Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Pluriels1 : Spectaculaires
 Publié le 27/10/14  -  5 commentaires  -  1473 caractères  -  152 lectures    Autres textes du même auteur

… un monde de couleurs.


Spectaculaires



Musique d'aube au solitaire éclat du feu
Mordant la face nue des pierres gravées menthes
Où mousse le verdat au basalte des pentes,
Naissance à la lumière au lourd décor pulpeux.


Chant de l'infatigable harmonie du vivant
Élevant ses rondeurs de roches paresseuses
Au long sentier de sève où l'écorce pieuse
Se gonfle, halète et danse en concert enivrant.


Voluptueuse aubade en un fouillis de nœuds
D'où le lisse bambou au soleil bruit captif,
Aveugle soumission d'un îlot haut lascif
Hissé dans l'alizé compact et somptueux.


Un océan vainqueur englue la terre en vert,
Sans cesse canonnade ; une houle imparfaite
Jusqu'au lagon conquis joue la belle coquette
Où la vague des monts ploie ses eaux à l'envers.


Lait chaud, lac apparent des herbes chatouillées,
Magnificence où l'œil s'empale aux bleus azurs,
Monarques absolus, qui baignent les fruits mûrs,
Aux sucres vultueux, chaleurs agenouillées.


Un arbre en grand pavois règne en maître aux trésors
Lumineux des feuillées où rubis luit, seul fruit,
Un rouge tisserin. Limpide amour le bruit
D'une cascade au creux saint d'une mousse endort.


À l'intense du corps ondulant de la canne
Où l'amassant massif aux amazones fleurs
Voyage au gré des flots d'une immense chaleur
Le blanc ricanement d'un souffle sarbacane.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   David   
3/10/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Je devine au gré des vers une nature tropicale, ça ne vient pas aussitôt en lecture, mais le vocabulaire finit par l'éclairer un peu. La langue est bien particulière, comme dans une vision ancienne de la poésie où "les dieux s'expriment par la bouche des fous", on disait plutôt Oracle ou pythie je crois. Le poème tient sa longueur, mais sans qu'un passage me laisse une trace particulière, si c'est bien "tropical", ça garde aussi une part de l'impression d'étouffement qui accompagne je crois la luxuriance de ces endroits, plutôt les jungles ou les mangroves que les plages bien entendu.

Le dernier vers a quelque chose de menaçant néanmoins, le poème débutait sur un bucolique "Musique d’aube au solitaire éclat du feu" alors quand tout s'achève sur un "blanc ricanement" il reste une impression douce-amère, c'est peut-être aussi pour la saveur exotique...

   myndie   
8/10/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Quel bonheur ce poème !

D'abord un régal pour les oreilles, tant les sonorités sont belles, tant le rythme a la fluidité d'une caresse, tant les allitérations et assonances, judicieusement placées, chantent les images et les mouvements avec beaucoup d'à-propos. A peine le texte souffre t-il de cet « îlot haut » moins heureux à la prononciation.

Un plaisir pour les yeux aussi : on est saisi par la beauté intrinsèque de ces paysages. L'oeil est voluptueusement comblé par tant de couleurs et par une lumière qui semble infinie : alors l'esprit, porté par la musique des mots, ne cherche pas à pousser plus avant l'analyse et se laisse aller à la contemplation des tableaux, se laisse éblouir par la richesse des images et leur densité poétique :
« mordant la face nue des pierres gavées de menthe »
« un océan vainqueur englue la terre en vert
sans cesse canonnade une houle imparfaite »
le blanc ricanement d'un souffle sarbacane »

Voilà des visions du monde qui nourrissent une harmonie intérieure, sensitive et sensuelle.
J'ai adoré.

   Robot   
27/10/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une poésie évocatrice parcourt tout ce poème.
Je citerai entre autres passages que j'ai retenu:
"Un océan vainqueur englue la terre en vert,
Sans cesse canonnade ; une houle imparfaite
Jusqu'au lagon conquis joue la belle coquette
Où la vague des monts ploie ses eaux à l'envers.

Lait chaud, lac apparent des herbes chatouillées,
Magnificence où l'œil s'empale aux bleus azurs,
Monarques absolus, qui baignent les fruits mûrs,
Aux sucres vultueux, chaleurs agenouillées."
Une écriture particulière, un peu précieuse, comme d'un autre temps mais très visuelle et expressive.

   Marite   
27/10/2014
"Un arbre en grand pavois règne en maître aux trésors
Lumineux des feuillées..."
Voici l'expression qui me "parle" le plus. Sinon, je me suis perdue dans la profusion des images emmêlées et la multitude des précisions qualifiant ces "Spectaculaires" d'une nature très riche.
Un peu de difficulté à me représenter les "pierres gravées menthes" ou "Lait chaud, lac apparent des herbes chatouillées," ou "un rouge tisserin".
Cette abondance m'a un peu déroutée car le besoin de me représenter tout cela visuellement a neutralisé, en quelque sorte, l'émerveillement qui aurait pu m'envahir.

   Curwwod   
28/10/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

C'est un bien beau texte dont le rythme et la luxuriance soutiennent à merveille le propos. Evidemment très descriptif, il se veut aussi très musical et parvient à créer une vie intense dans ce paysage de rêve où tout semble animé d'une vie propre.
Je ne sais si vous avez vécu de tels lieux, mais on sent à cette manière de l'évoquer tout l'attachement que vous y portez.
Bravo, vraiment.


Oniris Copyright © 2007-2018