Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
pieralun : Le Roseau et le Chêne
 Publié le 12/07/09  -  15 commentaires  -  1452 caractères  -  198 lectures    Autres textes du même auteur

Une revanche qui coule comme l'eau des fontaines.


Le Roseau et le Chêne



Lors d'un fort coup de vent échappé à Bicêtre
Qui battait la campagne et brassait les marais,
Un roseau rappelait à un chêne niais
Le fâcheux incident vécu par son ancêtre.

« Voyez-vous, l'ouragan, comme aux révolutions,
Coupe en tout premier lieu les têtes bien altières,
Votre ascendant prenait des allures trop fières
Et il en résulta sa décapitation.

Le mien, les pieds dans l'eau comme ses congénères,
Loin de la particule et de toute noblesse,
Moqué par votre aïeul vantant sa robustesse,
Sut simplement ployer son faîte prolétaire.

Les temps sont différents, mais le vent justicier
Qui abattit d’un coup votre arrière-grand-père
Pourrait, si l’arrogance était dans vos manières,
Devenir ouragan sans de vous se soucier »

Le calme revenu (le chêne était peureux),
Loin de son grand aïeul et toute honte bue,
Il fallut qu'au roseau il payât son tribut
En offrant sa ramure aux défroques d'un gueux.

Ce dernier s'installa à l'ombre, près de l'eau,
Sortit de sa besace un vieux morceau de fer,
Un long fil, quelques plombs, dans un journal des vers,
S’avança vers l'arbuste en ouvrant son couteau.

« Il faudrait une canne où pendre mon crochet »
Se dit-il en rêvant de carpe au déjeuner.
Il coupa le penseur sans le déraciner,
L'étêta, le pela, et s'en alla pêcher.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
12/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Quelle vendetta pour ce chêne!
Ce pêcheur de fortune vient le venger de ce roseau moqueur et arrogant.
Belle réplique à l'homme affable!
J'aime beaucoup certains détails comme la parenthèse (le chêne était peureux) et la chute; je trouve un peu maladroit "un chêne niais" (ça ne sonne pas très bien, à mon avis)
n'empêche, cette fable est plaisante à lire et fort bien menée.
Bravo!

   Anonyme   
12/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Pieralun. Très jolie conte... Bravo !

   Anonyme   
12/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai vraiment aimé. D'une part parce que revisiter une fable n'est pas chose facile, d'autre part parce que j'aime la façon dont tu l'as fait.

Pas grand chose à redire, si ce n'est un peu de lourdeur au milieu de la fable, mais ce n'est que broutilles.

   brabant   
12/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Juste retour des choses, le roseau pas plus que le chêne n'échappe au sort commun des êtres, qui est de mourir la tête ou non tranchée.
Fluide, clair, très agréable à lire.

" (et) de vous soucier" s'il décide de le déraciner, à moins qu'il ne décide de l'éviter. Ambigu.

   Anonyme   
12/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Belle idée que celle de "retourner" la fable. Le résultat est très plaisant. J'ai beaucoup aimé la comparaison chênes-nobles et la "décapitation". Quelques vers un peu moins coulants, parfois.

   Anonyme   
12/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Joli retournement, en effet !

J'ai beaucoup aimé le 'faîte prolétaire' XD, et la 'chute'. Tout cela était très agréable à lire, divertissant, fluide. Un autre ? :D

   Anonyme   
12/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir pieralun ! Le résultat est à la hauteur de l'idée : excellent !
Si tu veux continuer sur cette voie, tu as de l'ouvrage...
Je pense que De La Fontaine n'aurait pas désavoué ce très bel essai.

   Flupke   
12/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Sympathique retour de manivelle. Réaliste et gai, narré avec style et fluidité. Merci.

   Anonyme   
13/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Trop cool !
Mon premier commentaire, j'attendais d'en trouver un qui bien marquant pour me lancer. C'est fée !

Merci

   ANIMAL   
14/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'adore. C'est harmonieux et bien tourné, sur la forme autant que sur le fonds.
Juste une remarque, la même que Sallymara, au sujet du vers "Un roseau rappelait à un chêne niais". Pour que le rythme corresponde au reste de la fable, il aurait peut-être fallu dire, par exemple, "Un roseau rappelait à un chêne un peu niais" mais je ne suis pas spécialiste de la poésie.
En tous les cas, Bravo pour ce joli texte.

   calouet   
14/7/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Ah je vois que le "chêne niais" n'a pas écorché que mes oreilles, dont acte.

Globalement j'ai bien aimé cette fable, la morale est sympa, assez inattendue, mais je serais quand même moins enthousiaste que mes prédecesseurs. Pour moi, la fin est assez peu convaincante, tant sur la rythmique que sur le fond. J'ai beaucoup de mal à imaginer le roseau comme un "arbuste" par exemple, et je me suis même demandé de quoi il s'agissait. De même j'ai du mal à croire qu'on puisse pêcher avec un roseau, qu'il s'agisse de massette ou de phragmites. Trop fragile, surtout pôur pecher une carpe. Tu me diras, on est dans une fable, peu importe?...

Pas mal du tout quand même, juste ces deux trois détails qui m'ont sorti du trip.

   pieralun   
18/7/2009
Merci à tous les lecteurs et merci aux commentaires vraiment sympathiques.
Pour 'chêne niais', c'est l'enchaînement "n" "n" qui n'est pas bon, une sorte d'hiatus........je ne l'avais pas vu!

   Anonyme   
27/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour pieralun
Jolie fable et beau retour de manivelle. Sauf que c'est bien embêtant de ne plus pouvoir se vanter d'être souple roseau pris dans la tempête. D'un autre côté, c'est bon de savoir que nous sommes tous sur même pied d'égalité. J'aime beaucoup le ton.

   Meleagre   
8/10/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Pieralun,
Ce poème est une savoureuse reprise de la fable. J'aime beaucoup le discours du roseau, qui rappelle et déplace le discours du chêne de La Fontaine. Belle idée, que d'y intégrer des idées de noblesse et de prolétariat !
Les trois derniers quatrains me semblent moins justes : le 5e me semble un peu obscur (comment le chêne a-t-il "payé son tribut" au roseau ?) ; le 6e est peut-être trop simple, trop détaillé dans le récit (peut-être ces deux quatrains auraient plus de saveur et d'intensité, s'ils étaient fondus en un seul). Les deux derniers vers sont savoureux, cynique : finalement, le sort du roseau est pire que celui du vieux chêne...
Merci pour cette belle reprise !

   Anonyme   
29/9/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir,

C'est un véritable talent que de savoir réécrire une fable, une légende,etc...et de faire en sorte que le sujet ne soit jamais épuisé!

Barbarie


Oniris Copyright © 2007-2019