19/5/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
je trouve que cela fait très poésie expérimentale...le temps..le sablier..pas très original Nico, et puis toujours cette absence d'émotion qui me dérange...

intéressant pour la recherche créative...loin de la poésie comme je l'entend..mais après tout pourquoi pas...

   Anonyme   
20/5/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
La forme est intéressante mais pas toujours suffisante, ici le texte s'accommode très bien de l'exercice.Merci et bravo
Une réussite......

   Azurelle   
21/5/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le poème évolue, change au même titre d'une vie. Je peux te suggérer une chose. Je me demande si tu ne ferais pas mieux de mettre Vitalité en valeur, de faire de ce vers une phrase nominale pour la lecture de ton poème cela ne le rendra que plus beau.Cela ferait comme une respiration qui scinderait ton poème en deux parties comme l'est une vie.

   Anonyme   
28/5/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La vie est sombre, mais c'est pour ça qu'elle est belle. C'est ainsi que les poètes parviennent à écrire d'aussi belles choses non ? Celui-ci en est d'ailleurs une illustration parfaite. Merci.

   Anonyme   
7/6/2009
une force énorme qui se déplace
des mots à sa place
Original et intéressant

   Anonyme   
2/8/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Je ne suis pas tout à fait convaincue par l'approche du sablier, et même la "vitalité" me semble peu crédible malgré sa situation centrale, en raison de l'impression permanente d'effort et de difficulté qui pèse sur le reste du texte.
Cela dit je salue l'exercice, pas facile.

   alalea   
13/5/2011
 a aimé ce texte 
Bien
La forme est vraiment intéressante ... déstabilisante :-) mais intéressante et s'accorde bien au sujet.
À la première lecture, c'est soûlant. Puis, en poursuivant, on comprend qu'il est normal et voulu par l'auteur d'être dans cet ''état second''.

   Anonyme   
10/6/2016
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Curieusement pour moi, je ne suis pas partie sur l'idée du sablier, mais peut-être deux pyramides dont une inversée, ou encore un calice ... La forme attire le regard.

Le continu retient beaucoup moins l'attention, il n'est pas passionnant du tout, je me suis ennuyé, de plus je ne sais pas vraiment quoi retenir de cet écrit, ce n'est pour moi qu'un amalgame de mots sans vraiment d'idées directrices. Aussitôt lu, aussitôt oublié, malgré plusieurs relectures insistantes. J'ai eu beau chercher rien n'a retenu mon attention.


Oniris Copyright © 2007-2019