Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
ristretto : Mirage
 Publié le 14/07/09  -  11 commentaires  -  598 caractères  -  172 lectures    Autres textes du même auteur

Canicule.


Mirage



Sous le souffle chaud de juillet, la semaine haletait ses jours.
En solitude, chacun traînait ses wagons quotidiens,
Ses boulets de petits riens.


Dans l'air épais, égrener le chapelet des heures asthmatiques jusqu'à votre retour.

Parfois par delà les toits de la ville, trouble et furtive, l'image de vos mains.

Mirage

À la tombée du jour, plus rien ne bouge.
Aux soirs empesés, chaleurs emprisonnées.

Attente chauffée au blanc du drap,

Vous revenez demain.



05 juillet 2009


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   brabant   
14/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Ristretto, je relève deux très belles images, originales, créées, celles des mains et du drap. J'ai d'abord buté sur celle du wagon-boulets-riens, mais mieux comprise à la deuxième lecture. La fin à laquelle je ne m'attendais pas est aussi très bien.
Mais le reste est plus conventionnel. Bon c'est peut-être voulu pour faire un contraste.
Je n'ai pas compris non plus l'emploi transitif du verbe haleter qui est intransitif me semble-t-il. Là-aussi est-ce voulu?

   Anonyme   
14/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
On ne s'attardera pas sur l'emploi justifié ou non de la transition d'un verbe, selon moi, la licence poétique le permet. Mirage comme un avion-wagons. Les petits rien de ristretto sont comme une gorgée de café corsé, c'est court, c'est dense, c'est simple comme un matin. J'ai aimé ce vouvoiement pudique, ce mystère et ces mots qui se posent comme un rien.

   Lulu   
14/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Des mots denses, si suggestifs, comme j'aime. Pas besoin de faire plus long, quand l'essentiel est là.

Merci.

   lotus   
14/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Si peu de mots et le mirage se dessine...

   widjet   
14/7/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Quand ça ne traine pas en longueur, j'aime assez la poésie suggestive. Ici, gràce à des mots bien sentis et évocateurs, la chaleur est bien évoquée.

Après la lecture, on a juste envie de boire.

Widjet
(auteur déshydraté et commentateur isolé)

   Anonyme   
14/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un très bon texte: résumer l'absence et la pesanteur de la chaleur en si peu de mots était un défi, il est jolimment relevé je trouve.

C'est à la fois léger et pesant, chaud et sombre...

Un bémol: la mise en page est trop aérée je trouve pour ce sujet.

   Anonyme   
14/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Concis et efficace.
J'aime bien l'utilisation transitive du verbe "haleter". Bien vus, les "boulets de petits rien", et les "heures asthmatiques".

Pas la peine d'en faire plus long: la densité caniculaire est là.

   Anonyme   
15/7/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Je note trois bribes...:

- la semaine haletait ses jours.
- des heures asthmatiques
- Attente chauffée au blanc du drap,

Le reste manque cruellement d'originalité...:

- Sous le souffle chaud de juillet,
- chacun traînait ses wagons quotidiens,
- Ses boulets de petits riens.
- l'air épais,
- égrener le chapelet
- par delà les toits de la ville,
- À la tombée du jour, plus rien ne bouge.
- Aux soirs empesés, chaleurs emprisonnées.

Images vraiment trop lues et ça donne un effet fluide mais déjà-lu, agréable mais pas surprenant.

Oui, les mots chaleur air épais, asthmatique, chauffé à blanc, haletait sont bien choisis pour caractériser la chaleur, la canicule...
Mais le mirage?
Je ressens pas le mirage.

Bof pour moi donc, y a de la matière, y a de l'idée mais je n'ai pas été emportée... désolée... celà dit, si tu l'avais appelé canicule, ça le faisait... ou pas...

   Anonyme   
15/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,
la chaleur et l'absence, toutes deux pareillement insupportables, j'aime beaucoup, et cette attente du retour, comme la promesse d'une fraicheur à venir...ça me parle. Bien joué.

   Anonyme   
15/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Efficace. J'aime beaucoup le début et ses "boulets de petits riens".
Simple et poétique.
Je vote pour!

   Meaban   
17/7/2009
j'aime beaucoup cette ambiance de latences écrasées de chaleur


Oniris Copyright © 2007-2019