Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
papipoete : Sous le chapiteau
 Publié le 21/07/21  -  11 commentaires  -  1029 caractères  -  174 lectures    Autres textes du même auteur

Pinder, Bouglionne, etc.


Sous le chapiteau



Du spectacle, elle était le clou
Ma formidable voltigeuse
Avec toujours ce succès fou,
Laissant notre Ulla bien rêveuse.

Dans les gradins, montait la peur
En un assourdissant silence ;
Puis une apaisante clameur
Offrait enfin sa récompense.

Survint cet effroyable soir
Quand le trapèze vint à rompre…
Je sombrai dans le désespoir
Que rien ne saurait interrompre.

Te confiant au gentil Pierrot,
Seul je partis traîner ma peine,
Reprendre ma vie à zéro
Sans Elle et toi, loin de l’arène.

Les années n’ont fait que passer
Quand un jour, un cirque, une affiche :
« Venez voir Ulla s’envoler,
Narguer le vide en criant : chiche ! »

À trembler parmi le public
Je te revois sublime femme,
Déclencher en moi ce déclic,
Ressusciter de toi la flamme.

Dans ma poche ce talisman
Une broche de toi, petite
Que tu tenais de ta maman,
Au bonheur à nouveau m’invite…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Queribus   
11/7/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Des mots simples pour évoquer un "vieux" sujet, celui des clowns avec leurs malheurs propres (J'ai pensé à la chanson de Gianni Esposito). Un texte qu'ion comprend à la première lecture. Le tout dans une prosodie néo-classique quasi parfaite. Je me permets quand même les (toutes) petites remarques suivantes:
-En un assourdissant silence
-Puis une clameur apaisante
dans le langage courant on dirait plutôt: En un silence assourdissant
Puis une clameur apaisante
-j'aurais mis une virgule après clou au premier vers
Je sombrai dans le désespoir
Que rien ne saurait interrompre; j'aurais plutôt mis: Je sombrai dans UN désespoir...
-j'aurais mis une virgule près seul.
Tout ceci n'est que broutilles et n'enlève rien à la qualité de votre écrit.

En résumé, un agréable moment passé à vous lire.

Bien à vous.

   Robot   
11/7/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le trapèze qui se rompt et c'est le drame qui ne peut s'oublier. Le narrateur - on sent que c'était un fan de l'acrobate ou peut être même un artiste de la troupe (admirateur, fan, amoureux ?) de Ulla. Suite à l'accident tragique il s'éloigne jusqu'à ce qu'un jour se trouvant parmi le public d'un cirque de passage, il revoit Ulla dans ses ­­oeuvres.
Ce poème me rappelle un film déjà ancien dont j'ai oublié le titre.

Un récit bien conduit qui me laissait à penser que l'accident avait été fatal. Mais ô suspense, Ulla est bien vivante pour présenter courageusement son art.

Quelques inversions obligées pour la rime qui ne m'ont pas vraiment gêné.

   Provencao   
21/7/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
J'ai beaucoup aimé ce chapiteau en vos mots où la formidable voltigeuse dont le courage chasse les fantômes avec grâce et danger qui du boulevement peut en fanter une Ulla bien rêveuse....

Votre écriture est aussi mon cher ami papipoete une acrobatie, une cajolerie qui repose toute entière sur ce fil édulcorant une sente de l'invraisemblable, faire du danger des papillons de mots... pour notre bonheur.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Miguel   
21/7/2021
Donc, voilà un veuf éploré qui plante là son enfant, désormais orphelin et de mère et de père. Le gentil Pierrot en tiendra lieu. Et finalement, par un heureux hasard, il retrouve Ulla à l'affiche (ce cri "chiche" me semble un peu là pour la rime), et le voici tout réjoui à l'idée de risquer de la perdre comme il a perdu son aimée. La mère revit dans a fille, mais pour combien de temps ? Je sais bien que maintenant les voltigeurs sont protégés des accidents (ce qui par ailleurs rend un peu inutile le fameux "chiche"), mais ce lyrisme de saltimbanque me semble sonner faux. Je n'arrive pas à y entrer.

   wancyrs   
21/7/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut Papipoète !

De m'approcher de plus en plus des âmes des hommes, je comprends la peur de cet homme brisé ; les hommes brisés, la plupart du temps, ne savent que briser, alors je vois "la fuite" de ce père comme un acte ultime d'amour ; la preuve, c'est que sa fille a réussie à suivre les traces de sa maman et surmontée la peur du traumatisme. Que sera-t-elle devenue sous l'ombre d'un père n'étant plus que l'ombre de lui-même ? Bien des hommes essaient de jouer aux super-héros, mais bien peu réussisse dans cette entreprise. Celui-ci a été super-héros à sa façon, car accepter sa faiblesse pour laisser aux autres la capacité d'aider un être cher est, pour moi, un acte de bravoure. J'ai vu, et je vois tant de toxicomanes et autre déséquilibrés mentaux s'accrocher à leurs enfants "par amour" qu'ils disent, mais en fait ce ne sont que des naufragés s'accrochant fortement à leur bouée de sauvetage. Dans ce récit on a un homme qui met sa fille sur le seul radeau de sauvetage possible lorsque leur bateau coule, et se bats seul avec les flots. J'ai affaire ici à un vrai homme, un humain ! Va-t-il encore sombrer si sa fille se brisait comme sa maman ? Peut-être ! Mais serait-ce un péché ?

Édit : Je relis, et découvre un détail, une broche que le personnage principal a gardé tout le temps dans sa poche, et cela conforte mon idée qu'il n'a jamais abandonné son enfant.

   Annick   
22/7/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
On comprend le poème à demi-mot, et peu à peu, tout s'éclaire dans le dernier quatrain. Le poème se livre sans se livrer tout à fait.
Je me suis un peu perdue parmi les différents pronoms personnels et adjectifs possesifs : elle, toi, te, tu, notre, ma...

On dirait un fait réel, un drame relaté sous forme de poème.

Un beau récit qui mêle tendresse des sentiments et dureté de la vie.

   Myo   
21/7/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La magie du cirque, cette belle affiche faite pour distraire et amuser
mais qui cache son lot de destins brisés, de familles déchirées, de sombres solitudes.
Je vois que vous avez renoué avec le rythme régulier et les rimes avec beaucoup de talent.

Un grand merci du partage.

   emilia   
22/7/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
De jolis octosyllabes pour nous conter un drame survenu dans l’univers du cirque et le monde du spectacle, dont la prise de risque génère l’émotion des spectateurs, mais parfois, hélas, aux dépens des artistes lorsqu’un accident survient… ; un heureux dénouement cependant qui met en valeur la transmission générationnelle des numéros en rappelant (dans l’exergue) ces familles dynastiques célèbres permettant à leur enfant de reprendre le flambeau, « ressusciter la flamme » avec une promesse de continuité alliant les prouesses physiques et esthétiques auxquelles vous êtes sensible…

   ericboxfrog   
27/7/2021
 a aimé ce texte 
Un peu
(Du spectacle, elle était le clou
Ma formidable voltigeuse
Avec toujours ce succès fou,
Laissant notre Ulla bien rêveuse.)... J'aurais mis =
À la fin du spectacle dont elle était le clou,
Ma belle voltigeuse
Avait un succès fou
Ce qui laissait Ulla complètement rêveuse.
( je sais, ce ne sont plus des octosyllabes...)
Mais je m'égare, et préfère m'arrêter, sans vouloir offenser les saltimbanques. Cela n'engage que moi. Vive le cirque !

   Cristale   
27/7/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
...et le spectacle continue avec son lot de drames et de bonheurs mais combien de travail et de sacrifices que cette vie consacrée au monde du cirque.
Longue vie à Ulla qui fait honneur à sa mère en reprenant le flambeau.
Papipoète est un conteur qui emmène ses lecteurs dans la caravane de sa poésie sur des octosyllabes qui me rappellent le trot léger des chevaux, ceux qui tournaient dans l'arène des cirques, montés par de jolies cavalières.
Ne changez rien, on vous aime comme ça.

   Vincendix   
28/7/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Papipoete
Une scène parfaitement reproduite, toutes les émotions sont présentes, la peur, l'admiration et la douleur.
Bravo et merci
Vincent


Oniris Copyright © 2007-2020