Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
PATGUI : Leçon de vieille [Sélection GL]
 Publié le 16/09/19  -  12 commentaires  -  1303 caractères  -  165 lectures    Autres textes du même auteur

Les personnes âgées sont ce qu'elles sont devenues, abîmées, diminuées, mais posons-nous la question de savoir ce qu'elles ont été. Nous serions souvent surpris si elles pouvaient nous parler de leur vie passée. Alors imaginons-leur une histoire des plus passionnantes, une façon de les faire revivre.


Leçon de vieille [Sélection GL]



Ne te moque pas, petite, de cette vieille édentée,
Tu ne sais pas encore ce que fut son histoire,
Quand à vingt ans, sur elle tous les hommes se tournaient,
Insolente jeunesse dans ses robes du soir.

Demande-lui, c’est mieux, de te narrer sa vie,
Ses concours de beauté, ses scènes de tournage,
Ses conquêtes, ses amants, et ses quelques maris,
Mais oui ma fille, comme toi, elle fut parfois volage.

Acquiers la confiance de son coffre à souvenirs,
Tu vas voir ses photos de palais et croisières,
De soirées et de fêtes, de grands éclats de rires,
Avec autant de larmes et de vastes cimetières.

Tout son monde n’est plus, depuis des décennies,
Sa famille tout entière, amis et relations,
Elle est seule aujourd’hui à l’hospice, son abri,
Elle est comme un vieux meuble posé dans le salon.

Comme toi, insouciante elle a couru sa vie
Sans savoir que le temps accumule les années
À la vitesse du vent, quand le futur s’enfuit,
Alors que la mémoire n’est qu'à peine écornée.

Ne la plains pas non plus, à la voir en l’état,
Ainsi elle l’a voulu, son bilan est à elle.
Apprends au maximum ce qu’il t’arrivera,
Profite de la vie tant que t’es jeune et belle.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
23/8/2019
 a aimé ce texte 
Bien
"Leçon de vieille" ou leçon de vie.
Ce poème nous amène cette relation particulière avec nos anciens, eux qui ont déjà un long passé derrière eux.

Un sentiment étrange souffle néanmoins ici. Malgré ce discours, la "vieille" est absente, comme un fantôme ou plutôt "comme un vieux meuble posé dans le salon".

L'exergue promettait "si elles pouvaient nous parler de leur vie passée". Oui mais ici on parle pour elle. Le sujet est-il devenu objet ?

Le vers final donne un nouvel élan "Profites de la vie tant que t’es jeune et belle". Oui bien sûr mais après ?
Qu'est-ce qu'on fera quand on sera vieille ?

Bonne continuation poétique.

   cherbiacuespe   
24/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ah! Le rapport à nos anciens. Un problème qui ne devrait pas en être un.

Ce poème exprime-t-il le savoir que l'on se doit de collecter et de bien ranger, prêt à servir? "Demandes- lui c’est mieux, de te narrer sa vie" et la réponse est donc positive. La suite est une énumération de toute cette expérience qui pourrait se perdre dans les méandres de l'oublie.

Oui je suis convaincu par ce poème, qui, s'il n'expose pas tout, évoque bien l'insouciant gâchis du traitement réservé à des personnes dont on ne sait que faire. Et c'est un très mauvais signe de la direction prise par notre société.

Pour ce qui est de l'écrit lui-même, je n'ai pas été renversé par le style et la manière. Peut-être parce que le thème choisit assomme tout le reste. Ce sujet n'est pas facile et l'exploiter en poésie, trouver l'élégance, la légèreté, n'est pas aussi aisé.

   papipoete   
26/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
contemporain
" tu sembles songer, a-t-elle toujours été ainsi cette vieille femme ? Non, elle te ressembla, et sur elle bien des regards se perdirent, combien de coeurs elle fit chavirer ! " Elle te ressembla, et le temps inexorablement la fana, de ses proches le sort les prit jusqu'au dernier, et maintenant elle n'attend plus personne, elle a vécu sa vie...
NB une réflexion que l'on ne peut s'empêcher d'avoir, en regardant par exemple une vieille femme en se disant " c'était elle, la Marquise des Anges " ?
Mais à écouter la sagesse de l'une ou l'autre, on se dit qu'elle a profité de sa beauté, de sa santé et vécu ce qu'elle voulait vivre, et le livre désormais va bientôt se fermer !
Une jolie dissertation sur l'être, et l'avoir été, tout en images resplendissantes, et l'héroïne nous touche avec cette fillette, qui sera bien surprise de parcourir l'album en papier glacé de celle qui fut si belle !
l'avant-dernière strophe a ma préférence !
Vos vers irréguliers semblent marcher au pas, malgré la liberté que vous leur donnez !
papipoète

   poldutor   
27/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Belle poésie sur le temps qui passe, sur la décrépitude...
Il s'agit là d'une vieille femme adulée du temps de sa jeunesse, c'était sans doute quelque star du cinéma, très recherchée des hommes parce que belle et célèbre ; mais quand la vieillesse arrive, très vite abandonnée, se retrouvant seule, c'est finalement la rançon de la gloire. Il est vrai, que derrière une vieille femme décrépite, se cache souvent une femme qui en son temps a été remarquable, et pas seulement par sa beauté, mais aussi par son intelligence, son dévouement, son héroïsme. Ici on conseille à la jeune fille de vivre pleinement sa vie.
On ne peut s'empêcher de penser au sonnet de Pierre de Ronsard ;
"Vivez si m'en croyez ..."
Oui vivez, mais pas seulement,pensez aussi aux autres...

J'aime bien le thème de cette poésie, ne pas juger les vieilles personnes sur ce qu'elles sont devenues, penser qu'elles ont eu une jeunesse que beaucoup pourraient leur envier.

Cordialement.
poldutor en E.L

   Gabrielle   
30/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un rapprochement entre deux générations qui semblent pourtant si lointaines l'une de l'autre.

Ce texte renvoie à l'insignifiance d'une vie dans l'espace temps et à la nécessité de profiter de chaque instant, tant cette dernière est courte.

L'opposition entre les deux situations décrites qui devrait éloigner la narratrice et la personne devant recevoir les conseils, en réalité, rapproche les deux sujets dont il est question.

La leçon de ive sert de lien à tisser entre les deux générations concernées.

Merci à l'auteur(e) pour ce texte qui marque une époque où malheureusement, les personnes âgées vivent souvent une fin de ive semblable à celle décrite dans le texte.

   bipol   
16/9/2019
Modéré: Commentaire hors charte- voir paragraphe 6 de la charte.

   Anje   
16/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien
C'est bien dit, bien expliqué. Cette petite ne devrait pas moquer la vieille mais apprendre de son expérience. La leçon de morale est en vers mais manque à mon goût de poésie. Cette vieille édentée n'aurait-on pas pu l'entendre sourire comme un clavier de piano ou craquer comme ce mur qui perd ses pierres ? J'aime "elle a couru sa vie", moins "le vieux meuble posé dans le salon" très visuel mais peu poétique. Les mots sont simples, les vers bien tournés et l'ensemble coule du début à la fin sans à-coup ni coup de cœur.

   Hananke   
16/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

Cette "leçon de vieille" ne serait pas si mal si l'on ne la connaissait
pas par coeur.
Et lorsque l'on est jeune, à entendre le sempiternel discours, on dit
et pense souvent que les vieux radotent alors qu'ils nous décrivent
simplement ce qui nous attend.
J'aime bien :
Elle est comme un vieux meuble posé dans le salon.

J'aime moins le traitement contemporain du poème qui nous fait
avancer sur des vers plus ou moins bancals.

   Donaldo75   
16/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour PATGUI,

J'ai bien aimé ce poème rythmé, aux images en cascade qui semblent nous parler et raconter une vie. Le thème est souvent traité sur Oniris mais j'en apprécie le traitement car il prend une forme de second degré qui va au-delà de la simple poésie, une leçon de vie en communauté me semble-t-il. En tout cas, c'est mon impression et même si je me méprends sur l'intention, je préfère rester sur cette perception.

Merci du partage.

Donaldo

   hersen   
16/9/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Je ne suis pas très emballée par le fond, je ne trouve pas spécialement d'originalité.

La forme aurait pu sauver l'idée, mais je trouve décidément trop de clichés, ponctués par un dernier vers entendu si souvent.

Il y a une certaine fluidité, agréable, mais entachée pour moi par tous ces impératifs. Ils font un peu injonction, quand un abord différent, plus doux, plus imagé, aurait pu davantage générer de l'empathie.

Je suis bien désolée de ne pas être séduite cette fois-ci, mais à te relire.

   troupi   
17/9/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
C'est une leçon mais qui manque de poésie pour être vraiment accrocheuse.
Sans métaphores on peut difficilement faire rêver le lecteur.
C'est assez bien écrit mais présenté à la manière d'une liste d’événements ça manque de surprises et le sujet en demanderait justement pour ne pas être plombant.

   jackplacid   
21/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
vous êtes ce que je fus et serez ce que je suis ,
la vieillesse contée avec respect
des vers avec des pieds de trop:
quand à vingt ans sur elle les hommes se tournaient ou
quand à vingt ans sur elle tous les hommes tournaient aurait fait une belle hémistiche

avec autant de larmes et de "grands"cimetières passe aussi mieux


Oniris Copyright © 2007-2019