Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Pluriels1 : Pluie soudaine
 Publié le 22/11/13  -  5 commentaires  -  628 caractères  -  175 lectures    Autres textes du même auteur


Pluie soudaine



Forces du jour menant l'ahan
D'un ciel présent à ses gris lourds
Pesante noce aux beaux velours
Jusqu'à l'horizon océan.


Fort chant des pluies momentanées,
Courant les vents fous aux lointains
D'un végétal adamantin,
Dans ce matin de randonnée.


Vague soudaine, une espérance
Gonfle le cœur, détonation,
Vers la lumière, en ovation
De tous ces bleus, ô fulgurance !


Les toits, tout près, sèchent leurs pleurs.
Aux murs luisent les sauve-vie.
Les lieux anciens reprennent vie,
D'un cri mouillé. S'ouvre une fleur.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
9/11/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ouah ! D'ordinaire, les poèmes "météo", si j'ose dire, ont tendance à me laisser froide, mais là dès les premiers vers j'ai été happée.
Je trouve que vous alternez avec bonheur mots simples (mais évocateurs, expressifs, ainsi les gris lourds, beaux velours et horizon océan : tout est dit) et mots un peu inattendus, décalés, qui donnent selon moi beaucoup de force, mettent en lumière les expressions simples et empêchent le ronron. Ainsi, au premier vers, de cet "ahan". Et j'adore absolument le végétal adamantin ! (Les vents fous, en revanche, sont un poil attendus pour moi.)

Le troisième quatrain est mon "moins préféré", si j'ose dire : "espérance", "ovation" et "fulgurance" (surtout agrémentée de son "ô") me semblent taper dans le registre "attention voilà de la poésie" ; jusqu'alors on était dans le concret, la description, et voilà de l'abstrait élevé, de grands sentiments... Pour moi, le décalage n'est pas bienvenu.
Le quatrième, en revanche, chapeau bas : avec cette image des toits qui sèchent leurs pleurs, encore une fois vous exprimez beaucoup en un vers formidable de raccourci ! Bravo aussi pour le "cri mouillé". La fleur qui s'ouvre est un tout petit peu facile à mon avis, mais clôt l'ensemble de manière apaisée, ce qui correspond bien à une fin d'averse : l'ambiance est là.

Au final, je dirai que, sans emphase, vous avez su très bien transmettre les impressions d'un instant. Un petit regret de ma part sur le troisième quatrain. Très bon rythme régulier d'octosyllabes naturels, qui correspond bien selon moi à la force sereine de la nature, toujours là, même pendant le moment d'apparent désordre de la pluie soudaine.

   Marite   
23/11/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Cette pluie m'a surprise par sa "lourdeur" dans les deux premières strophes. Les mots me donnent l'impression de se bousculer, mais c'est peut-être ce que produit, à l'oeil et à l'oreille, une "Pluie soudaine".
La poésie m'apparaît dans les deux dernières strophes et plus spécialement avec "les toits ... sèchent leurs pleurs ... " jusqu'à "s'ouvre une fleur"
Peut-être y a-t-il trop d'inversions à mon goût mais ceci est subjectif bien entendu..
Si j'ai trouvé les définitions des mots peu usuels "ahan" et adamantin" je n'arrive pas à comprendre ce que peuvent être les "sauve-vie" .

   hanternoz   
23/11/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup. Comme je randonne souvent en pointe finistérienne, et jamais très loin de l'humeur marine, je trouve en ce poème une description très juste, il me semble y être!
Seul bémol, première strophe, trois hiatus :
ahan : son a an

horizon océan son on o puis é an

A l'oreille ça fait beaucoup pour quatre vers.
cordialement
hz

   HELLIAN   
23/11/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Fort beau poème où l’évocation subtile des sensations lumineuses rend compte avec une pertinence étonnante de l'événement météorologique
en cause. Tout comme socque, je dois exprimer une petite réticence à l'endroit de la troisième strophe où le " ô fulgurance " me paraît affecté
et presque gênant, le terme"fulgurance" faisant pour moi parti des mots les plus difficiles à manipuler en poésie, a fortiori précédé de ce "ô" invocatoire.

Mais , il y là assurément une réelle qualité d'écriture poétique déjà remarquée dans le poème du berceau.

   jamesbebeart   
23/11/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très beau texte qui frappe par l'élégance du style et le choix judicieux des mots. Mérite vraiment qu'on s'y attarde !


Oniris Copyright © 2007-2018