Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Oslow : Bradbury
 Publié le 11/11/17  -  10 commentaires  -  834 caractères  -  162 lectures    Autres textes du même auteur

D'après l'imaginaire de Ray Bradbury, dont la science-fiction a toujours été habitée de poésie...


Bradbury



Les nuages en cercle enroulent leurs bras
le long de grands espoirs écrasés de mystère ;
sur le seuil des maisons, là où volent les draps,
chacun garde un regard pour le blanc phalanstère.

La pure assemblée dont le souffle profond
se joue de nos amours, se joue de nos peines,
tourne sur elle-même et peu à peu se fond
en quelque citadelle, en pelote de laines.

Les couleurs invoquées bientôt s'ouvrent en deux :
passage de fusée, conquête de détresse –
les hommes pieds à terre et les femmes en creux
humblement s'en retournent... honorer une messe.

Un voile orange brûle et inonde le jour
d'explosions, de débats, de séjours en paresse ;
déjà est oublié le si lointain retour...
– la vie reprend son cours : sa force, sa faiblesse...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Provencao   
26/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai eu des difficultés à comprendre et à m'imprégner de cette poesie neo-classique. ..donc lu et relu

Et ce quatrain:"les couleurs invoquées bientôt s'ouvrent en deux :
passage de fusée, conquête de détresse -
les hommes pieds à terre et les femmes en creux
humblement s'en retournent... honorer une messe."

Où dans ce mouvement de reconnaissance réciproque des consciences, la dynamique du désir qui permet à chacune de se réaliser, n'est plus déterminée par la logique du vivant, de la survie.

J'en ai aimé l'expression de l'existence de la conscience comme un vouloir libre, détaché de tout déterminisme, conscient de lui-même et capable de se donner à soi-même ses propres fins...
Je l'ai ressentie ainsi cette poésie. ..suis-je sur la bonne interprétation? J'aimerai avoir votre avis.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Fowltus   
11/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Malgré le voile de mystère entourant votre poème, j'ai trouvé une belle harmonie en vos vers, quelque chose d'apaisant, je ne sais quoi d'œcuménique et qui rapproche.
Le ciel incarné, les personnages sous lui à peine suggérés, les draps qui volent autant que les fusées, tout cela concourt à rendre ce poème original et touchant.
Merci.

   Vincendix   
11/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,
Un univers à la Bradbury mais avec quelques passages un peu maladroits comme « la pure assemblée », et puis la phrase « pelote de laines » me semble mal accordée.
Je retiens tout de même le premier quatrain prometteur. Dans le dernier vers de ce quatrain, « sur » conviendrait mieux que « pour » je pense.
Vincent

   PIZZICATO   
11/11/2017
N'étant pas attiré par le Fantastique en littérature, je ne connais pas du tout l'oeuvre de Bradbury.
De ce fait, je me garderai d'émettre une appréciation sur ce texte.

A vous lire une prochaine fois.

   papipoete   
11/11/2017
bonjour Oslow,
Je voudrais bien étendre les bras, pour amener à mes pensées le fil de votre histoire, et démêler cet écheveau toile-araignée ; mais je n'y parviens pas !
Mais l'ensemble étant bien écrit, je ne puis dire que je n'aime pas, mais m'abstiens simplement ...

   Robot   
11/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Admirateur de Bradbury, je retrouve étrangement dans ce texte les impressions ressenties en lisant son œuvre. Vous avez bien relevé ces petites choses qui créent les réminiscences.
Bien sûr, ceux qui ne connaissent pas Bradbury auront probablement du mal à trouver écho à ce texte.
Mais si votre poème et les commentaires leur donnent envie de découvrir l'auteur des "pommes d'or du soleil" ou de "cher Jupiter", votre travail n'aura pas été vain.

   Oslow   
12/11/2017
Merci pour vos avis et commentaires. Ce n'est pas le lieu ici, donc je vais ouvrir un sujet sur le forum, dans la section dédiée, pour y répondre et pour discuter du texte.

   LenineBosquet   
12/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Je ne sais pas comment vous faites mais j'ai retrouvé dans ce texte tout l'univers de Bradbury, en particulier le voile orange qui m'a propulsé dans "les chroniques martiennes". J'ai rien compris hein, mais j'ai trouvé ça beau. Merci

   Marie-Ange   
18/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je ne connais pas "Bradhury", mais par votre texte,
bien posé, aux images présentes, intenses, j'ai eu envie
d'avoir davantage.

Vous savez su m'apporter la possibilité d'aller à la découverte
d'un monde inconnu, ce que je ne manquerai pas de faire.
Vous avez attisé ma curiosité.

Il y a une atmosphère étrange mais apaisante qui se
dessine au fil de vos mots.

Vous m'avez embarqué, votre phrasé est fluide, sobre,
intéressant, bien rythmé et captivant.

Votre texte est une invitation à lire cet auteur.

   Lariviere   
20/11/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Oslow,

Attiré par le titre "Bradbury", je voulais voir ce que vous proposiez comme texte en rapport avec l'auteur des "chroniques martiennes", auteur que j'affectionne particulièrement. En effet, comme vous le dites et plus que tout autres, son style d'écriture mêle agréablement dans des univers d'anticipation, futurisme et poésie.

Sur la forme, j'ai bien aimé votre structure rythmique. Je trouve effectivement qu'elle se prête bien au ton apaisé, nimbé d'un léger voile (orangé) de mystère sur toutes ces choses et ces êtres bizarres que vous décrivez et qui nous ressemblent tant, sans être tout à fait nous véritablement... on approche là, l'écriture si ambiguë de Bradbury où se mêle le fantastique à la fois des sciences et de la métaphysique...

Sur le fond, sur l'univers bradburien, j'aurais aimé trouver encore plus de fantaisie et d'évocation, aussi bien dans l'axe poétique que dans la vision "paysagiste" des scènes et des images ; le monde de Bradbury ne manque de rien en ce sens : maisons en cristal, pistolets abeilles, pommes et araignées d'or, livres qui chantent, oiseaux de feu, canaux verts, etc...)

Je n'ai pas compris si ce Phalanstère était un vaisseau spatial ou un lieu d'habitation.

Il y a dans le champ lexical et le ton employé beaucoup d'élément appartenant au registre religieux ("assemblée, blanc, honorer une messe."..) qui reste difficile à comprendre précisément si ce n'est pour créer cette atmosphère apaisée qui baigne dans une douce lumière (orangée). Il n'empêche, j'ai du mal à articuler l'atmosphère et la thématique précise du poème. Le discours principal reste obscur car il me semble servi, ou plutôt desservi, par des images qui mériteraient peut être à gagner en force de percussion et en concision, en fonctions des intentions de l'auteur...

En ce sens, la première strophe est passable, mais la captation du sens des deux premiers vers me semble difficile. Sur la deuxième strophe "la pure assemblée" serait à revoir ainsi que ces "pelotes de laines..."... Comme je disais, j'avoue que le sens global de la troisième strophe et de cette prière m'échappe largement...

J'aime bien la strophe de fin qui ponctue plutôt bien le poème.

En conclusion, j'ai bien aimé l'évocation de R. Bradbury et apprécié le rythme d'ensemble, apaisé, évocateur, mais j'aurai aimé retrouver cette évocation également dans la fantaisie des images et de la poétique et aussi surtout, sur le fond de la thématique dont l'unité me semble difficile à saisir, en l'état.

En espérant que ce commentaire puisse aider l'auteur, je lui souhaite une bonne continuation.


Oniris Copyright © 2007-2017