Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
papipoete : À vot'bon cœur
 Publié le 21/05/20  -  18 commentaires  -  618 caractères  -  319 lectures    Autres textes du même auteur

Me souvenant, lors d'une balade à la "Fontaine de Vaucluse", d'un monsieur qui vendait... ses poèmes à l'unité, j'eus envie de me mettre dans sa peau. J'écrivis pour cela un maillet.


À vot'bon cœur



Qui veut m’acheter mes poèmes ?
Vous Madame, venez les voir !
Et vous Monsieur, faites de même !
Un peu d’évasion pour le soir...

"Pour tout public" est mon emblème ;
Qui veut m’acheter mes poèmes ?
Contre cinq euros le recueil
Faire à mes vers un bon accueil.

Mes mots font chanter bien des thèmes,
L’Éden, l’Enfer, le Bon Pasteur...
Qui veut m’acheter mes poèmes ?
À savourer tel un goûteur.

Je dus oindre apaisante crème
Sur mon âme et cœur à l’envers ;
Nulle vente, triste revers…
Qui veut m’acheter mes poèmes ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lebarde   
26/4/2020
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Si ce n'était le "maillet", qui oblige à quelque travail de mise en vers, ce poème paraîtrait bien léger et sans grand fond, très simple, trop simple et même un peu simplet!

L'histoire relève bien de l'harangue faite aux promeneurs désabusés déambulant nonchalamment sous les platanes bordant la Sorgue rafraîchissante, et le poème serait facilement compris par les enfants de la maternelle qui pourraient à la rigueur l'apprendre par coeur ou le chantonner.
Sur la prosodie en octosyllabes assez bien rythmés, je regrette les rimes avec "poèmes" qui auraient pu être améliorées!

Vous comprendrez que je ne suis guère enthousiasmé.

Désolé, mais je perçois une écriture un peu hâtive!

En EL

Lebarde

   Annick   
27/4/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ce maillet est charmant ! J'aime beaucoup ce vers à la forme interrogative, musical, "Qui veut m’acheter mes poèmes ?", qui structure le poème en se déplaçant opiniâtrement à chaque strophe comme un pas de plus vers le passant ! On visualise bien ce marchand d'un genre particulier héler le badaud en un leitmotiv entêtant.

Voilà un petit métier des rues, éphémère, évanescent, tout à fait original. Consommer des poèmes comme on goûterait à des marrons chauds, des bonbons que l'on picorerait pour se réconforter, se faire plaisir, voilà qui est plaisant et peu ordinaire....

Ce bonimenteur des rues qui vend du rêve m'a interpellée. Qu'il se console ! Moi, je lui aurais acheté ses poèmes !

Un texte bien construit autour de ce baladin qui rappelle les colporteurs dont les besaces regorgeaient de trésors de toutes sortes : de la passementerie, des bijoux, des romans...

Merci !

   Miguel   
1/5/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce poème est tout à fait imitatif : on a l'impression d'entendre le crieur crier son boniment, comme à la foire. Cette forme fixe s'y prête à merveille, avec ses répétitions. La couleur médiévale des vers 13-14 ajoute au charme. Le choix du maillet est d'autant plus amusant qu'il y eut, au XVIIe siècle, un poète nommé Marc de Maillet et surnommé "le poète crotté", qui vendait ainsi ses vers. Il était dit-on plein de morgue et sans talent ; ce qui le différencie de notre auteur.

   chVlu   
2/5/2020
 a aimé ce texte 
Un peu
Un démarrage frais et sautillant , articulé autour de ces rimes en èmes qui s'aiment.
Le ton est léger comme une comptine, ou comme une peinture réaliste de camelot sur son marché, ça fonctionne plutôt bien jusqu'à la dernière strophe qui fait patatra.
Il y a une volonté de l'auteur j'en suis sûr de bien représenter l'amère déception, l’âpre sentiment d'être transparent.
Mais
"oindre apaisante crème" m'a fait l'effet d'une sauce trop épaissie à la farine, en plus je ne cherche encore ce qui est venu s'étendre en massage sur cette apaisante crème...
J'ai vraiment accroché sur ce "sur" qui me parait "malt" à propos puisque je ne sais ce qui vient sur cette âme.
Et ce "et" qui fait lien entre deux morceau dont je ne comprend pas en quoi il sont liés.
Bref le poème m'a foutu à la porte à son orée!
J'ai cru un instant que le dernier vers se faisait joueur et sauvait sa strophe du désastre mais j'avais lu un - peut - qui n'y était point!

à la troisième strophe j' aurais bien coller un bien à la poésie, au final ce sera un dommage!

   Anje   
21/5/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Pauvre vendeur qui ne parvient pas à vendre ses poèmes. Je n'en suis même pas attristé, j'ai souri. Je n'ai pas acheté son recueil mais lui fais bon accueil car son maillet est plaisant, léger, empreint d'humilité, de bons sens et vide de complication.
Le néo pour un pluriel/singulier et une synérèse ?
Cinq euros le recueil ? C'est pas cher. Allez je mets une pièce dans le chapeau, merci papipoete.

   sympa   
21/5/2020
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Papipoète,

Je ne suis pas contre des vers simples, mais les vôtres pour le coup le sont un peu trop.
C'est mignon , mais beaucoup trop "léger", pas suffisemment recherché à mon goût.
C'est tout à votre honneur de tenter un maillet, mais je dois vous avouer que je n'ai été que très peu séduite.

   Luz   
21/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour papipoete,

C'est un joli poème ; un maillet (je ne connaissais que celui de ma boîte à outils qui ne sert pas souvent...) La construction suivant cette forme ne doit pas être évidente.
J'aime beaucoup le thème : je me suis reconnu à une fête du livre...
Merci.

Luz

   Provencao   
21/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai adoré ....

Presque sur le ton de la boutade, un délicieux maillet pour un " avouable poète "....qui n'a pas honte d'haranguer Madame, Monsieur et qui interpelle le droit d'en vivre....

J'ai beaucoup aimé votre habileté d'écriture en nous presentant cet homme n'existant que dans la loquacite étrange qui s'instaure, même hors de la lecture.

Merci papipoete pour ce clin d'oeil à "La Font de Vauclusa"

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Michel64   
21/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Un charmante harangue de crieur des rues, qui en a la simplicité nécessaire pour ne pas saôuler le chaland.

Utiliser "euros" donne un côté actuel mais je ne sais pas si je n'aurai pas préféré "sous" ? mais bon...

Pour le douzième vers j'aurais bien vu une rime avec "coeur" plus vendeur.
Peut-être : "A savourer du bout du coeur" ?

La quatrième strophe semble presque de trop.

Merci pour cette petite friandise.

   Stephane   
21/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
A vot'bon coeur papipoete pour ce poème humoristique mené tambour battant. L'histoire est plaisante à lire grâce à des vers bien ficelés et une verve qui n'aurait pas déplu à un vrai démarcheur...

Bravo papipoete !

Stéphane

   Melorane   
21/5/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,
J'ai bien aimé votre texte. Il peut paraitre simple au première abord mais c'est justement cela qui nous donne l'impression d'entendre le crieur essayant de nous attirer.
Melorane

   Castelmore   
21/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour papipoete

J’écoute, je sors mes vingt sous, je goûte...
et je savoure...

le thème original ... de ce bateleur qui « vend » ( il faut bien vivre ! ) du rêve pour tout public
l’écriture « orale » en symbiose avec le thème.
une douce amertume qui se dégage de l’ensemble

Comme vous l’avez compris j’aurais préféré
Contre vingt sous pour le recueil ...

Merci pour ce bon moment

   Myo   
21/5/2020
 a aimé ce texte 
Un peu
Désolée, je n'achète pas ...
Plus qu'un poème j'ai l'impression de lire une comptine enfantine.
Bien sûr, c'est frais et réjouissant et la structure du maillet est bien respectée ... mais ça me laisse sur ma faim.

Ce qui ne m'empêchera pas de revenir au magasin... pour d'autres lectures.

Myo

   Cristale   
26/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un bien mignon petit poème dont la forme chantante du maillet sied parfaitement à la déclamation de ce marchand de rêves en vers ^^

"Nulle vente, triste revers…
Qui veut m’acheter mes poèmes ?"

Mais il faudrait avouer à ce cher poète des rues, au risque de le décevoir, que depuis l'avènement de l'internet la poésie ne se vend plus...

Du pur Papipoète que j'ai lu avec tendresse.

Cristale
Édit: je trouve ma note un peu faible, ne m'en tenez pas rigueur papipoete si je la pimene un peu ....

   HERLINE   
24/5/2020
 a aimé ce texte 
Un peu
L'angle sous lequel se place le narrateur est intéressant, quémandeur modeste et humble, imbibé de religiosité....qui vend ses poèmes pour vivre...
Et puis arrive le vers suivant :
à savourer tel un goûteur...
Et la on sent la fausse modestie....ou presque.
Le poème malheureusement me semble pas assez dense dans la versification mais peut être me trompé-je. Je ne suis pas un spécialiste.

   emilia   
22/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Les zones touristiques sont souvent propices à ce marchandage et j’ai fait la même expérience que vous en visitant le village médiéval du Castellet : des poèmes s’affichaient pour tous les événements de la vie, au choix (naissance, amour, mariage, communion, décès…) et, face à la concurrence des savonnettes, gourmandises et autres artisanats et colifichets variés, l’auteur ne semblait pas faire recette… La poésie en tant que marchandise peut parfois choquer, mais soulève une interrogation pour ceux qui espèrent en faire un moyen d’existence (fort peu raisonnable…) et revendiquent de vivre de leurs écrits au même titre que le créateur et son artisanat… ; de même que les auteurs qui publient des recueils et tentent d’en faire la promotion dans les foires aux livres ou autres « marchés de la poésie » amènent bien d’autres questions… ; merci à vous d’avoir soumis cette problématique grâce à votre maillet qui expose derrière sa simplicité tout un univers mercantile complexe qui suscite de nombreuses interrogations et dont la forme se prête parfaitement au sujet principal dont la répétition appropriée forme une litanie : « Qui veut m’acheter mes poèmes… ? »

   archibald   
23/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ah si ! Ca fait du bien un modeste et amusant petit poème face à tant de chefs-d'oeuvres impérissables que je lis chaque jour sur ce site. Et ça m'a évoqué une chanson d'un ami à moi que je te livre, humble et bienveillant camarade onirien :

https://www.aht.li/3511017/10_-_Poetes_a_vendre.mp3

   Robot   
23/5/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le vers répété tombe juste dans chaque quatrain. Ce qui n'est pas toujours le plus aisé à construire dans un maillet. Ici c'est fort bien réussi.

L'histoire de ce rimeur à l'ancienne, un peu bateleur pour placer ses poèmes nous replonge dans une autre époque. Mais puisque le narrateur nous le dit, il semble que ça existe encore.

Malgré son peu de succès, nul doute que ce barde revienne chaque beau jour proposer ses vers à l'encan.


Oniris Copyright © 2007-2020