Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Noran : Sans escale
 Publié le 26/07/17  -  6 commentaires  -  725 caractères  -  115 lectures    Autres textes du même auteur

Jeune je naviguais.


Sans escale



Jeune je naviguais sur des mers inconnues,
Dévalant le cosmos comme un flanc de colline,
Buvant les plis, que le verset d'une pluie fine
Dessinait à la nuit pour quelques heures nue.

Au moindre de ses souffles, au moindre sursaut,
Je voguais vers Saturne et ne faisais qu'un bond,
Une bouchée de Mars, enjambant les arceaux
De comètes et d'astres toujours vagabonds.

Que n'ai-je si souvent, lors d'échanges divers,
Offensé l'infini d'une tape amicale,
Livré seul, à ma guise en ce vaste univers ?

Si plein de malice, que n'ai-je fait d'escale ?
Auprès d'un soleil pur lui dérobant ses feux,
Si près des soleils purs qu'il ne reste rien d'eux.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Grange   
15/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Voilà un voleur de feu aux semelles de vent bien malin !

Un nouveau bateau ivre pour nous faire descendre les fleuves impassibles ?

Ce poème est comme un clin d'œil à "l'ancienne poésie" mais au moins c'est fait avec talent ce qui sauve l'entreprise !

Le dernier tercet est vraiment très beau et conclut l'essai avec grâce et sans hermétisme fabriqué.

Voilà un gentil faiseur qu'il est plaisant de lire avec la distance et l'humour de rigueur pour savourer les références nombreuses incluses avec art dans ce poème.

J'aime beaucoup mais avec une flèche vers le bas parce que tout de même il ne faut pas exagérer, c'est mignon tout plein et bien tourné mais ce n'est pas non plus la création du siècle...

   Marite   
15/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Très intéressant ce voyage "Sans escale" dans le vaste univers. Le thème me séduit et je demande seulement : ce genre d'escapade serait-elle réservée à la jeunesse ?
En ce qui concerne la forme, le rythme des mots et les rimes se succèdent sans heurt, seule la répétition de "soleil pur" dans le dernier tercet m'a gênée. En fait ce poème contemporain s'apparente par la forme au sonnet classique ou néo-classique sauf que les contraintes minutieuses et obligatoires n'ont pas été respectées. C'est dommage et c'est aussi ce qui m'amène souvent à penser que finalement, parfois, la poésie contemporaine n'est en fait qu'une forme classique non aboutie.

   Donaldo75   
26/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Noran,

J'ai bien aimé ce poème spatial, malgré ses quelques fautes de rythmes qui ne le rendent pas toujours fluide à la lecture à voix haute, à l'instar de ce vers "Buvant les plis, que le verset d'une pluie fine".

Les images sont agréables et bien distillées.

Merci pour la lecture,

Donaldo

   PIZZICATO   
26/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien
La jeunesse ose mille rêves.
Ici, un voyage dans l'Univers "sans escale", comme si le temps pressait...
" Offensé l'infini d'une tape amicale " belle image .

Un joli dernier tercet.

   papipoete   
27/7/2017
bonjour Noran,
Un voyage intergalactique dans lequel je peine à embarquer, n'étant pas sûr de l'itinéraire du capitaine ; ce qui n'empêche la vision de belles images " buvant les plis , que le verset d'une pluie fine ... "

   virgo34   
15/8/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
De belles images pour ce voyage dans l'univers.
Mais la répétition de soleil(s) pur(s) ne me semble pas heureuse et j'aurais écrit "Au moindre de ses souffles et au moindre sursaut" pour alléger le vers (mais ce n'est qu'une impression personnelle).

virgo34


Oniris Copyright © 2007-2017