Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Pluriels1 : Sur la Rive Excessive
 Publié le 14/02/12  -  4 commentaires  -  914 caractères  -  148 lectures    Autres textes du même auteur

… Juste un instant de mots.


Sur la Rive Excessive



Pur engloutissement à la lisse des sens,
Haut sommeil au sommet d’une mort confondue,
Je bénis ce silence au bouleversant nu
Où le soleil explose à ta magnificence.


Premier signe observé, voulu de l’abandon,
Ce regard à traîner, dans l’attente de l’autre,
Vers l’éveil très puissant qui deviendra le nôtre,
Marche festivalière où nous nous confondons.


L’active plénitude élevée aux sommets
Où l’œil active en plein, naissance volontaire,
Là, la face inconnue partagée du mystère.
Ô Fraîcheurs ! Cri et chant, ô mon Instantanée !


Oriente, ô Renversée ! la courbe de nos corps
Où l’étreinte infinie ferme à tes yeux l’été,
Où le ciel flamboyant flambe à ce vin fêté
Et charme, fécond vol, le silence en décor.



(Extrait de "L'Avivement" dans "LES NUPTIAUX")


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Arielle   
30/1/2012
 a aimé ce texte 
Un peu
Une marche nuptiale chatoyante dans laquelle je regrette cependant plusieurs répétitions "sommet(s)", "silence", "active","le ciel flamboyant flambe" et la rime sommets-instantanée qui ne me paraît pas du niveau de l'ensemble.

L'auteur semble s'être laissé emporter par la griserie du langage plutôt que par la sensualité qu'il voulait exprimer. C'est du moins ce que je ressens et qui me prive de l'émotion que j'aurais pu ressentir à cette lecture.

   Jano   
14/2/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Une poésie grandiloquente qui n'est pas sans rappeler les envolées lyriques des romantiques du 19ème siècle. J'ai d'abord souri devant cette verve un peu désuète puis finalement, malgré les lourdeurs des répétitions, je me suis laissé emporter.
Disons que je trouve qu'il y a un bel élan, un rythme enlevé, malgré quelques vers pompeux ("L’active plénitude élevée aux sommets") et d'autres assez étranges dans leur construction ("Oriente, ô Renversée ! la courbe de nos corps").

   Charivari   
14/2/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour.
J'avoue que cette poésie m'a très peu touché, ceci dit, tout était dans le titre, "excessif"... Pour moi, toutes ces apostrophes, ces exclamations, cet aspect solennel et emphatique, ça m'a paru très artificiel. Il y a de belles images pourtant, comme "engloutissement à la lisse des sens" (jolies alitérations), mais je n'aime pas trop "l'éveil très puissant"... Quant au "ciel flamboyant qui flambe", ou encore "l'active plénitude où l'oeil active", j'ai un peu de mal à ne pas y voir de vraies maladresses.

   Anonyme   
13/3/2012
 a aimé ce texte 
Un peu
Il y a là du potentiel.
Personnellement, je n'aime pas les répétitions, ce qui, je le reconnais, est spécifiquement français (la poésie anglo-saxonne n'a pas cette réticence).
Je n'ai pas compris "à la lisse des sens" (ne serait-ce pas plutôt "dans la lice des sens"?


Oniris Copyright © 2007-2018