Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Pluriels1 : Pour l'Amour du Sucre Panelle
 Publié le 11/04/09  -  9 commentaires  -  3134 caractères  -  114 lectures    Autres textes du même auteur

... Lorsque l'ivresse sur le Rhum-roi devient ivresse d'amour.


Pour l'Amour du Sucre Panelle



Dans la puissance des paumes le grain fragile des poudres de riz
le mistral des syllabes aux bouches traversières
et la craie nacrée des ongles à la gerbe en flûte du cou.

Ô la cicatrice succulente à l'orangé de l'étreinte du lambi !

Partance hors du doute au serein amoureux des réponses
déchirures de la sève à retenir le pouls des doigts
nous sommes dans l'allée des regards cavaliers et noués.

Toi ! En piment sur la pente émeraude des prunelles candies.

Patience des fourrures sur l'envers des plumes fixes
plus haut juste la richesse et le bruit plat du silence
à la mesure de l'œil un baiser sur l'écorce des échanges.

Folie ! Toute la portée en perceptible résonance du cri.

La légende des pourpriers dans la grandeur des paupières
ramassons les pastillages amarantes pour les langues sucrines
et le parchemin doux des jubis à l'écrasée des dents.

Ô vanille ! Confit des laines aux couvercles baissés des malles.

Montons d'un pas au cran cerclé d'opalescences des aubiers
bois cani sous les mousses violentes en métamorphose
la hautaine lumière pour la corolle et le délire de l'orchidée.

Ô le lait des cocos et la lampée bouclée des sirops !

La vanille du sucre panelle au baiser chaud du serin
dehors la berceuse palmée aux lances méchées de l'eau debout
et le bal des parfums en préambule dans la liqueur du sorbet.

Citron vert ! En virevolte le bel-é et le jonc au poignet.

Velouté du cœur-de-chauffe dans le fil bleu des veines
à l'étonné de la gorge l'autre baiser à l'intérieur
et le lit poudreux des cannes au fouet tors du lélé.

Hé cric ! Hé crac ! Le bec noir des carets à la lave des coraux.

Le fruit sapote limite l'élan et la danse des canamelles
sur les fonds blancs l'oursin pique le sable rituel
et des palmes anarchiques pleure le sang de l'ombre.

Ô baiser planteur ! L'eau du canari pour la moiteur du front.

Découpe alourdie du collier-chou à l'incliné miel de ton cou
pour le feu du regard le sel d’ambre de tes paupières
et le tit'cinq pou cent en seconde caresse aux lèvres.

Ô l'invite muscade ! Ô le flamboyant délice à la chair de ta bouche !

Zoom du vent dans l'oreille sur la hauteur du morne aux colibris
tes cheveux en madras font deux pointes sous l'alizé
et l'exposé de ta main m'attire en toute lucidité de ses doigts.

Ô ton désir en fruit juteux aux noces d'amour du sucre !

Marbre noir des fraîcheurs au pain brisé des sucrottes
où les pierres violines crachent les racines des figuiers
et ta peau en sueur nue - je t'aime - au parasol du raisinier.

Ô gommier rouge ! Nos deux passions accolées en morsure mancenille.

Ô corossol ! ô le fil blanc de ton bras sur le safran de mon épaule !

Ô l'ondulante ! ô la petite mort ! ô ta volupté au tout-sucré !



(Extrait de "Pays-Parfum" dans "Royaumes")


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   FIACRE   
11/4/2009
Perdition en métaphores océaniques, sahariennes, loukoums et fines langues de chat.
Le ou la récipiendaire ont dû avancer en coeur couronne(é) d'encens.

   Anonyme   
11/4/2009
???????????????

Sally (ahurie)

PS: Culture exotique que j'ignore. Au moins, ce sera l'occasion pour moi d'ouvrir un dictionnaire!
En tous cas, ton texte foisonne de saveurs, de couleurs et de sensations!

   xuanvincent   
11/4/2009
Ma première lecture s'apparente à celle de Sallymara : j'ai été vite noyée dans ces images (originales il m'a semblé mais longues et pas évidentes à saisir) et n'ai pas réussi à visualiser grand-chose.

Lors d'une deuxième lecture, l'importance des exclamations "Ô (...)", donnant il me semble un ton un peu solennel à ce poème, a retenu mon attention.
Ce poème, aux senteurs exotiques, m'a paru assez beau. L'ennui c'est que je n'ai pas saisi sa structure, sa signification.
Mais d'autres lecteurs pourront être plus sensibles à ces images, peu banales.

PS : Ce poème aurait-il donc été publié auparavant dans un recueil ?

   FABIO   
11/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Merci, moi qui ai été aux Antilles, j'avais l'impression d 'avoir fait un voyage de 5 minutes sans payer mon billet. Bon j'avouerai que certains mots ne sont pas a la porté de tous les lecteurs.
Enfin bon c'est de la poésie dans toute sa magnificence et comme le silence est d'or je vais me taire et retourner lire ce chef d'œuvre.

   FredericBruls   
11/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Pluriels, notre nouveau Saint John Perse !
Un lyrisme foisonnant. Il y a de la virtuosité verbale dans ton poème, pluriels, et beaucoup de musicalité.

   embellie   
12/4/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
C'est une déclaration d'amour d'un exotisme exubérant. Couleurs, saveurs, parfums fruités en abondance, mais un langage incompréhensible pour moi. Où l'on voit, me semble-t-il, que pléthore d'images peut nuire à l'expression poétique. Et puis, trop de mots ne figurant pas sur mon dico. Je regrette.

   mamae   
13/4/2009
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour,
Je trouve cette poésie truculente pleine de vigueur
s'y s'exprime une splendide évocation amoureuse avec gourmandise, un vrai feu d'artifice sensoriel et tropical !

"le mistral des syllabes aux bouches traversières"

"La vanille du sucre panelle au baiser chaud du serin
dehors la berceuse palmée aux lances méchées de l'eau debout
et le bal des parfums en préambule dans la liqueur du sorbet."

j'aime beaucoup aussi le rythme de l'écriture parsemée d'exclamatives "Folie ! Toute la portée en perceptible résonance du cri."

   David   
16/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Pluriels1,

Bravo, singulier pour le coup, j'aurais aimé en tomber de mon hamac !

   Marquisard   
12/10/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je relis, je relis... vais finir groupie inconditionnelle si je continue ^^


Oniris Copyright © 2007-2018