Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Pluriels1 : Tableau indien
 Publié le 16/02/11  -  8 commentaires  -  1180 caractères  -  134 lectures    Autres textes du même auteur

Rêveries sur un tableau/décor...


Tableau indien




Rose plus mort au cru des vases nés du noir
Forts fragments du soleil à l'éclat consumé
Et sur le gris de lin des ombres du boudoir
La brûlure inventive aux tussors des almées


Voyage en l'Inde aux yeux à un solo de cils
Où soierie aux seins luit aux corps révélés
Le lapis-lazuli qu'éveille aux bois brésils
Le choeur bleu cramoisi des robes du ballet


À l'arrondi des doigts l'émotion en silence
Invente un fleuve d'airs à des gongs mariés
Et le bijou de l'oeil fulgure en l'opulence
D'un khôl mis envoûtant d'un rire meurtrier


Ô bracelets ! au bras jaillissant d'un sārī
Arrondissement d'ors sur des perles glacées
Capture en l'immobile où l'oeil surenchérit
Sur l'ultime salut au Roi-Dieu tout pensers


Chatoiement peint du pli où l'élan le varie
Et je voudrais saisir une taille empourprée
Où le satin la ceint presque en effronterie
Et vivre en un coma, lent d'un rythme sacré






(Extrait de "À Côté" dans "AINSI LE MONDE")


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Arielle   
2/2/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une féérie chatoyante que j'ai pris plaisir à lire à haute voix. Pourtant la répétition, yeux et oeil dans les strophes 2,3,4 me gêne un peu et si j'aime particulièrement le troisième quatrain, son dernier vers demeure pour moi assez obscur. Une obscurité qui cependant n'ôte rien au charme et à l'élégance de l'ensemble.

   Chene   
16/2/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

J'apprécie l'ambiance particulièrement bien rendue de "cette danse" indienne grâce à la richesse du vocabulaire (tussors, almées, khôl, sārī, ...).

En revanche l'abondance répétée des "à", "aux" amoindrit la qualité et la variété du phrasé. C'est le point faible de ce poème.
Le "qu'éveille" porte une sonorité dure en décalage par rapport à la douceur des soieries et du satin.
De plus quelques imperfections orthographiques (les "e" dans "l'o", en particulier) montrent que l'auteur n'est pas allé au bout de la rigueur nécessaire, surtout quand on développe un vocabulaire précis et justifié dans le contexte géographique.
Dernière remarque, le poème n'est pas ponctué (un choix que je ne mets pas en cause) à l'exception du dernier vers... Manque de rigueur, également.
La métrique est impeccable, les rimes plutôt bonnes (sauf "révélés" / "ballet" : sons "é" et "ê").

Je terminerai sur un ressenti positif, il concerne la strophe que je préfère : la dernière pour ce qu'elle met en avant le charme sous lequel se trouve le spectateur de cette danse orientale.
Cordialement
Chene

Edit : je viens de me rendre compte à la relecture du poème et à sa publication, qu'il s'agit de vers justifiés. Bravo à l'auteur. La mise en page n'a-t-elle pas changé entre l'Espace Lecture et sa publication ce jour ?

   wancyrs   
11/2/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Pas sûr que je rêverais sur un tableau pareil, bien que les métaphores soient fortes et originales. Quelques maladresses :

D'un khôl mis envoûtant d'un rire meurtrier

"d'un" mis 2 fois dans ce vers, n'est-ce pas trop ? et puis, "mis envoûtant" ou bien "mi-envoûtant" ?

"arrondissement d'ors" ne fait pas beau entendre, et puis le même verbe en deux strophes qui se suivent...

Pas compris la première strophe, mais j'aime bien la dernière, malgré cette "Taille empourprée" qui me semble assez décalée.

   Pascal31   
17/2/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Euh, pardon, mais il n'y a que chez moi que la police de caractères choisie est quasiment illisible ?
J'ai un mal fou à déchiffrer ce poème !

EDIT : en zoomant, ça va mieux !! Et cela aurait été dommage car c'est un beau poème, aux images envoûtantes... Certaines rimes sont magnifiques à l'oreille, comme ce sublime "Voyage en l'Inde aux yeux à un solo de cils".
Par contre, deux remarques me viennent spontanément : D'abord, "arrondi" et "arrondissement" à 5 lignes d'intervalle, provoquent une répétition un peu lourde. Ensuite un vers que je n'ai pas bien saisi "Sur l'ultime salut au Roi-Dieu tout pensers" (quel est cet étrange "pensers" ?)
Malgré ces détails, un poème très imagé, qui m'a beaucoup plu.

EDIT #2 : Merci d'avoir changé la police ! C'est bien mieux ainsi.

   Anonyme   
17/2/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Pluriels1

Si j'en crois le titre, c'est un tableau qui t'a inspiré ce poème. Un voyage rêvé, donc.
Et quel beau voyage !
J'ai particulièrement aimé le premier quatrain, celui d'ailleurs que je comprends le moins. Pas à cause du vocabulaire, je me suis renseignée. Juste parce que les images gardent leur mystère, et il ne m'est pas nécessaire de comprendre pour apprécier.
La suite des quatrains ne m'a pas déçue, le rythme est là, les sonorités aussi. Et la rêverie se mue en véritable voyage, comme par enchantement. Voyage où l'on hésite entre l'indolence des danseuses et la douleur de n'y être qu'en songe.

J'ai bien remarqué les vers justifiés, qui, c'est dommage, ne peuvent s'apprécier qu'à la vue : une écoute éventuelle n'en laisserait rien. Il n'empêche, ça doit demander un fameux travail !

J'applaudis l'ensemble, superbe.

joceline

   Lunar-K   
17/2/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'avais voulu lire ce poème hier, mais il était totalement illisible. Heureusement, le problème est réglé aujourd'hui, ça aurait été vraiment dommage de le manquer.
J'aime beaucoup l'atmosphère, moite et lascive, qui s'en dégage. Un texte extrêmement sensitif, tellement qu'on peut ne pas bien comprendre le sens exact de certains vers (le premier déjà...) et pourtant en ressentir l'ambiance et la couleur.
Cela vient sans doute de cette minutie avec laquelle chaque mot semble avoir été choisi, et avec laquelle l'auteur semble les avoir ensuite ordonnés.
Léger bémol cependant : Bien que le texte soit tout à fait lisible sans ponctuation, je pense qu'il n'y perdrait rien, notamment au niveau du sens, à recevoir, ci et là, quelques points, des virgules, etc.

   zahra   
17/2/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Poème chatoyant, de belles images statiques invitant au rêve.
J'ai pensé à un tableau où les couleurs dessinent un corps de jeune indienne joignant les mains et posant sur le Roi-Dieu, un regard serein...
Merci pour cette escapade!

   jamesbebeart   
12/3/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Pluriels,

J'ai fait un rêve familier, étrange et pénétrant... celui d'écrire avec votre science et votre talent. La musique, encore la musique, un champ lexical somptueux. Une vraie merveille comme toujours chez vous !
JB


Oniris Copyright © 2007-2018