Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Pimpette : À la louche…
 Publié le 23/01/16  -  32 commentaires  -  833 caractères  -  581 lectures    Autres textes du même auteur

Essai de texte poétique sans vrai sujet et sans règles prosodiques… Est-ce possible ?…


À la louche…



Pourquoi chagrin mets-tu de l'eau dans nos yeux ?
J'en sais rien
Parce que chat parce que chien ?
Peut-être bien

Deux amoureux s'embrassent et sourient
Leurs disputes égaient les soirées
Assiettes lancées telles des roses

Dans les bobettes nul Velcro entêté
Sac à vers et sacs à prose

Un homme en gris les envie
Malgré le CAC 40 la bourse et ses valeurs
Il bouscule la mamoune en grognant

Traintrain glissant dans la gagare
Comme si de rien n'était

Un galapiat ricanant rejoint sa bande
Clodos voleurs glissent sous la rame
En avril un poisson nage au dos des distraits

Les amoureux franchement dans la lune
Ont raté le métro…

C'est vrai tout ça ?
Peut-être bien…
J'en sais rien !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
1/1/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Ben non, pour moi ce n'est pas possible.
C'est comme parler pour ne rien dire. Je préfère écouter le silence.

   hersen   
7/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je ne vais rien argumenter, c'est un texte rigolo en diable, sautillant, qui met de super bonne humeur.

Et pour répondre à la question de l'incipit, je dis oui, la preuve ! Mais il faut du talent, et il y en a dans ce poème.

   Anonyme   
8/1/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Des petites brides de vie posées par ci par là, tout cela ne présente pas vraiment d'intérêt, il aurait peut-être fallu donner à ce texte juste un peu d'éclat, un léger soupçon de fantaisie, car la lecture n'en est même pas distrayant, le côté voulu spontané ne m'a pas persuadée.

   madawaza   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un texte comme ça, c'est louche,
Mais pourquoi ça me touche ?
Tous ces mots pas farouches
Que je siffle sous la douche
Et qui me restent en bouche,
Oui c'est louche !
Bravo Pimpouche.

   bipol   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Un galapiat ricanant rejoint sa bande
Clodos voleurs glissent sous la rame
En avril un poisson nage au dos des distraits

Les amoureux franchement dans la lune
Ont raté le métro…

C'est vrai tout ça ?
Peut-être bien…
J'en sais rien !

bonjour Pimpette

il faut beaucoup de talent

pour écrire cette poésie

que certains grincheux

ne vont pas apprécier à sa juste valeur

en tous les cas moi j'ai passé un super moment

c'est un peu dadaïste

j'ai adoré, merci

   Cat   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour ma Pimpette,

Il n’y a pas à dire, ça pétille en diable dans ton verre d’eau de vie ! Ça coule de source, comme dirait l’autre.

Tes pointes de malice, à l'image de ta poésie naturelle, sont drôlement dosées, entre joies, réalités et émotions d’exister.

Tout de même, les assiettes lancées, il faut beaucoup de poésie pour les prendre comme des roses… mais après tout, l’amour vache peut avoir droit à son romantisme lui aussi, non ? ;-)

Allez, j’y reviens, encore une petite louche aux petits oignons…

A te relire ma douce.


Cat

   Anonyme   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voilà une écriture intuitive qui me plaît beaucoup.
L'inattendu qu'apportent ces vers posés "à la louche" offre des perspectives que je trouve, pour ma part, poétiques.
L'absurde et la fantaisie créent ici un nouveau rapport au monde.
(J'adore la première strophe)
Merci Pimpette.

   Francis   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Des mots, des images en vrac, pas de règles apparentes mais la recette nous offre un texte original, poétique qui interpelle le lecteur. J'aime beaucoup la première strophe. Merci pour ce partage.

   Anonyme   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai perçu ce texte comme un collage de scénettes empreintes de fantaisie, une fantaisie qui est un dénominateur commun propre à créer de la poésie. Comme dans certains tableaux de Chagall où chaque plage de la toile offre une petite histoire qui ravit l'imagination de celui qui regarde, celui qui lit en créant une ambiance onirique.
J'ai beaucoup aimé la fraicheur du tout.

   leni   
28/1/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
bonjour Pimpette
C'est du vrai Pimpette dont les règles de l' art seront peut-être
découvertes dans un siècle Un poème de PImpette c'est une tenue
dont rien ne semble assorti mais qui pour certains est une tenue de gala J'ai été un des premiers de ceux là Ce sont des tranches de vie
ET les galapiats rejoignent Pimpette
INCOMPARABLE Bravo et bises LENI je relis ton texte tous les jours

Et parceque chat parceque chien
et

C'est vrai tout ça ?
Peut-être bien…
J'en sais rien !

je transforme Bcp en PASSIONNEMENT

ET JE FAIS LA BISE AU PETIT JESUS QUI LUI A MERITE LA PALME D OR LENI

   Anonyme   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien
C'est vraiment très joli. Avec une mention spéciale pour les strophes qui ouvrent et ferment ce poème en forme d'historiette. J'aime particulièrement l'ambiance, on dirait des photos de Doisneau qui défilent.

   Robot   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Ce que j'apprécie chez PIMPETTE c'est qu'elle ose. Mais même si c'est à la louche ses pensées; ces réflexions sont construites pour nous donner cette impression de spontanéité légère dans laquelle la poésie surgit. Cette originalité de l'esprit et cette vivacité me plaisent beaucoup.
"Leurs disputes égaient les soirées
Assiettes lancées comme des roses."
Dans l'exagération de l'image demeure la métaphore pour laisser l'espoir qu'il reste un peu d'amour dans ce couple qui rate son métro parce qu'il est dans la lune... de miel ?

   PIZZICATO   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Agla.
<< C'est vrai tout ça ? >> Bien sûr que c'est vrai !
Des tableaux de la vie, par petites touches, comme les pièces d'un puzzle.
<< Dans les bobettes nul Velcro entêté >> fallait la trouver celle-ci ! hihi

   troupi   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Chère Pimpette.

Je me souviens, il y a déjà pas mal de temps avoir commenté un de tes textes en te disant :
"Quand tu écris comme ça Pimpette, tu as quinze ans" .
Aujourd'hui malgré les jours qui fuient tu as toujours quinze ans.
Pas vrai ? j'en sais rien, peut-être bien.
Mais en tous cas ton impertinence dans l'écriture me le laisse imaginer.
Quelques-uns qui ne te connaissent pas encore assez bien pourront s'imaginer que ce n'est pas toujours de la poésie mais ça leur passera avec le temps.
Tu nous aura tous dans ton camp.
Je t'embrasse.

   luciole   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Joli instantané poétique. J'ai bien aimé ( surtout la première strophe
ainsi que " le traintrain dans la gagare")

   banni   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Osé mais déroutant…
Quelques phrases en guise d’images collées au format « patchwork ».
Un tableau de scènes de vie, des touches de couleurs : du blanc, du vert, du bleu, du violet, du rouge...
Déroutant mais osé...

   funambule   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je n'ai pas lu les commentaires... sauf le premier... et je suis assez d'accord avec... et justement... c'est ça qu'est bien. Un assemblage de bribes tellement vivant, bourré d'émotion comme l'orange de vitamines. Un texte tourbillonnant de vie et d'interrogations... d'envie surtout (l'envie pas envieuse). Bref, je tente d'expliquer l’inexplicable... et j'aime assez ça. Et puis tout s'enchaine comme rébus, comme ces dessins pliés sous feuille, comme la vie !

   Anonyme   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,
Pimpette, Ô mon ainée à qui je dois le respect
Bien que n'étant moi-même un perdreau de l'année !

Attiré par une impressionnante série de Passionnément, je suis remonté à la source, disons plutôt A la louche... pour enfin découvrir cet Inventaire que Prévert lui-même n'aurait pas renié...
Si un jour, sait-on jamais, je reviens sur terre, je me consacrerai, loin du sempiternel carcan classique, à cette poésie à la louche que je suis bien incapable de produire aujourd'hui...
Nous ne jouons pas sur le même registre mais rien ne m'interdit de déclarer que j'ai bien aimé cette louchée de vers libres et quelque peu déjantés... Du Pimpette à la Prévert, quoi !
Bonne continuation et merci pour cette sortie en cour de récré...

   Anonyme   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
J'ai beau être ailleurs, mais là, je reste ici por lire et relire tous ces mots qui m'enchantent.
"Train train glissant dans la gagare"
Je me mamare...

   Anonyme   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir Pimpette,

Bravo pour ce poème et cette écriture qui sort des sentiers battus. J'ai accroché du début à la fin, autant sur le fond que sur la forme. Vous avez un univers propre qui vous caractérise (un peu décalé), et ça fait du bien de vous lire, car c'est dépaysant.

Bien à vous,

Wall-E

   Anonyme   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voilà un bien sympathique patchwork de vers.
Des impressions, séquences et miettes de vies qui sans liens apparents ont l'air de raconter une histoire.
Contée à la louche.
J'adore la strophe d'ouverture avec la question qui tue :
"Parce que chat parce que chien ?"
(à la limite je l'aurais aussi bien vue en réponse)

   Pepito   
23/1/2016
Sacrée Pimpette !

Ose, surtout, ose, n’arrêtes pas. Parce que chat fait du bien.

"Assiettes lancées telles des roses" la forme m'a gêné un poil, sûr que tu peux faire mieux.

L'homme d'affaire qui Bourg-Madame est un régal. Sans parler du poisson discret, celui carré avec les yeux dans les coins. Autocollant.

J'ai raté un "vaporeto", un jour... c'était bon ! ... m'arriveras sûrement plus. Snif !

Merci pour le "tout" ma Pimpette.

Pepitoche

   Coline-Dé   
24/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
un poème ... pimpant ! ;-)) ça donne le sourire, et c'est pas rien !
J'aime bien les disputes contre le train train, bien vu, c'est de ne même plus s'engueuler que les couples crèvent d'ennui, chacun muré dans un silence télévisuel !
Les bobettes ( je ne sais pas ce que c'est... coline la nouille !) et le velcro m'ont laissée perplexe.
L'homme en gris n'est plus coté en Bourse !

Une répétition dommageable ici :
Traintrain GLISSANT dans la gagare
Comme si de rien n'était

Un galapiat ricanant rejoint sa bande
Clodos voleurs GLISSENT sous la rame
Le poisson d'avril et les amoureux : un vrai bonheur !

Vrai ou pas, tout ça est bien réjouissant, drôle et vivant !

   Vincendix   
24/1/2016
Je veux un traintrain et une gagare pour mon nanniversaire !

Vous m’épatâtes madame Pimpette avec ces vers à la louche, c’est nettement mieux que certains vers à la passoire que j’ai lus par ailleurs !

   Arielle   
24/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Pimpette s'accoude à sa fenêtre et plonge son regard dans la vie qui bouillonne à ses pieds, elle nous en sert quelques louchées savoureuses et on en redemande !
C'est pas de la cuisine de mémé fine-bouche et petit-gosier, ça tient au corps et on rigole autour de la tablée quand les assiettes volent et que la mamoune glisse sous la table aux pieds de son boursicoteur, c'est Brueghel qui est aux fourneaux, XXIème siècle ou pas !
Merci madame !

   myndie   
24/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ah Pimpette!

C'est parfois avec les phrases les plus brèves et les associations d'images les plus saugrenues qu'on en dit le plus et qu'on force les esprits à se lancer à l'assaut de la découverte!
Comme chez les surréalistes, ton écriture intuitive et instantanée nous offre sa propre lumière mieux qu'un long verbiage.
J'aime l'exercice qui me pousse à donner un sens intime à ce que je lis, à y saisir mes propres sensations, comme en écho à celle que le poète infuse par ses vers.

Et puis, rien que pour les "bobettes" qui résonnent à mon oreille avec cette musique venue d'outre atlantique, c'est un plaisir!

Merci Pimpette

   Lulu   
24/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Pimpette,

superbe ce poème !

On en reprendrait à la louche, sans problème. C'est frais et léger comme le temps qui passe ou le beau temps qu'on pourrait se plaire à décrire. C'est tout bonnement plein de fantaisie et de poésie, comme un bouquet de printemps en plein hiver.

Les amoureux peuvent manquer leur métro, être dans la lune. Il en passe souvent (des métros...) et cela fait du bien.

Merci Pimpette, et continuez à écrire en vous amusant. Cela se ressent et passe si bien à la lecture.

"Sans sujet" dites-vous... Je ne suis pas tout à fait d'accord. Le véritable sujet, c'est la poésie. Il faut avoir l'oeil pour la percevoir et l'art et la manière pour la transcrire. Bravo.

   Raoul   
24/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Du bien vivant tout ça !!!
J'aime bien cette collection de post it où l'on note les petits presque riens, les je ne sais quoi, l'ineffable de la vie - la sienne, et celle perçue des autres - comme dans ces exercices, listes de "réel à prise rapide" de Raymond Queneau.
Une démonstration toute simple que la poésie c'est [dans] la vie.
:-)

   Anonyme   
26/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème frais mais pas si léger que ça.
Larmes rentrées ? J'en sais rien.
Pas grave et à vous relire avec de tels groupes de vers qui s'articulent si bien, comme de rien.
C.

   Lylah   
8/2/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Jusqu'à "sac à vers et sac à prose", j'étais partante : la fantaisie, la légèreté, ça sautillait gentiment, mais j'avoue qu'avec :

" Malgré le CAC 40 la bourse et ses valeurs
Il bouscule la mamoune en grognant

et plus particulièrement :

"Traintrain glissant dans la gagare"

j'ai décroché.

Désolée, pour moi nulle poésie dans ces quatre vers.
(je fais sans doute partie des "grincheux" sus-cités :) )

La strophe suivante m'a rattrapée au vol mais du coup, je reste un peu sur ma faim...

Au plaisir de vous relire.

   Lefablio   
4/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Merci Pimpette pour cette prose pimpante,

Grosso-modo ou à la louche
j'aime surtout ce qui n'est pas dit,
vous le dites si bien,
c'est peut-être ça la poésie...

   Paul777   
10/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
plaisant et desordonné, j'aime


Oniris Copyright © 2007-2019