Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Nono : Le Champagne, c’est féminin !
 Publié le 15/02/07  -  7 commentaires  -  1838 caractères  -  533 lectures    Autres textes du même auteur

- Et toi qui es Champenois, ne crois-tu pas que le Champagne doit être manié avec mille douceurs ?


Le Champagne, c’est féminin !



- Et toi qui es Champenois, ne crois-tu pas que le Champagne doit être manié avec mille douceurs ?

Cette amie terminait son mail par cette taquinerie sur le sort qui fut réservé à une bouteille de ce fin breuvage, la veille au soir.
J’ai tout lieu de penser qu’elle avait apprécié la soirée que je ne peux raconter ici, et pour une fois, son mail est plus empreint de poésie que de coquinerie.
À moi qui aime le Champagne au point de ne pouvoir l’écrire qu’avec une majuscule, elle m’offre en tout cas l’occasion d’un petit aparté, par retour de mail.


Oui, le Champagne, c’est féminin !
Sur le simple point de vue grammatical, cette affirmation pourrait agacer, je le reconnais.
Et pourtant, il y a une telle proximité entre vous, mesdames, et ce breuvage !

Savez-vous, en effet, que servir une bouteille de Champagne, c’est comme servir une dame, c’est…



La déshabiller, avec lenteur et légèreté
Poser la main sur sa coiffe et l’envelopper
Et, comme si l’on invite une belle à valser
Faire très doucement la bouteille pivoter
Pour, dans sa main, la joliment décoiffer


La caresser, la chérir, peut-être l’embrasser
En l’entendant frémir, la préparer à se donner
Enrouler une main au bas de ses reins, l’enserrer
Pendant que l’autre, sous la nuque, l’invite à se coucher


Mais cette belle fait rimer bonheur et fraîcheur
Alors, pour une fois, ne freinez pas votre ardeur
Et, un doigt dans ses profondeurs, sans douleur
Hâtez-vous lentement de la mettre en pleurs


Servez-la, cette belle digne d’honneurs
Même si, de la première gorgée de sa fleur
Peut-être, vous n’aurez pas la primeur
Elle saura, de toute façon, faire votre bonheur


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Marsupilmi   
16/2/2007
Ca descend bien !
Elle a du corps, du piquant en même temps
Point trop acide, et des arômes d'agrumes
légers, mandarine et zeste d'icelle
Elle vous prend au collet et vous
entraine sur lit
La coquine
Tchin !

   roxyleen   
27/2/2007
je dois dire que la comparaison est bien orchestrée..
une belle métaphore tout en beauté!
alors une question vient tout juste de me traverser...
qu'est donc le boudoir qui accompagne
la première gorgée de notre champagne...

   Fattorius   
3/4/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est savoureux, en effet, gouleyant et assez sensuel - surtout, c'est bien vu. Merci et santé!

   genevieve   
20/4/2007
J'aime beaucoup cette poésie....
Il me semble que lorsque je boirai du champagne je ne saurai qu'y penser....

Je pense qu'un boudoir (en Belgique) est un biscuit allongé, craquant et tendre à l'intérieur...et sucré.. servi souvent avec le champagne...
et des pralines....je sais c'est toujours moi qui parle de chocolat!

   Anonyme   
19/11/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Si tu penses que toutes les femmes sont du champagne, tu te trompes, car moi, je suis de la vodka ! Petit coquin, va !

   scoulibri   
20/5/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Effectivement, ça descend bien.
Le début sous forme de prose évoque une nouvelle mais prend son rythme poétique rapidement.

Mais 3 fois mail en 3 phrases!!! D'ailleurs le dernier rompt le rythme... vraiment "par retour de mail. " à banir.

Au faite si cosmine est la vodka, je suis le rhum! méfiance de l'eau trop clair lol

   Anonyme   
20/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je vais commencé par ce que je n'ai pas trop aimé, à mon goût l'introduction est longue, trop détaillée. Juste quelques mots auraient suffi, et surtout garder un peu suspens.

Votre texte est très "gouleyant", suave, savoureux. Sujet traité avec une grande dextérité, une belle sensualité sans dégage sans froisser l'esprit, tout comme le Champagne, il pétille de mille bulles de plaisir qui ne peut que donner de la satisfaction.

Un tout petit bémol en relisant cette phrase ci : "Et, comme si l'on invite une belle à valser", son début n'a pas une sonorité agréable, cela accroche vraiment.

Je confirme : Le Champagne, c'est féminin !
J'adore en boire et pas besoin de raison, juste pour le plaisir, cela va de soi avec modération bien sûr.


Oniris Copyright © 2007-2020