Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
pieralun : Épitaphe
 Publié le 02/02/12  -  15 commentaires  -  814 caractères  -  339 lectures    Autres textes du même auteur

Sur une tombe du côté de Sète…


Épitaphe




Le cœur éparpillé dans l’oubli de Margot,
À l’ombre des Lison, Mimi des bords de route ;
L’esprit las de toujours la voir ressurgir toute,
La bêtise du con, du méchant, du bigot ;
Après avoir longtemps vilipendé les cognes,
Raillé prélats, abbés, calotins convaincus,
Braconné la bourgeoise alentour des cocus
Et choyé pour seul dieu celui des rouges trognes ;
Peut-être pour ne pas pleurer quelque copain
Sur les sentiers craintifs qui vont au cimetière,
Il a cassé sa pipe à l’île singulière,
Sur la grève où la mer caresse son lopin.
Ainsi, moustache au pli d’un sourire farouche,
L’œil sec, dernier défi d’un tendre maraudeur,
Il a suivi le pas de la Mort l’air moqueur ;
Ce vingt et neuf octobre il dort comme une souche.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
16/1/2012
 a aimé ce texte 
Bien
Je vénère absolument Brassens et suis heureuse qu'il continue à vibrer dans les cœurs, comme le manifeste cet hommage.
Par ailleurs, on connaît sa grande rigueur, son amour de la langue française, aussi n'est-il pas du tout incongru selon moi que cet hommage se fasse sous la forme corsetée de vers classiques, agrémentée d'expressions triviales ou grossières. C'est bien dans le ton !

Oui, mais... quelque chose me manque, difficile de dire quoi. Peut-être ai-je l'impression qu'on transforme ici le chanteur en image d'Épinal, qu'on reste dans la révérence obligatoire. Peut-être regretté-je qu'on élève une statue de bronze à un homme résolument hors des célébrations sociales. Bien sûr, son côté libertaire est mis en avant, on parle des copains, des cocus, des cons, bref tout y est.

Pour moi, Brassens c'est la mélancolie nonchalante. Je crois que c'est cela que je ne retrouve pas, le côté plus intimiste, les chats, l'abri chez Jeanne, une certaine douceur nostalgique qui existe aussi dans ses textes. Ils sont si riches, en fait, qu'il y faudrait des tomes pour les évoquer sous toutes leurs facettes !

En y réfléchissant, le titre me gêne aussi. Épitaphe, comme si qu'il était mort Brassens. Mais, putain, il bande encore, comme dans la chanson !

   TheDreamer   
2/2/2012
 a aimé ce texte 
Bien
Bel hommage à Brassens disparu un 29 octobre 1981... depuis 30 ans les bancs sont orphelins d'un amoureux des mots.

Quelques références à ses textes dans votre poème "Margot" bien entendu, mais aussi la "Lison" des Croquants et "Mimi" de sa "supplique pour être enterré à la plage de Sète".

Vous relevez sa moquerie des argousins, de la mort et du clergé, son refus de la bêtise et vous avez raison, là sont certains de ses thèmes favoris.

Merci !

   Miguel   
2/2/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Non seulement je vénère Brassens, mais une longue aventure sétoise m'a familiarisé avec les lieux qui lui sont rattachés.
J'ai adoré ici la qualité des vers, alexandrins de facture parfaite, mais aussi les nombreuses évocations de son oeuvre que je connais depuis l'adolescence.
"Un vingt-et-deux septembre au diable vous partîtes..." Ce vingt-et-deux septembre devient chez Pieralun la date fatidique du 29 octobre ... Mais il n'est pas parti au diable, il est resté dans nos coeurs.
Pieralun, la prochaine fois que j'irai sur sa tombe, je lui réciterai ton poème.
Sa tombe n'est pas "du côté de Sète", elle est au coeur, elle en est le coeur. Sète a deux coeurs, qui sont deux tombes : il y a aussi celle de Paul Valery (révérence gardée envers lui...)

   Arielle   
2/2/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je l'ai reconnu dès les premiers vers ! C'est surprenant de constater à quel point le grand Georges est entré dans notre imaginaire : trois prénoms féminins suffisent à l'évoquer !
Et bien sûr la ronde des cons, des bigots, des cognes et des cocus nous confirme qu'on est bien dans cet univers qui nous est encore si cher.
Un hommage qui m'a touchée par sa délicatesse et quelques images très parlantes :
"Braconné la bourgeoise alentour des cocus
Et choyé pour seul dieu celui des rouges trognes "
J'aime aussi beaucoup "les sentiers craintifs qui vont au cimetière" et "la grève où la mer caresse son lopin"

Il n'est bien entendu pas possible de faire entrer en quelques vers toute la richesse d'un personnage qui mériterait, à lui seul tout un recueil mais c'est une très bonne approche qui donnerait presque envie de s'y essayer aussi .

   Charivari   
2/2/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour.

Un très bon texte, qui peint fidèlement et avec talent le personnage. De plus, l'idée même d'une poésie classique pour honorer Brassens me paraît excellente, le "pornographe du phonographe" n'était pas si loin des poètes classique que ça. Par contre,et ça a déjà été souligné, le côté un peu froid de mots gravés sur du marbre me gêne un peu, d'autant que je trouve qu'il y a une dimension "musicale" chez Brassens qui est un peu absente ici.

Enfin, j'ai trouvé le vers suivant assez artificiel :
L’esprit las de toujours la voir ressurgir toute,

Le reste est excellent.

   Meleagre   
2/2/2012
 a aimé ce texte 
Bien
Je n'ai pas connu les chansons de Brassens de son vivant, mais je connais, je savoure et j'aime chanter entre copains beaucoup de ses chansons, qui sont pleines de simplicité, d'humanité et de force.

Ce poème, qui lui rend hommage, est intéressant. Il reprend beaucoup de personnages de Brassens : Margot (qui m'a suffi à me mettre sur la voix de ce chanteur), Lison, Mimi, le bigot, le copain, etc. En plus, il reprend une partie du vocabulaire de ses chansons, comme si l'auteur s'en était imprégné pour lui rendre hommage (merci Google qui me permet de retrouver tout ça) :
- calotins : "Ils ne savent pas ce qu'il perdent, tous ces fichus calotins" (tempête dans un bénitier)
- cocu : "je suis cocu, j'ai du cerf sur la tête" (Le Cocu)
- rouges trognes : "Des tas de génies titubants / Au nez rouge, à la rouge trogne." (Le grand Pan)
- copain (Les Copains d'abord)
- lopin : "sur mon petit lopin, / Planter, je vous en prie une espèce de pin" (Supplique pour être enterré sur la plage de Sète).

Oui, mais voilà. Il y a aussi des mots, trop précieux à mon goût, que j'aurais beaucoup de mal à voir dans la bouche de Brassens, dans une de ses chansons, et que j'ai du mal à entendre dans un hommage à Brassens : vilipendé, braconné, le cœur éparpillé, choyé... Plus largement, j'ai l'impression que le vocabulaire de Brassens, familier, simple et imagé, a été importé dans un poème dont le style est assez éloigné de celui de Brassens.
Chez Brassens, les phrases sont simples et relativement courtes, on commence souvent par le sujet et le verbe, où ils arrivent très tôt dans la phrase ; chaque nom a au maximum un ou deux adjectifs, ou un participe apposé ; les compléments circonstanciels sont rares et courts. Ici, la première phrase court sur 16 verbes, le sujet et le verbe arrivent au 15e, et, avant, on s'y perd un peu entre les compléments circonstanciels. ll y a des tournures stylistiques assez élevées, comme ce "après avoir" qui entraîne 4 participes passés, des compléments circonstanciels se rapportant à une partie de la personne ("Le cœur éparpillé, l'esprit las, moustache au pli..., l’œil sec).

Bref, l'hommage est beau, agréable à lire ; mais je trouve qu'il lui manque la simplicité, la familiarité, l'humanité qui caractérisent le style de Brassens.

   Anonyme   
2/2/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un épitaphe que n'aurait certes pas renié le Grand Georges que l'on retrouve dès les deux premiers vers sous la plume d'un Grand pieralun qui, délaissant le sonnet, rend ici un très bel hommage au poète sétois disparu bien trop tôt après avoir bercé ma jeunesse...

La bêtise du con, du méchant, du bigot
N'ayant pris une ride, il est sûr que là haut,
Sous la moustache au pli d’un sourire farouche,
Il compose toujours, brûle-gueule à la bouche...

Grand Merci pour ces vers de bien belle facture
Qui font de ce poème agréable lecture...

   Anonyme   
2/2/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bel éloge qui fait résonner à chaque vers (sauf au vers 3, magnifiquement tourné par ailleurs) les mots qu'on entendait dans ses chansons. J'ai apprécié la rime Margot/bigot qui n'est pas de lui, mais qui sonne si juste pour lui. Pour avoir vu il y a peu un film retraçant sa vie, je crois qu'il aurait fallu rajouter une ligne à l'Auvergnat (mort il y a peu) qui a beaucoup compté chez cet anar qui opposait l'humanité des gens simples à la caricature bourgeoise.
PS ; Vétille pointilleuse, il me semble, au vers 9, qu'on ne doit pas séparer à la césure la négation "ne pas" de son verbe.
Idée : pourquoi ne pas présenter cette épitaphe aux services culturels de la mairie de Sète ?

   brabant   
2/2/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Pieralun,


Je souscris pleinement à cet hommage à l'un des Trois Grands de la chanson à texte avec Brel et Ferré dans l'ordre alphabétique, triade indissociable et égalitaire pour moi. J'y retrouve l'ambiguïté de la musique bien scandée mais aussi malicieuse du regretté Georges.

Bon, ben, c'est bien complet, tout y est, de son esprit, de sa verve et de sa veine.


Je me permets une petite observation : les calotins, de même que les prélats et les abbés (différence ?), sont connus pour l'opiniâtreté de leurs convictions et de leur engagement, ainsi "convaincus" ne peut-il pas paraître redondant ?

Enfin "cassé sa pipe" ne se réfère-t-il pas à un accident (brutal) plutôt qu'à une maladie (insidieuse) ? Mais je suppose que tu as voulu jouer sur le rapport entre la pipe et le cancer...


Brassens fut d'une Epoque et en même temps il est Eternel. La race de géants de la trempe de la triade que j'ai citée pour commencer n'a-t-elle pas disparu pour de bon ?

   Luz   
2/2/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très bonne idée cet hommage à Brassens que je chante depuis longtemps. Ses textes sont indissociables de sa musique, presque toutes ses chansons sont pour moi des chefs-d'oeuvre.
Maxime le Forestier a écrit une très belle chanson en son hommage.
Tout a été dis sur votre très beau poème, je ne vais pas en rajouter (tout est bon, ya rien à jeter), sauf que j'ai bien ri de "Braconné la bourgeoise alentour des cocus" : expression géniale.
Merci.

   funambule   
2/2/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un poème "vivant" pour celui qui ne se voulait pas poète... qui vaut pour l'habile verve qui scande son souvenir loin de l'ombre d'un pin parasol bien connu. Nous sommes en pays de légende mais ce que j'apprécie par dessus tout est ce qui suppure à travers cette légende et qui n'est même pas esquissé (si ce n'est par le mot "tendresse"). Il n'aurait sans doute pas souhaité que nous mettions genoux à terre face à son oeuvre... et c'est tout le talent de ce texte qui évoque, réfère... sans prendre ce chemin là.

   Anonyme   
3/2/2012
 a aimé ce texte 
Un peu
Un hommage bien écrit mais consensuel. Tout Brassens est là. Mais cet épitaphe manque "d'âme". On sent bien une certaine dextérité à égrener les grands thèmes chers au grand George, mais je ne parviens pas à lire ce poème autrement que comme un bon exercice de style de celui qui connaît bien ses classiques.

   widjet   
6/2/2012
 a aimé ce texte 
Bien
On sait rapidement de qui il s'agit (dès l'incipit, ensuite l'auteur recense suffisamment d'éléments identificateurs), mais l'auteur a travaillé sa forme et s'est creusé assez les méninges pour ne pas tomber dans l'hommage convenu, facile et mièvre (Le grand Georges n'aura pas supporté le pathos !).

Pour moi, c'est réussi et de belle manière. Et pas aussi simple que cela en a l'air (en tout cas moi, j'en serais incapable).

Widjet

   Nachtzug   
7/2/2012
 a aimé ce texte 
Un peu
La langue à la Brassens est bien respectée, les références assez bien amenées mais l'on reste en surface, il manque un flux particulier de l'auteur à Brassens, il manque ce qu'il chantait de Sète,il manque quelque chose de lancinant et de vrai, et lui, en fait, sa présence.

   sousmarin   
19/2/2012
 a aimé ce texte 
Bien
Une épitaphe de bonne facture qui multiplie les références mais qui ne s’envole pas…
Il y manque peut être la délicatesse d’une dame des temps jadis ou la puissance du gorille…


Oniris Copyright © 2007-2020