Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
plumedeplomb : Pierre tombale
 Publié le 05/03/20  -  12 commentaires  -  1147 caractères  -  174 lectures    Autres textes du même auteur

Un petit hommage à une pierre tombale qui borde une nationale.


Pierre tombale



Je m’appelle Raoul et j’ai vingt ans
À peine sorti de l’adolescence
Que je suis entré dans la résistance
L’un des premiers maquisards
Caché dans la montagne, jeune homme débrouillard
J’ai quitté ma maison, ma famille et mes amis,
Pris le fusil pour défendre ma patrie
Être futé, l’œil affûté et tromper l’ennemi
Vaincre l’ennui la solitude et l’insomnie
Mais voilà qu’un matin surgit, face au vent,
Un petit groupe de soldats allemands,
Les aigles nazis pourchassent le renard du maquis
Seul dans mon grangeon devenu donjon
Je sens le danger approcher sur le seuil du paillasson
La fin est proche mais je n’ai pas ma langue dans ma poche
Je crie un dernier VIVE LA FRANCE !
Avant de sombrer dans le silence
Une rafale s’abat sur moi et je reçois trois balles
Se défile dans ma tête le récit de ma courte vie,
S’enfilent les souvenirs et je revois ravi
Le sourire de ma mère et celui de la blonde du bal
C’est à Oncieu que je monte vers les cieux
Ici, dans mon Bugey natal
Je m’en vais rejoindre le dormeur du val


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Queribus   
5/3/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

J'ai trouvé votre texte plutôt bien écrit avec un enchainement logique des faits. Il est vrai qu'on pense inévitablement au Dormeur du Val de Rimbaud mais vous avez su adapter ce poème à notre époque avec un langage habilement mené.Toutefois je n'ai pas très bien saisi les troisième et quatrième vers"Que je suis entré dans la Résistance l'un des premiers maquisards"; n'aurait-il pas mieux fallu écrire: Je suis entré dans la Résistance et Fut l'un des premiers maquisards.

Comme d'habitude et comme toujours c'est la musique et la mélodie qui feront la différence. Avec un bon compositeur, je pense que vous avez là une chanson qui tient la route avec, peut-être quelques légères modifications au niveau des paroles.

Bien à vous.

   ANIMAL   
5/3/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très joli poème/chansons, harmonieux et musical. J'ai suivi avec plaisir la courte vie héroïque et la mort de ce jeune héros.

Une belle façon de parler des heures sombres de la guerre et de ceux qui se sont dressés contre l'oppression.

Je ne vois rien à dire sur l'arrangement, cela devrait faire une chanson équilibrée. Les mots et les vers s'enchaînent sans heurt pour ma part.

Un texte agréable tant sur le fond que sur la forme.

   papipoete   
5/3/2020
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour plumedeplomb
vous qui passez par là, cette stèle qui attire votre regard, marque la fin de ma courte vie, quand une rafale nazie tragiquement me la reprit !
NB comme autant de poteaux d'exécution, croix ou colonnes se dressent le long des routes, aux croisées de chemins, ou bien au désert d'une clairière... " mort pour la patrie " peut-on lire sur une gravure, que le temps peu à peu efface.
Sur celle-ci, Raoul est écrit, mort à 20 ans...
Un récit fort triste mais exemplaire pour demain, si la " bête immonde " venait à renaître !
Sur la forme, je suis un peu chagriné que sous la forme " chanson/slam ", vos lignes ne forment ni couplets, ni refrains ,
" une rafale s'abat sur moi " ne me semble pas approprié ; j'aurais plutôt imaginé " une rafale m'abat " !
Vous avez opté pour une ponctuation, mais je la trouve très aléatoire !

   Corto   
5/3/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Le thème est bien entendu émouvant. L'engagement dès la fin de l'adolescence dans le refus de l'esclavage. A la vie , à la mort.
Le déroulement des événements est bien rendu.

Pourtant la forme mériterait d'être revue. Pour valoriser encore le contenu.
Exemples: 3ème vers je supprimerais le "Que" d'entrée.
"Être futé, l’œil affûté" n'est pas bienvenu.

Par contre j'apprécie certaines formulations: "Les aigles nazis pourchassent le renard du maquis"; ou: "Une rafale s’abat sur moi et je reçois trois balles
Se défile dans ma tête le récit de ma courte vie,"

Un thème intéressant donc mais qui pourrait être mieux formulé, et aussi mieux rythmé dans le souci de l'expression orale.

Bon courage à l'auteur.

   Vincente   
5/3/2020
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Un sujet à la belle intention. C'est très important l'intention, essentiel même, mais cela ne suffit pas…

Pour que cette intention dépasse le simple hommage, en fait pour qu'il grandisse l'idée même de choisir de la mettre en mots, il y a plusieurs modes d'écriture à disposition. En choisissant celui d'une poésie, l'auteur doit savoir que son lecteur "s'attendra" à plus qu'une description et des images assez convenues, même en slam.

Ici la poésie parle comme elle raconterait à un ami, en direct depuis la voix du narrateur décédé, mais on la ressent comme une pensée "hors sol" (sans jeu de mots je vous assure). J'ai d'abord cru à un axe narratif très incarné, à la façon de celui de la lettre de Guy Moquet partant pour son exécution par exemple, mais dès le troisième vers, j'ai buté sur ce "que" disgracieux qui le débute, et ensuite, j'ai senti l'expression comme une sorte de récitation des convenances évocatrice du genre.
Le dernier vers part d'une belle inspiration, mais il aurait été intéressant de le rendre plus suggestif que déclaratif.

Je reviens sur la belle intention, car il est vraiment précieux d'avoir cette sensibilité qui, par exemple en la transcrivant dans un poème, tente l'acte mémoriel. C'est bien cette sensibilité qui a vu cette "pierre tombale" survenant de façon assez insolite au bord "d'une nationale" et l'a rapprochée de la survenance tout autant surprenante du dernier vers du "Dormeur du val" ; c'est tout à fait poétique dans la démarche, très inspiré. Il manque à mon sens juste (mais c'est très important) la bonne forme pour rendre accomplie "l'idée".
Ces deux advenues, un début de poème et sa fin, enserrant le tragique de ces morts terribles, méritent un contenant expressif intermédiaire plus tenu. Dans la forme, il faut aérer par des strophes, éviter le texte qui raconte comme relatant de "faits de justice", ou en documentaire populiste, et puis au niveau du contenu, tenter d'en dire moins, en sous-entendant ; souvent ce qui est suggéré a plus d'impact par le creux qu'il laisse que par des mots toujours limités à leur sens.

   Lebarde   
5/3/2020
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour

La manière avec laquelle ce jeune soldat résistant raconte son engagement et sa mort héroïque pour LA FRANCE est certes originale mais assez mal rendue par ce poème qui manque de souffle et de maîtrise dans son expression.
"C"est à Oncieu que je monte vers les cieux": Ce vers en particulier sort un peu du moule habituel de la poésie, mais en slam, je suis mauvais juge.
j'ai noté quelques beaux vers, mais pas d'images qui pourraient enflammer sur un sujet qui s'y prêtait pourtant.
La ponctuation fait également défaut, la lecture n'en est pas pour autant affectée.
Mais je ne suis pas spécialiste et ne connais pas les codes du slam, je regrette!

Dommage, peut-être qu'avec un peu plus de travail sur le texte et une diction et une musique appropriées, le lecteur que je suis aurait pu s'enthousiasmer.

Lebarde

   BernardG   
5/3/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Très original !
Il est dommage que comme Bipol vous ne puissiez mettre en musique; nous verrions ainsi mieux ce que ça donne ....

Sinon, j'ai beaucoup aimé l'écriture et je suis certain que ce slam peut s'affirmer encore plus avec un rythme style Manau (la tribu de Dana) qui vous a peut-être inspiré !

Bien à vous

Bernard G.

   lucilius   
5/3/2020
 a aimé ce texte 
Pas
La sévérité de mon commentaire ne doit pas vous décourager pour autant. Pierre tombale est classée par vos soins dans la catégorie "chansons et slams". Soit ! Mais comment apprécier l'équilibre des mots sans accroche musicale ? Et surtout comment évaluer leur portée ? En me référant simplement au langage poétique, je trouve ce texte d'une grande platitude (sans reliefs, sans contrastes, sans "luxure"). Pourtant, il y a de la matière mais la qualité de son élaboration est aussi mise à mal par une ponctuation de mauvais aloi.

   Pouet   
6/3/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

concernant la "catégorie", si c'est un slam - par définition - il n'a pas besoin de musique, simplement d'être déclamé. Aucun souci de ce côté là donc.

En règle générale, le slam repose pas mal sur les assonances internes, les jeux sur les mots, les métaphores, le langage plutôt urbain... Ce n'est pas trop le cas ici (quoique pour les assonances internes... Notamment dans la dernière partie du texte) où l'on joue plus sur la simplicité de l'évocation, le "récit", le dire sans artifices, l'émotion.

J'ai trouvé plutôt touchante cette façon d'écrire, ce "dénuement", ce montrer à lire dans son réalisme, ce petit pan d'histoire personnelle rejoignant l'Histoire. Pour ma part, je n'ai rien à redire concernant le parti pris de l'auteur ayant choisi cette forme d'expression.

Un texte qui se lit agréablement et dont le fond semble se suffire à lui-même. Pourquoi pas.

Bonne continuation.

   hersen   
6/3/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Je trouve à ce texte certaines assonances intéressantes pour être slamé. je ne suis pas spécialiste, mais c'est vrai que j'aimerais "l'écouter".

l'exergue prévient d'une "rencontre" de hasard, une pierre tombale au bord de la route. j'aime assez l'idée, dont personnellement j'aurais bien vu qu'elle soit assimilé dans le corps même du texte, pour donner une sorte de redondance à l'idée.

C'est un sujet qui n'est pas nouveau, hélas, mais l'auteur lui donne ici cette sorte de reconnaissance sous un anonymat qui n'en est pas un tout à fait : combien de Raoul ?

Merci de cette lecture !

   plumette   
6/3/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Plumedeplomb,

je suis venue vous lire, c'est votre première publication et j'aime bien la réciprocité, présente dans l'ADN d'Oniris!
Et je n'ai pas été déçue car je connais Oncieu, c'est incroyable comme le nom d'un lieu et d'une région familière peut éveiller parfois un intérêt pour un texte.
Raoul nous raconte son destin, venu d'outre tombe, dans un récit qui coule et que je me représente bien assorti d'une musique et slamé.
il manque peut-être à son récit un élément ou deux de surprise, quelque chose qui détonne et qui nous le rende singulier, différent de ces autres jeunes maquisards. Je me suis dit aussi que le slam aurait pu être un plus long, aurait pu évoquer un quotidien concret dans ce maquis, d'autres présences, et un rapport à la nature. Bon, j'arrête! c'est vous l'auteur!
Une agréable lecture.

   plumedeplomb   
7/3/2020


Oniris Copyright © 2007-2020