Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Ombhre : Transmission
 Publié le 25/11/20  -  8 commentaires  -  1125 caractères  -  97 lectures    Autres textes du même auteur

Pouvoir donner ce que nous avons reçu, et plus encore, n'est-ce pas le sens de la vie ?


Transmission



Je suis passé
sans le savoir
de l’autre côté du miroir
un soir d’été

Tu étais né
et moi grand-père
rien ne se perd
rien ne se crée

cris de bébés
flocons d’hiver

Hier encore
je me revois
je vous revois
mes yeux d’enfant écarquillés
devant les rides des années
que vous portiez

Et ces histoires enchantées
de vos lointains passés

Mes anciens dieux
mon reflet dans vos yeux

tant de souvenirs
aujourd’hui d’avenirs

tout ce savoir en héritage
tous ces moments telles des pages

récitées
savourées
tournées

Je te les raconterai
tu sais
si le temps nous le permet

si je me souviens
du vin
d’avant dix ans
d’avant l’antan

Ces années maigres et bavardes
emplies de courses, de jeux
de baisers et de bleus
votre patience en tour de garde
pour faire éclore depuis la fleur
de vos peurs

ce fruit
qu’est la vie

et maintenant ta vie

à venir


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Arsinor   
15/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Vous rendez la nostalgie en faisant tournoyer de courts vers rimés. Passer de l'autre côté du miroir est le thème principal, sans doute. On pourrait dire que vous endossez le personnage qui était vos propres grands-parents à l'époque. Petit regret, que le rythme ne soit pas plus régulier.

   Queribus   
17/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

J'ai beaucoup apprécié la forme sobre et moderne en même temps; en effet, votre écrit se lit et se comprend facilement; je l'ai trouvé, quand même, un peu long mais c'est un détail. les phrases s'enchainent les unes après les autres d'une façon très habile pour arriver à la conclusion que j'ai particulièrement aimé:
ce fruit

qu'est la vie

et maintenant ta vie

à venir

En résumé, de la poésie libre bien assimilée et un agréable moment passé à vous lire.

Bien à vous.

   Myo   
18/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un joli passage de relai, tout en sens, en expérience mais aussi en modestie devant ce futur qui s'avance.

Et oui, cela arrive souvent plus vite qu'on ne le pense...

Un écrit simple mais riche de ce regard tendre sur les générations qui nous suivent.
Cette tendresse fait du bien.

En EL Myo

   Eclaircie   
26/11/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Je ne peux que penser à un poème récemment lu, ici, un peu sur le même thème (je vous dirai lequel après publication de celui-ci)

J'ai été surprise de m'apercevoir que les vers rimaient, ne l'ayant pas remarqué de suite, ça passe donc très bien. (Il n'y a pas souvent de rimes en libre) Innovation.
J'ai aimé l'entremêlement des générations et la manière de l'exprimer, perdant parfois le lecteur qui n'a pas l'image associée des rides ou de la peau de bébé.

J'ai aimé moyennement de trouver une partie d'une citation de Lavoisier : soit il me manque la citation complète : rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, soit le seul début tronqué est de trop dans le poème.(mais l'idée est géniale ! croisée au collège ou au lycée, je ne sais plus je m'en sers très souvent. Le +, je ne me souvenais plus de l'auteur, je vais tenter de le retenir aussi.)

J'ai hâte de savoir ce que
"si je me souviens
du vin
d’avant dix ans
d’avant l’antan" et de comparer avec l'image qui me vient à l'esprit.

Je suis moins convaincue par les deux derniers vers, sans doute pas facile de terminer un tel (bon) poème.

Merci du partage
Éclaircie

Édit : j'ai pensé au poème de Davide, paru récemment, "l’éclipse", qui aborde un le sujet sous un jour différent.

Édit 2 ;Oupss, Davide écrit vite et bien, c'est le poème, "Lorsque l'enfant parait", que je voulais évoquer.

   papipoete   
25/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Ombhre
te voici petit d'homme, petit de moi, moi petit de vous, vous petits d'eux...et je me revois curieux de vos rides, vous écoutant ; je me revois te racontant, je t'imagine leur racontant tout ce que j'appris, sur tout ce qui fait la vie...
NB dans les yeux du nouveau-né, le père devient grand-père, et dans un jeu de miroirs le dialogue s'installe, des ping et des pong emplis de rires de cris babilés, et les bisous qui deviennent baisers.
des images bleues à l'esprit sans le moindre bleu au corps ( il y en eut sûrement, mais pas de ces bleus à l'esprit qui font baisser le regard )
la " transmission " est sur de bons rails, et le train du BON filera dans la campagne...
la 4e strophe ( hier encore... ) est ma préférée, mais bien des lignes de ce poème me font sourire... et les assonances donnent un air de farandole, où l'on tournerait, chanterait...c'est bon la vie !

   plumette   
25/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
émotion et simplicité.
Le poème rend compte avec finesse du cycle de la vie, devenir grand-père ( ou grand-mère) voir la vie qui s'éveille, permet de reconnecter avec le petit que nous étions, on se souvient alors de ceux-là qui étaient nos grand-parents, on éprouve la teneur de ce lien si doux, on a envie de le redéployer .

j'aime bien les vers courts, les sonorités, la fin un peu plus énigmatique, mais si poétique.

Merci pour la lecture

   Provencao   
26/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
" Mes anciens dieux
mon reflet dans vos yeux "

J'ai beaucoup aimé cette importance que vous donnez à ce témoin que vous êtes et qui tracez l'héritage de vos mots " tant de souvenirs ,aujourd’hui d’avenirs", avec ce sens de la vie où il faut accommoder ce chemin, s'éveiller aux souvenirs, lever les freins , faire place pour que Grand-père vienne...avec cette qualité dans votre écriture où vous avez fort bien su vous écarter au caprice de maîtrise, par votre non pouvoir sur votre Grand-père.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   emilia   
26/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quel beau sens de la vie que le don de ce que nous avons reçu, ce devoir de « transmission » qui nous anime lorsqu’une nouvelle naissance métamorphose un fils en père, un père en grand-père « passé » (désormais) de l’autre côté du miroir », se traduisant par le fait de prendre un nouveau grade… ; cet instant charnière entre passé/présent/futur est particulièrement bien évoqué dans ce lien générationnel d’un héritage reçu à faire perdurer…, laissant ressurgir tous les souvenirs vécus et cette tendresse bienveillante qui entoure le nouveau-né dans son développement nécessitant veille, patience,, accompagnement, conseils… pour « faire éclore depuis la fleur de vos peurs/ ce fruit/ qu’est la vie… » ; un final tout en beauté pour ce chant mémoriel et affectif… qui fait du bien !


Oniris Copyright © 2007-2020