Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
papipoete : Mystère
 Publié le 28/03/19  -  23 commentaires  -  637 caractères  -  340 lectures    Autres textes du même auteur

Murmures autour d'une femme.


Mystère



Cette femme est vraiment très belle,
Au corps sans le moindre défaut
Ce regard qui vous ensorcelle ;
Mais, qu’en est-il de son cerveau ?

Luit-il autant qu’une chandelle ?
Cette femme est vraiment très belle,
Quelle peut être sa fonction
Vu son pouvoir de séduction ?

L’imaginez-vous « Immortelle »
Sur le fauteuil de Yourcenar ?
Cette femme est vraiment très belle,
Mais la grâce n’est pas un art !

Chut ! elle va parler l’oiselle !
« Je fais le clown à l’hôpital,
J’amuse l’enfant face au mal. »
Cette femme est vraiment très belle…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   domi   
2/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
L'idée est bonne, et même belle.
La forme, exigeante, est maîtrisée.
j'ai un peu de mal avec le mot "cerveau" qui manque de poésie, ainsi que le mot "fonction"...
L'auteur nous "balade" avec cette histoire d'intelligence qui serait à "comparer" avec la beauté physique, et la chute surprenante nous rassure : cette femme est belle aussi de l'intérieur !
Beau métier que celui de faire oublier l'espace d'un instant la souffrance des enfants malades...
Au final, un texte émouvant.

   Corto   
6/3/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Ce mystère nécessitait-il un poème ?

Dès les premiers vers on sent l'entourloupe.

La troisième strophe est la plus attrayante mais on n'y croit guère.

La quatrième, pleine de bons sentiments, ne sauve pas une démarche hâtive qui mériterait d'être retravaillée.

A vous relire ?

   embellie   
10/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voici un poème à forme fixe, un maillet, qui pour la forme me paraît réussi.
Mais le fond n'est pas mal non plus. Il met en valeur une femme très belle qui n'a pas un cerveau sans cervelle, et de plus possède un grand cœur. Il va à l'encontre des préjugés selon lesquels une jolie poupée ne peut être que superficielle. Merci à l'auteur pour cet hommage à la femme "belle sous tous rapports".
Je ne suis pas d'accord avec le titre. Je ne vois là aucun mystère. Il suffit de rejeter les préjugés et de voir la femme telle qu'elle est.

   Provencao   
12/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Chut ! elle va parler l’oiselle !
« Je fais le clown à l’hôpital,
J’amuse l’enfant face au mal. «
Cette femme est vraiment très belle…"


J'ai beaucoup aimé ce mystère en vos vers où se fait écho l'appel de cette voix.
Joli cheminement de la pensée en cette poésie sous l'influx du mystère.

Vous avez réussi à nous maintenir tout le long du poème, au coeur de ce mystère...et j'aime à dire que vous nous avez nourris de ce mystère avec cette indéfinissable attente....pour cette sublime cause.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Hananke   
28/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

Un maillet néo de pas mauvaise facture même si le fond du poème
voudrait un peu nous dire que les belles femmes n'ont point
d'esprit.
Heureusement, l'auteur se reprend juste à temps avec sa dernière
strophe et la morale est sauve.

   leni   
28/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Papipoète Bonjour
Et fait le rideau se lève à la fin

Chut ! elle va parler l’oiselle !
« Je fais le clown à l’hôpital,
J’amuse l’enfant face au mal. »
Cette femme est vraiment très belle…
Inattendu ce sujet Amuser les enfants face au mal Traitement par
le rire Le monde entier a besoin de nez rouge et de clowns joyeux
Mercide penser aux autres Papî
Amitiés Leni

   TheDreamer   
28/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Un poème simple sur 4 quatrains en néo-classique. Un thème que j'apprécie beaucoup : celui du clown.

Le poème se structure sur une opposition : l'attrait physique face à la grandeur d'âme. Cette opposition se révèle au fur et à mesure du déroulement du texte en fait comme une fausse piste visant précisément à évincer toute tentative de comparaison et à faire percevoir dans ce cas d'espèce qu'à la beauté physique peut se joindre une grandeur d'âme que l'auteur reconnait en insistant pour une dernière fois sur l'antienne répétée tout au long du poème : "cette femme est vraiment très belle".

Merci.

   sympa   
28/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,
Un poème néo classique agréable dont la chute au dernier quatrain m'a fait sourire.
C'est une belle idée de comparer la beauté d'une femme , physiquement, avec la cervelle qui va bien...ou non , puis la beauté intérieure, la plus belle évidemment !

   Annick   
28/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Pourrait-on se poser les mêmes questions pour les qualités d'un homme ? Je l'ai fait. Et je trouve que ça ne colle pas !
Donc, je me suis dit qu'on se pose peut-être toujours les mêmes questions quand il s'agit d'une femme : est-elle belle ? Est-elle intelligente (surtout quand elle est belle...) ?
Et enfin : est-elle vertueuse, a-t-elle de la compassion, sous entendu, a-t-elle une beauté intérieure ?
Dans le poème, la beauté intérieure semble être prépondérante et efface tout le reste.

Joli maillet dont le vers : "Cette femme est vraiment très belle" revient comme un refrain et en est le fil conducteur.

J'aime ce glissement de sens à la toute fin : la beauté seulement physique devient aussi beauté intérieure, en même temps que la révélation :
« Je fais le clown à l’hôpital,
J’amuse l’enfant face au mal. »

Le dernier vers porteur d'un sens nouveau fait s'envoler le poème !

La forme (le maillet) donne de la force à cet écrit original et agréable à lire, car habilement composé.

   Davide   
28/3/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour papipoete,

Si j'ai été séduit par la musicalité de cette forme fixe, je l'ai moins été par les images.

Les formules "qu'en est-t-il de son cerveau ?", "Luit-il autant qu'une chandelle ?" ou encore "Quelle peut être sa fonction" me paraissent très indélicates, même si l'on comprend que "fonction" fait référence au "travail" qu'elle fait.
De plus, je trouve le 1er vers assez inélégant, avec ce "vraiment très". Une fois ne dérange pas, mais étant donné que ce vers revient, il m'aurait paru judicieux de le travailler plus en finesse.
J'aurais préféré quelque chose du genre : "Cette femme se montre belle", "Cette femme apparaît si belle" voire "Cette femme est tellement belle".

L'auteur semble avoir choisi la simplicité pour son écrit.
Mais trop de maladresses, à mon goût, auréolent sa sincérité.
Reste un poème tout de même charmant, mais qui ne m'a pas vraiment touché.

Merci pour cette lecture,

Davide

   Anje   
28/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Faire le clown, particulièrement quand le cirque est à l'hôpital Necker et la piste une chambre d'enfant, n'est pas un métier facile. C'est un sacerdoce et il faut avoir une belle âme pour aider à guérir par le rire. Ces Augustes et Augustines méritent bien ce bel hommage.
Mais, vous m'excuserez papipoete, il y a dans ces vers un mystère, un petit quelque chose qui m'échappe, ou qui me touche trop, sans que je sache le définir.

   Ithaque   
28/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Papipoete,
la dame est très belle ...et votre poésie l'est aussi. D'après l'écrit, on vous imagine, la regardant. La simplicité de votre composition trahit, peut-être, la nécessité qui fut la votre d'épurer au maximum vos premières salves d'écriture avant de nous présenter ceci. Si tel ne fut pas le cas, c'est que vous avez en vous "Le Don" à l'état pur !

   Lebarde   
28/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Papipoete
Vous avez frôlé la correctionnelle, ce genre de sujet soulève à coup sûr un flot de protestations s’il est pris au premier degré et si le lecteur ( il y en a ) ne comprend pas la fin.
«Cette femme est vraiment très belle
.......
Mais,qu’en est il de son cerveau »

D’aucuns diront que même dans un poème , la question n’aurait pas été posée à propos d’un homme. Moi je vous pardonne, je suis un homme!.....Et puis ce pantoum bien rythmé est de lecture facile et coulée même si le dernier vers repris quatre fois peut laisser planer un doute!

Bravo j’ai apprécié

Lebarde

NB A la relecture de ce joli poème, Marguerite "Yourcenar" et " le clown à l'hopital" qui "amuse l'enfant face au mal" ("Cette femme est vraiment très belle" et m'a troublé!) m'ont soufflé qu'il ne s'agit pas d'un pantoum (pantoun)! Quel coup de MAILLET sur ma tête d'ignorant!

   Vincente   
28/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai été un peu refroidi par le "cerveau" du v4, tout droit sorti du champ lexical anatomique, la poésie qui s'invitait est quelque peu retombée. J'aurais préféré "esprit" ou "pensées"ou... Pour la rime, il n'était sûrement pas difficile de trouver un synonyme à défaut...
Au v10, j'aurais mis plutôt "dans le fauteuil..."

J'aime beaucoup la dernière strophe, dans un registre drôlement décalé par rapport au lieu de soins un peu froid (tiens c'était celui aussi du "cerveau" alors inopportun au début), et même bien coquin dans l’œil du poète qui s'amuse, lui l'enfant qui se détourne du mal... L’anaphore "Cette femme est vraiment très belle…" vient conclure pertinemment par son obsédante réjouissance.

Sans les deux petites anicroches, il y aurait là une excellente façon de se détendre, à l’hôpital ou dans tout autre lieu...

   senglar   
28/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour papipoète,


Belle et altruiste, alors oui la grâce devient un art qui vaut bien le talent d'une "Immortelle", je crois que Marguerite Yourcenar en aurait été d'accord avec sa bienveillance coutumière de Femme du Nord ; elle a son musée à 12 Km de chez moi :)

Quelques vers qui touchent droit au coeur !

senglar

   hersen   
28/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Tout autre que toi, Papipoète, je l'aurais allumé grave pou le sous-entendu que la beauté engendre la niaiserie et quand à la fonction...

:)))

On se connaît depuis un petit bout de temps maintenant, alors je sais quel but tu as poursuivi, et en plus en t'astreignant aux contraintes d'une forme fixe pas évidente.
Et ici, elle est très réussie.
Pour ne rien te cacher, au point où j'en suis, le mot cerveau, à mon avis, et le mot séduction, font un peu moutons noirs. Parce qu'ils connotent le texte.
Je pense que tu voulais, d'une certaine façon, cette connotation, mais elle est trop appuyée, je trouve.
ce qui remporte mon suffrage, (non, tu as mal lu, pas de suffragette, de suffrage :) est la simplicité déconcertante émanant de la dernière strophe. Et là, ça cartonne !

t'as eu chaud, Papipoète !
Et en plus je ne doute pas que tu sauras prendre ce commentaire avec l'humour qu'il se doit !

ps : pourquoi une virgule après "Mais" en 1ère strophe ?

   PIZZICATO   
28/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
<< Sois belle et tais-toi >> a-t-on dit. Heureusement ce point de vue est d'un autre siècle. Certes, il persiste encore un pourcentage de machos-beaufs à évolution lente ; mais qu'ils ne se désolent pas, ils parviendront à assimiler.
Il existe aussi des beaux mecs stupides. Il est vrai aussi, que quand on est moche et con, on attire moins l'attention.

L'auteur traite le sujet avec originalité et la délicatesse qui lui est coutumière. Les questions posées ont une allure d'anti phrases puisqu'il nous fait entrevoir, en dernière strophe, son opinion sur le sujet.

Un texte bien mené.

   STEPHANIE90   
28/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir Papipoète,

cette femme est vraiment belle. Je n'ai point la réponse à cette question. La beauté intérieure ne se montre qu'à ceux qui la cherche sans la chercher, il faut l'apprivoiser...
Peut-être est ce juste cette beauté là que vous avez vu dans cet hôpital ?

Tout a déjà été dit donc je dirais juste que j'ai aimé le traitement de cette poésie, merci pour la lecture,
StéphaNIe

   VictorO   
28/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien
"Mais la grâce n'est pas un art!"
On commence par nous dépeindre une somptueuse princesse, mais passive, comme dans les contes traditionnels. Or, il y a un mystère qui sommeille. Cette femme "vraiment très belle" ne sera pas jugée uniquement sur sa beauté physique, et c'est tant mieux. Elle pratique effectivement un art : faire rire. Un poème simple et subtil.

   Cristale   
29/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Papipoète,

Qu'importe son physique, c'est la beauté de l'âme et du coeur de cette femme dont il est question.
Un maillet en quatre quatrains comme il se doit qui dit en peu de mots et de façon très simple le rôle essentiel qu'elle tient auprès des enfants malades hospitalisés. Dommages que le travail sur les rimes ne soit pas plus "poussé".

Je pense que le premier quatrain appuie un peu trop sur la beauté, le corps sans défaut, le regard qui ensorcelle et la question concernant son cerveau. Il m'a fait partir en première lecture sur une vision misogyne désagréable ainsi que le premier vers du second quatrain. (je sais bien que l'auteur est loin d'être misogyne ^-^)
J'aurais préféré que le début du poème soit de la même veine délicate que les vers suivants.

Un petit plus pour le sujet rarement abordé en poésie.

Cristale

   Raoul   
31/3/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour,
Bien moi je trouve ce poème sexiste (suis-je le seul ?) Qui est donc cette femme réduite à une fonction ? D'elle on sait qu'elle est belle, c'est là sa qualité première et répétitive. Et puis, dingue, en plus elle parle ! Et là, elle nous apprend qu'elle fait, pas qu'elle est, la clownesse de l'hôpital où elle s'occupe des... enfants. Car oui, une femme s'occupe forcément de la marmaille malade,
... On s'éclaire dans ce poème avec une "chandelle"?
Sinon, c'est plaisamment écrit, mais bon...
Je n'accroche pas car je trouve les ficelles de la fabrication bien trop énormes. Désolé.

   Quidonc   
1/4/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Papipoète,


Je me suis laisser séduire par cette mystérieuse femme par sa beauté plein de grâce et puis par son coeur qui se met au service des enfants quitte à se défigurer sous des allures de clown.
Une beauté en cache une autre et la vraie beauté n'est pas toujours là où on l'attend.
On sourit, on s'interroge et on finit sur un happy end.
Merci pour ce sentiment de bonté qui rafraîchit nos âmes.

   BlaseSaintLuc   
4/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ah papi, vous m'avez eu, cette femme est vraiment très belle...

Il y a, la 1er lecture et puis avec la chute une seconde "forcément"
Et là, ce n'est plus pareil cela devient de l’excellent .


Oniris Copyright © 2007-2019