Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
papipoete : Même si
 Publié le 11/01/15  -  15 commentaires  -  771 caractères  -  352 lectures    Autres textes du même auteur

Lors d'un repas entre amis, certains convives évoquèrent avec "élégance" le monde des "pd et gouines" ; j'eus bien du mal à opposer ma vision du monde des homosexuels (masculin et féminin) ! J'ai voulu, à travers ce poème, montrer le fond de ma pensée.


Même si



Flore à l'enclos jouait aux billes
Quand sa sœur girait aux cerceaux.
Elle abhorrait l'habit de filles
Que l'autre portait à rinceaux.

Quel drame pour vêtir la jupe
Que maman cousit en satin !
Trop d'indices pour être dupe,
Flore éconduirait Valentin.

Femme elle s'éprit d'une ondine,
Frêle nageuse aux cheveux courts,
Pour une idylle clandestine
À l'abri des fielleux discours.

La mer ondoyait chaotique,
Puis enfin le grain se calma.
Au creux d'une paisible crique,
L'amour libéré s'enflamma.

Je t'aime ma petite-fille,
Qu'un jour telle Flore tu sois
Ne crains pas que mon feu vacille,
Je t'aimerai comme autrefois.


13 05 2013


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Curwwod   
20/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Et bien en voilà un poème qui donne confiance en l'humanité. C'est très joliment tourné, avec un petit côté suranné, comme ces images d'Epinal où on voyait des garçons en costume marin et des filles en robes à mi mollet et canotier de paille. C'est joli, rafraîchissant mais au fond c'est un poème de combat où l'amour, homosexuel, saphique, paternel balaie d'un coup tous les préjugés, toute la sevitude à la norme (ça a toujours été comme ça, alors...), tout ostracisme imbécile et conventionnel. Continuez à l'aimer toujours aussi fort votre petite fille, elle le mérite et vous aussi.
Ce poème ne manque pas de me rappeler un texte récemment publié sur Oniris, et je me réjouis de voir évoquer avec tant de modération et de tendresse ces sujets qui ont fait éclater au grand jour récemment ce que les humains peuvent avoir de pire.
Bravo pour vous et pour elle.

   Hananke   
22/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
"Pourquoi faut-il souvent se cacher quand on aime ?

De la poésie à la réalité il y a plus qu'un pas à franchir, hélas
et la mentalité humaine, n'est pas encore prête à changer.

Petit poème sympathique qui défend plutôt bien les amours différentes.
Inversion pour inversion, j'aurais plus aimé aux courts cheveux
et discours fielleux que le contraire, mais bon, pas de quoi
fouetter un chat.

   myndie   
24/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Elégant dans sa forme, votre poème l'est également dans son propos. Voilà une manière délicate et sans agressivité de défendre ce droit à aimer qui malheureusement ne semble pas encore couler de source pour certains...
Vous avez une manière simple et délicate d'exposer les choses. L'emploi du verbe "girer", peu usité, renforce encore l'impression de délicatesse qui se dégage de vos vers.
L'octosyllabe s'accorde bien à mon sens à cette réflexion en forme de monologue (les strophes m'apparaissent un peu comme des stances) . Cela donne cette douceur qui s'épanouit véritablement dans le dernier vers .

Une très belle lecture.

   Lulu   
28/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
D'après l'incipit, je m'attendais à quelque chose d'hésitant, mais nous avons affaire à un joli poème.
Je n'aime juste pas "La mer ondoyait chaotique", car je ne comprends pas. Peut-être aurait-il fallu mettre une virgule après le verbe.

Sinon, j'aime tout dans ce poème au rythme agréable, doux et tranquille.

   leni   
11/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voici un texte très élégant sue le droit à la différence C'est un texte délicat:
Flore éconduirait Valentin

Femme elle s'éprit d'une ondine

Et le poème finit rassurant

Je t'aime ma petite-fille,
Qu'un jour telle Flore tu sois
Ne crains pas que mon feu vacille,
Je t'aimerai comme autrefois.


Très bel écrit
Salut cordial et MERCI à toi Papipoète
Leni

   Robot   
11/1/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Un texte sur la tolérance.
L'angle familial choisi lui donne de la force et l'émotion du narrateur transparaît. Il ne sait pas qu'elle voie choisira sa petite fille, mais il lui dit dans la strophe finale que si elle prend le chemin de Flore, peut importe, il l'aimera toujours.
Et il faut saluer l'écriture de ce texte toute en nuances qui se lit et se dit de manière très fluide.

   Michel64   
11/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Comme ceci est bien écrit, sur un sujet qui hélas, encore de nos jours pose problème à pas mal de personnes.
Par contre les expressions "girait aux cerceaux" et "portait à rinceaux" me sont inconnues et, soit, s'emploient en Belgique et pas dans mon sud-ouest de France natal, soit me paraissent un peu compliquées même si (après consultation du dico pour rinceaux) j'arrive à suivre malgré tout.
J'ai beaucoup aimé "Flore éconduirait Valentin." ainsi que le dernier quatrain qui dit très joliment l'amour inconditionnel d'un grand-père.

Au plaisir de vous relire

Michel

   PIZZICATO   
11/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour papipoete .
Un sujet délicat traité avec beaucoup d'élégance voire tendresse.
" Trop d'indices pour être dupe,
Flore éconduirait Valentin." Belle image pour évoquer la situation.
Et ce dernier quatrain qui vient corroborer le titre.
Bravo.

   Anonyme   
12/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut papipoete... Joli poème avec quelques mots assez peu ordinaires tels "girait" et "rinceaux"... Thème d'actualité et traité avec délicatesse.
Juste un bémol, "La mer ondoyait chaotique,"
En effet un ondoiement chaotique me semble être un contresens.

J'aime beaucoup le final et surtout le vers ultime qui clôt parfaitement cette suite de quatrains... Merci !

   pieralun   
12/1/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Très fin poème en octosyllabes avec un très beau dernier quatrain.

J'aime cette façon d'effleurer l'homosexualité et les problèmes qu'elle pose dans notre société.
Baudelaire l'a fait..., pourquoi pas Papipoete? ( quant à l'homosexualité féminine)

Juste 2, 3 petites choses un peu en dessous à mon avis: " indices " dans le 2 eme quatrain, trop prosaïque. " fielleux discours" trop fort, même vrai, pour l'ensemble du poème. " l'amour s'enflamma " un vrai poncif.

Bravo Papi pour l'ensemble

   Francis   
12/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Des vers qui ont la douceur de la tolérance , du lien qui unit un grand-père et sa petite fille. Mais tolérance et amour ne sont-ils pas jumeaux ? Merci pour cette bouffée d'oxygène, de tendresse sous une plume élégante.

   Beaufond   
12/1/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Ces vers comportent beaucoup d'inversions et des phrases qui ne coulent pas vraiment d'elles-mêmes. Je n'aime pas franchement la place du narrateur qui se focalise sur les sentiments la jeune fille dans le second quatrain (avec « maman »), puis qui s'adresse à sa petite-fille dans la dernière strophe. Je crois que quelques virgules (« Flore, » ; « Femme, » ; « ondoyait, chaotique, ») contribueraient à la fluidité du poème.

J'aime le vers « Frêle nageuse aux cheveux courts », juste après « elle s'éprit d'une ondine », plein d'images aquatiques ; j'aime les cinq derniers vers pour leurs beaux sentiments, mais je ne suis pas émerveillé par ce poème, « Même si », même si…

   Anonyme   
21/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Poèmes en octosyllabes se lisant agréablement avec ces belles images amenées par des mots finement ciselés et délicats. Chapeau pour cette idylle d'amatrices de cresson !

   IAPAH   
31/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Etant le petit nouveau , je poste pour la première fois un commentaire.

Un poème en octosyllabes dont l'air paraît si frais, si innocent , si naïf. Ce rythme de 8 pieds , comme un petit enfant qui sautille , nous est très léger à la lecture , très doux, les syllabes s'enchaînent avec une sensation d'eau qui glisse, c'est très agréable.
Le thème de l'homosexualité est joliment amené , j'aime beaucoup cet amour secret et "interdit".
Vous avez cassé un taboo sans choquer , je vous félicite.

J'ai par contre un peu moins aimé le dernier ver du troisième quatrain. Il m'a paru disgracieux à l'oreille. Le quatrième quatrain quant à lui est, je pense, légèrement accessoire.

Je titille avec ces quelques points négatifs car il ne m'ont pas du tout gêné pour apprécier ce très beau poème.

Je vous remercie !

   MissNeko   
30/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème tendre et tolérant. Ça fait du bien. En plus d être bien écrit, il traite d un sujet encore trop d actualité. Tout le monde devrait pouvoir aimer qui il veut sans crainte de perdre l amour des siens.
C est très beau et très juste.


Oniris Copyright © 2007-2018