Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
papipoete : Au bas de Fourvière
 Publié le 19/10/18  -  22 commentaires  -  1108 caractères  -  249 lectures    Autres textes du même auteur


Au bas de Fourvière



Musique et chant : PIZZICCATO - Yves Alba
https://ahp.li/e8d884fa214e4e2ddd19.mp3ba


Tout au bout de la passerelle,
S’attarde un groupe de flâneurs
Devant un sujet d’aquarelle,
Une fille aux accroche-cœurs.

Près d’un chariot « boîte-à-musique »,
La môme entonne ses chansons
Qu’elle accompagne de mimiques
Provoquant en moi des frissons ;

Du vibrant écho « des trois cloches »
Au déchirant « puisque tu pars »,
De cette « chanson de Gavroche »
Aux couplets de « né quelque part » .

Quelques pièces dans sa sébile
Tintent après tous ces refrains ;
S’agite alors la main fébrile,
Mais dans ses yeux aucun entrain !

Las, le public se raréfie !
Blême de chanter pour le vent
Elle clôt sa scénographie,
Son aubade ainsi s’achevant…

La voici « descendue » des planches ;
La demoiselle à la voix d’or
S’empare d’une canne blanche,
S’en va plus loin tenter le sort…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   izabouille   
2/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
On est dans une autre époque, les paroles, la musique et même votre voix. J'ai eu l'impression d'écouter un vinyle ancien, tout colle parfaitement, j'ai vraiment bien aimé. C'est touchant et très beau et puis surtout, ça raconte une histoire.

Merci pour ce bon moment musical

   leni   
4/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
salut les artistes

C'est pas facile de faire la manche La chanteuse a le destin tristounet
Le texte est simple Il prend la forme d'un tableau La musique me fait penser à un orgue de barbarie ça sent le pro bien sûr c'est mon ami Yves Bravo une fois de plus j'ai beaucoup aimé Leni

   MFAYARD   
19/10/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Comme j'adore depuis des lustres la colline et la rive droite de Saône en bas, je pourrais être partial. Mais non, si j’aime passionnément c’est que je suis frappé par la justesse du ton, les images un peu estompées par la lumière particulière du début d’automne.
Merci pour cette émotion.

   Queribus   
19/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

On pense tout de suite à Piaf dans ce texte à l'aspect très rétro; les Anciens, comme moi, sans doute, apprécieront et ils auront bien raison; quant à la jeune génération, très peu pour elle (même notre Johnny, c'est de la musique à papa).

Sur l'écriture il n'y a rien à dire, tout est parfait et peu de gens en feraient autant; de toute façon, on a affaire à des gens de qualité qu'on connait depuis longtemps et qu'on apprécie quasi unanimement.

En espérant, la prochaine chanson (Ne tardez pas trop).

Bien à vous.

   Coeurdeloup   
19/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La voix, les paroles se marient parfaitement.

Cette chanteuse de rue a un petit air désuet qui me plaît.

J'ai pris beaucoup de plaisir à vous écouter Papipoète.

Bravo l'artiste !

   Annick   
19/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai aimé l'atmosphère démodée, certains diront rétro, de cette chanson qui raconte, le temps de quelques couplets, un moment de la vie d'une artiste des rues, pauvre et handicapée.
La chanson la plus récente « né quelque part » date de 1988. Trente ans déjà !
Comment ne pas penser à Piaf à laquelle le poète fait allusion, (les trois cloches), chanteuse des rues elle aussi :
"La môme" entonne ses chansons

Le tableau est très juste, réaliste et vibre de tout petits riens :

Devant un sujet d’aquarelle,
Une fille aux accroche-cœurs...

Près d’un chariot « boîte-à-musique »,
La môme entonne ses chansons...

Quelques pièces dans sa sébile
Tintent après tous ces refrains ;...

La magnifique "boîte à musique" de Pizzicato achève de donner à cette chanson un air de passé révolu..."que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître..."

Bravo à vous deux.

   hersen   
19/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Si la chanteuse, par son répertoire, rappelle évidemment Piaf,( et Pizzi s'amuse aussi à la rappeler musicalement :) je la vois dans un décor que je ne connais pas. Et c'est le lot des chanteurs de rue, d'être partout chez eux le temps d'une chanson.
Un texte évocateur qui laisse malgré tout une petite note d'empathie forcée, que j'aurais aimé ne pas éprouver.

Bravo au duo Papipoète- Pizzi !

   plumette   
19/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Papipoete

Fourvière dans le titre, il n'en fallait pas plus pour m'attirer! Et l'évocation de la passerelle me permet de situer la scène de façon précise.

chanson un peu mélancolique qui rend hommage à la chanteuse des rues, dure condition pour cette voix d'or. Le vide des yeux et la canne blanche laisse deviner chez le spectateur/auteur une double compassion: compassion pour celle qui chante dans le vent , sans grand écho, compassion pour l'infirmité de la demoiselle.

La strophe qui évoque les trois cloches résonne de la musique de cette belle chanson d'Edith piaf.

la voix qui accompagne cette douce et assez triste balade est en harmonie avec le texte.

Un bien joli moment d'écoute.

Je préfère l'écoute à la lecture, cela me parait normal pour une chanson!


Plumette

   Castelmore   
19/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Au bas de Fourvière...où ailleurs ...plus loin ...
Cette musique et ces paroles iront main dans la main
Ravir bien d'autres coeurs, donner bien des frissons
A d'autres promeneurs amoureux de chansons ...

...les vôtres , bien sûr ...

Merci

   Cristale   
19/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le duo Pizzicato-Papipoète est des plus charmants.

La composition du poète évoque des images en noir et blanc d'un temps que les moins de .....enfin bref vous me comprenez.
L'interprétation du chanteur compositeur donne envie de danser sur la place pavée du vieux Montmartre des années 50.

Un bien bel ensemble que voilà.
Merci à vous deux.

   Hananke   
19/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour

Jolis texte et musique nostalgiques qui ressemblent aux litanies
d'un carrousel ou d'un orgue de barbarie.
Là, cette fois, je trouve que la musique s'accorde très bien
avec le poème comme ces complaintes d'un autre temps.

On ne peut s'empêcher de penser aux débuts d'Edith Piaf.

Oui, un ensemble très mélodieux où le texte et la musique
se mettent mutuellement en valeur.

   Marite   
19/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Pas souvent séduite par les musiques accompagnant les textes publiés sur le site, ici, j'ai tout simplement eu envie de me lever et de tourner, lentement au rythme de la mélodie, de la voix et de l'histoire qu'elles accompagnent toutes les deux superbement.
Merci Papipoète et Yves/Pizzicato pour ce cadeau !

   Robot   
19/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La simplicité du récit n'empêche pas l'expressivité. Un texte de chanson rehaussé par le chant et la musique. Une scène de rue joliment contée. Papipoète situe son histoire au bas de Fourvière. Pour qui connaît Lyon, c'est un lieu ou se genre de rencontre se fond dans le décor. mais je suppose que ND de la garde aurait tout aussi bien convenu. En fait, l'endroit importe peu, c'est la scène rapportée qui ressort avec réalisme..

   sympa   
20/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le duo Papipoète/pizzicato fonctonne parfaitement.
J'ai beaucoup aimé cette chanson notalgique où l'on s'imagine en l'écoutant dans une autre époque .
Merci à vous deux

   lucilius   
20/10/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour,
Votre poésie (chanson) me rappelle à 100 pour 100 une carte postale datée de 1958 figeant un vieil homme et son limonaire, dans un coin renfoncé de la place des Lices à Rennes, et son maigre attroupement sur le pavé mouillé ; L'ensemble transpirant la misère et l'indifférence.
Voici ce que j'appelle un texte "fort", égrenant ses émotions au fil des mots.
En vous lisant, j'adhère pleinement à cette citation : "Ce qui est rare est précieux".

   Donaldo75   
20/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut papipoete,

Quand on connait Lyon, on imagine bien la scène. Je n'ai pas écouté la version chantée, parce que justement je voulais rester dans mon impression à la lecture de la poésie et non me faire influencer par des sons. C'est réussi parce que justement le ton colle avec le lieu, et, pour ceux qui ne connaissent pas le quartier de Fourvière, c'est un joli poème sur ce lieu presque figé dans le temps. La scène complète ce tableau, un peu à la manière d'un film muet.

Bravo !

Don

   emilia   
20/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bravo à vous deux pour cette incarnation poétique, musicale et empathique d’une certaine époque où la complainte se chantait dans la rue pour subsister…, avec cette ambiance si particulière et émouvante provoquée par ce chariot « boite –à-musique »… dont l’écho se prolonge encore aujourd’hui grâce à vous…

   bipol   
22/10/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
bonjour à vous deux

le bon vieux temps renaît

de ces cendres, pour notre grand plaisir

avec un texte poétique ayant pour décor le vieux Paris

idéalement mis en musique par l'artiste d'Oniris

et un petit air à la Moulou et son piano mécanique

il ne manque que les textes à vendre pour reprendre

tous en cœur, un seul mot bravo

   Anje   
22/10/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'ai lu le texte, j'ai écouté la voix et je ne savais pas quoi dire. Alors j'ai inversé, écouté la voix puis lu le texte. Je ne savais pas quoi dire. Alors j'ai lu le texte en écoutant la voix et vice-versa. Les mots ne venant toujours pas, j'ai fait écouté à des amis. Ils étaient comme moi. Alors on a grillé quelques marrons pour avoir juste l'odeur qui manquait.
Merci les artistes !

   Gouelan   
24/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une scène de rue qui nous transporte dans un autre temps.
L'histoire est belle, la voix et la musique s'accordent parfaitement à cette ambiance d'antan.
Merci les artistes.

   Corto   
15/11/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
OK pour ce moment de nostalgie quand on prenait le temps de s'arrêter devant un chanteur des rues. Le monde a beaucoup changé et s'est surtout accéléré au point de ne plus laisser le temps à la respiration. Et la course continue...

   Ithaque   
15/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ça y est ! Nous v'là à l'endroit où l'on "valse bleu" , où l'on "joue d'la têt'et du chausson", où "les fill's s'enroulront dans nos quilles"...
L'organiste vient de changer son paquet de cartes perforées et tourne la manivelle...
Pizzicat démarre, tenant la partition écrite par PPoète, un jeune parolier de Fourvières pétri de talent!
Nous, on s'en roule une avec du gris et on vous écoute.
Bravo les gars...ça tient son rang !
Ithaque


Oniris Copyright © 2007-2018