Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
patounette : Le chemin continue
 Publié le 17/03/19  -  8 commentaires  -  1566 caractères  -  155 lectures    Autres textes du même auteur

Texte sur la vie.


Le chemin continue



Cette nuit un être en guenilles
m'a rendu visite
pour m'emporter aux confins de la vie.

Les années y défilent,
des mille et des mille
dans une danse fertile
de passés, de présents,
d'avenirs.

De ses oripeaux l'inconnu se défait
à son visage le sourire apparaît,
il est vêtu d'habits de lumière et d'argent.

Flûtes et harpes se mettent en mouvement,
et trompettes retentissent gaiement.

Une troupe de girafes, d'éléphants,
apparaît furtivement
tel un souffle de vent.

Un manège de chevaux de bois
surgit un instant d'un lac naissant.

Des ombres m'entourent chaleureusement,
je reconnais la douceur des absents.

Mon corps s'emplit d'une symphonie
et devient transparent.
Ici l'art respire l'harmonie,
le savoir est infini.

Des papillons adorateurs
tourbillonnent
en palpitations de bonheur.

Un vol de pétales de roses,
voile de beautés,
dévoile un jardin de paix.

Des vibrations chatoient
autour de moi,
reflets de foi.

Je me désaltère aux fontaines chantantes.
Entre mes doigts, l'eau file et ruisselle,
vers la source originelle,
où tout s'achève et renaît,
vies atemporelles.

L'amour vrai m'a raccompagnée
au logis, puis a fui,
s'est éparpillé en poussières
sur la terre, y combattre guerres
et folies.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   INGOA   
24/2/2019
 a aimé ce texte 
Pas
Le chemin continue ou la vie malgré tout ! Je trébuche, hélas, trop souvent sur des formules et expressions apprêtées :
- la première strophe en est une première illustration ;
- la 3ème strophe se pare de transitions à la va-vite : oripeaux transformés en habits de lumière et d'argent ;
- succèdent pêle-mêle une troupe de girafes et d'éléphants, un manège de chevaux de bois surgissant d'un lac naissant…
J'essaie de déverrouiller mes problèmes de compréhension, sans grand succès.
Plus loin, dans une strophe de trois vers, un vol, voile, dévoile…
Je me suis définitivement égarée dans la recherche de croyance des vers suivants : Des vibrations chatoient autour de moi, reflets de foi.

Tel que je l'interprète, il s'agit plutôt d'un chemin de croix et ce texte sur la vie l'arpente dans le mauvais sens.

   Corto   
28/2/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
L'exergue est très ambitieux.
Heureusement dès la première strophe on comprend qu'on quitte le réel pour s'enfoncer dans un songe nocturne. A partir de là tout est permis bien sûr.

On contemple dès lors une danse "de passés, de présents,
d'avenirs". On n'est pas obligé de croire à l'inconnu "vêtu d' habits de lumière et d'argent" ni aux "papillons adorateurs" qui ne sont d'ailleurs qu'évoqués sans se soucier de la compréhension.

On admet la proximité de "la douceur des absents."

La dernière strophe également ambitieuse sans explications laisse rêveur.

Mais puisqu'on nous dit qu'il s'agit d'un rêve...

   Vincente   
17/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
La vie qui défile comme des idées dans un rêve fortuit.

C'est très frais. Des mots simples, des visions qui s'enchaînent sans suite apparente telles des digressions nées de menues correspondances, et l'altérité qui s'impose comme une source, une justification de l'existence. Elle apparaît d'abord par "l'être en guenilles" l'être dépouillé symbolique, puis ensuite tout au long du texte jusqu'à la très belle strophe :
"Je me désaltère aux fontaines chantantes.
Entre mes doigts, l'eau file et ruisselle,
vers la source originelle,
où tout s'achève et renaît,
vies atemporelles."

La finale annonce par "L'amour vrai m'a raccompagnée" le cycle qui s'achève sur le non-achèvement, un mal qui la ronge et la nourrit de ses "guerres et folies". Le parcours de la vie qui est venu se dire dans ce poème évoque le côté aléatoire de ce qui s'y déroule, le fer de lance qui s'y impose "Mon corps s'emplit d'une symphonie " et la finitude inlassable toujours délétère. C'est à la fois réaliste et rassérénant, idéaliste et douloureux.

L'écriture est belle, sans prétention mais efficace.
Je termine en me questionnant encore sur la sorte de magie, dont je ne cerne pas bien les tours et contours, mais qui me laisse une impression d'une belle réussite pour un sujet si vaste, si difficile à circonscrire.

   Provencao   
17/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
"Cette nuit un être en guenilles
m'a rendu visite
pour m'emporter aux confins de la vie."

J'ai bien aimé l'idée du poème libre à vocation à confondre le vrai de la vie...votre
texte nous offre des mirages de l'existence pour nous inviter à nous tenir à l'écoute du mystérieux...J'en ai aimé cet invisible, cette temporalité dans le rêve.

Par moment, au fil de la lecture, j'ai été perdue par la pensée de cette poésie..
Comme si vos mots reliaient le coeur de votre écrit au mystère avec votre connaissance secrète, où nous n'avons peut-être pas accès...


Bouleversée par cette présence infinie....la vôtre qui se mire avec douceur, de l'enfance égarée..."Un manège de chevaux de bois
surgit un instant d'un lac naissant" joli rêve mystérieux qui offre un horizon pur.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   papipoete   
17/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour patounette
Cette nuit, je n'ai pas rêvé ; tu étais là, m'apparaissant sous des oripeaux qui, tombant bientôt se transformèrent en habits de lumière !
Et les chevaux de bois montent et descendent avec allégresse, et on rit, on chante alors que des ombres d'êtres chers m'entourent, vous êtes tous là mes aimés !
Mais je me réveille de ce sommeil où je ne dormais pas...vous êtes repartis regarder de là-haut, le triste spectacle terrien des peuples en guerre...
NB voici mon interprétation qui, si telle n'est pas l'idée de l'auteure, pourrait lui faire songer " ah, je n'avais pas songé à cela ! "
Il m'arrive si souvent d'en vouloir à la nuit, de me faire croire que nous ne nous ne sommes jamais quittés, mes parents, mes aimés et le soleil se levant, constater que tout n'était qu'illusion !
Bien des " soleils " brillent dans vos vers ( flutes et harpes.../une troupe de girafes.../un manège de chevaux... )
à la 10e strophe, " voile/dévoile " put trouver un synonyme ? ( velet, nuage etc. )

   PIZZICATO   
17/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
L'idée de cette escapade onirique vers un monde de beauté est intéressante.
Mais j'ai trouvé la forme, l'expression, un peu prosaïques.

Toutefois, des passages plus élaborés comme :
" Mon corps s'emplit d'une symphonie
et devient transparent.
Ici l'art respire l'harmonie,
le savoir est infini. "

" Je me désaltère aux fontaines chantantes.
Entre mes doigts, l'eau file et ruisselle,
vers la source originelle,
où tout s'achève et renaît "

   senglar   
17/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour patounette,

De l'idyllisme dans ce poème où l'on n'est pas loin de la béatitude, les harpes se mêlant aux trompettes. Une certaine naïveté souvent bienvenue parce que le tableau est réussi ou inattendu, souvent maladroite aussi par suite d'erreurs stylistiques ou d'approximation du sens :
- "à son visage le sourire apparaît" : le sourire serait-il distinct du visage ?
- tourbillonner en palpitations ?
- un voile qui dévoile ?
- des vibrations qu sont un reflet ?
- atemporelle(s) : alors le temps serait exclu, nié; n'existerait pas. 'intemporelles' oui.
- l'amour s'est éparpillé : le un peut-il s'éparpiller ?

Ceci dit une franchise certaine se dégage de l'ensemble qui pour montrer une progression d'une vision en rêve vers un engagement, un combat voit cette progression quelque peu hachée par de nombreuses strophes qui s'avèrent un peu trop parallèles comme des images sorties d'un classeur que l'on aurait juxtaposées sans trop faire attention à la façon de les lier.

Poème qui reste sympathique au demeurant.

senglar

   lucilius   
18/3/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Trop d'allégories dans ce texte au fil conducteur parfois ténu, du style :
"Des papillons adorateurs tourbillonnent en palpitations de bonheur". Je passe trop vite du laid au beau, du repoussant au séduisant, de la cacophonie à l'harmonie avant que brutalement tout ne redevienne lépreux.
L'originalité du sujet ne justifie pas, selon moi, autant de descriptions apologiques.


Oniris Copyright © 2007-2020