Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Pluriels1 : Maisons caraïbes
 Publié le 27/09/14  -  8 commentaires  -  3351 caractères  -  112 lectures    Autres textes du même auteur

Comme un tableau où l'œil court, joyeux, de couleur en couleur…


Maisons caraïbes



Maison, rose flambant bois mondé
luisante fête soleil aux résines
poignardant feu sur ses fenêtres
closes de l'ouvert de ses volets

Maison, plus loin bleue et autre
toit à son zinc vert éblouissant
de filets fins de pluie rosoyant
séchant partout vite étalé vivat

Maison, là sur le même bord noir
du trottoir plus sombre découpée
à l'ombre levée long poids lourd
couché biais gourmand des arbres

Maison, pentes laquées verrières
la varangue s'étincelle blanche,
le porche citron serti se creuse
trou nu en son nid de feuillages

Maison, même foulée des voisines
grosses neuves adossées plaquées
basses à leur creux commun boisé
toutes jardin pleurant de fleurs

Maison, prompt cœur vert caressé
le mur rayonnant pleut soleil
poison fort dans les yeux rieurs
fous sans mesure au matin vivant

Maison, plans cassés invitations
à jouer, l'œil à courir apatride
aux frontières ici de la lumière
et des ombres noyées sages édens

Maison, bain blanc au flamboyant
dominateur et sous l'enfleurage,
ô parfums, rive baisée olfactive
nichant jouet gai de ses enfants

Maison, robée bleue tout un rêve
de coquette avec ses pots bijoux
de fleurs fariboles aux fenêtres
comme une ardente folie composée

Maison, sirop reptile gémellaire
à ses doubles couleurs javelines
et la barrière d'acajou frisotte
rouges venins dentelle gracieuse

Maison, une autre encore blanche
éclate sonorité en plein soleil,
un toit de fleurs pointille rose
croulant lourdes senteurs sosies

Maisons, un peuple ici vous fait
sourire et cases vous virevoltez
bonbons fleuris parfumés du rire
vos rues font chanter Gosier.





* Il s'agit, ici, d'un "poème en vers justifiés", forme de poésie où tous les vers comportent le même nombre de lettres, signes ou intervalles.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   RB   
12/9/2014
 a aimé ce texte 
Passionnément
Mais quel beauté. Juste quelques retours à la ligne, mais votre choix est aussi éloquent, il respire.

   Robot   
27/9/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ces petits tableaux colorés ont un charme particulier. Nous traversons un village ou une ville, et recevons ces images comme des instantanés. La technique qui n'a pas su se faire discrète influe parfois peu agréablement sur la syntaxe avec cette facilité de passer par dessus les articles et conjonction pour ajuster les vers. Mais je ne retiens que l'agréable visite.

   Anonyme   
27/9/2014
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Bonjour Pluriels1,

Je n'aime pas du tout, c'est mécanique, trop d'ellipses qui n'apportent rien, c'est figé, froid, neutre:

-"Maison, là sur le même bord noir
du trottoir plus sombre découpée
à l'ombre levée long poids lourd
couché biais gourmand des arbres"

Aucune atmosphère, aucun souffle, aucune fêlure, aucun sourire...
Votre poème en vers justifiés est sûrement parfait, mais moi je préfère les reliefs. Bel exercice de style, mais dont la forme a pris le dessus sur le fond.

   Michel64   
27/9/2014
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Exercice sûrement ardu mais hélas pour un résultat que je trouve très peu poétique.
Le manques d'articles, les passages à la ligne imposés par l'exercice m'ont rendu ce texte très dur à lire.
Dommage il y a plein de belles images qui auraient pu, dans un style plus "standard" donner quelque chose de très beau.

   placebo   
27/9/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Je me souviens des poésies au lycée où les mots s'assemblaient sans faire sens et en obéissant à des règles obscures. Il s'agissait de simples sonnets (de Louise Labbé) mais je ne parvenais pas à capter l'esprit poétique.

J'ai ce sentiment en lisant ce texte, celui d'une litanie, psalmodie de mots envoûtants qui sont porteurs d'un sens caché.

La forme m'a un peu rebuté (longue, baisse d'intérêt dans le milieu du texte) mais il y a de vraies merveilles, par exemple la dernière strophe.

Bonne continuation,
placebo

   bipol   
28/9/2014
c'est un texte qui montre très bien que l’exercice poétique pour moi ne fait pas la poésie

je n'éprouve aucune émotion à le lire

je n'ai pas les capacités pour juger de sa qualité, mais je présume du travail

donc je le noterais pas

   Anonyme   
30/9/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très beau texte coloré et fleuri, on se demande où cela se passe et on a envie d’y aller habiter.
C’est comme une peinture étonnante mais belle.
J’achèterais bien une maison dans ce quartier bucolique et tellement parfumé qu’il semble un peu surréaliste.
Bravo aussi pour la technique – j’ai pas compté les caractères, je vous fais confiance.
C.

   Lulu   
5/10/2014
 a aimé ce texte 
Un peu
Je ne connaissais pas "le poème justifié", maintenant je sais. Pourquoi pas jouer sur la forme. On le fait bien avec les calligrammes. Cependant, je ne suis guère touchée par le texte dont il m'a semblé lire des suites de mots clés, et, partant, j'ai eu le sentiment de lire des annonces immobilières... Certes, des annonces poétiques, avec de beaux passages ("jardin pleurant de fleurs", par exemple), mais des annonces tout de même. Cela tient au non respect de la syntaxe des phrases. Tout est décousu et ne me permet pas d'apprécier le poème tel que d'autres ont pu l'apprécier. L'anaphore "Maison" renforce cette impression d'annonces que j'évoquais plus haut.


Oniris Copyright © 2007-2018