Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
poldutor : Nocturne sur la plage
 Publié le 03/12/19  -  14 commentaires  -  687 caractères  -  171 lectures    Autres textes du même auteur

Se laisser bercer dans la quiétude du soir...


Nocturne sur la plage



Des nuées sur la mer
Par une nuit d’été
Font au grand Jupiter
Un écrin velouté.

Le ressac sur la plage
Dans un friselis doux
Sur le sable propage
Des reflets fins et roux.

Parfois la brise infime
De son souffle léger
D’une caresse intime
Enlace les galets.

La senteur du varech
Répandue alentour
Assiège le cromlech
Semble en faire le tour.

Le sable en poudre fine
Si tendre sous les pas
Aux amours clandestines
Fait un lit d’apparat.

Moi je rêve en silence
Dans ce havre de paix
Où tout est indolence
Parfum et volupté.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
17/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
contemporain
la plage est à moi, toute entière, alors que la lune se fait lampe de chevet. Même les vagues sont en " veilleuse ", et viennent sagement compter les temps, entre deux souffles de vent et " moi je rêve en silence ".
NB un poème douceur qui nous dépose sur le sable fin, lit d'apparat pour rêveurs, pour amours clandestines avec pour seuls yeux épieurs, les étoiles du ciel de nuit.
la 3e strophe est pour moi la plus câline, et berce mon regard de vous lire.
pourquoi présentez-vous ce poème en " contemporain ", alors que ses hexasyllabes sont parfaitement " néo-classiques " ?
papipoète

   Gouelan   
20/11/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour,

D'abord la nature ; les nuées, le ressac, la brise, le varech, le sable et puis... Moi.

Un rêve enlacé, paisible.

Les vers courts s'harmonisent à cet envoûtement nocturne. Comme un souffle. Les mots effleurent comme cette brise sur la plage

Merci pour cet instant d'évasion

   Provencao   
20/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
" Parfum et volupté"

Que cette poésie est délicieuse avec cette vocation à nous émerveiller en cette vérité de l'existence.

Belle temporalité dans la beauté, avec ce délicat touchant l'indicible du nocturne sur la plage qui émeut et parfois nous dépasse.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Castelmore   
21/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Nocturne... en mode mineur ... comme du Chopin sous les doigts experts d’Arthur Rubinstein.
Tout est propice au rêves doux, délicats ...

L’auteur nous y conduit avec maestria

Un poème réussi sur un thème rabattu dont il ardu de traiter après tant d’autres !

Bravo

Un bémol... le dernier vers ... « calme et volupté » est tellement dans dans nos oreilles que vous auriez peut-être dû vous en éloigner ...

   Gabrielle   
22/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une invitation à l'indolence...

Ce texte offre au lecteur la quiétude d'une escapade dans un monde de douceur et de volupté.

Le lecteur se laisse bercer au fil de la plume par les sensations présentes en cet instant choisi qui met à l'honneur rêverie et détente.

Un très agréable moment de lecture.



Gabrielle

   Michel64   
22/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Assiège le cromlech
Semble en faire le tour."

Mis à part ces deux vers qui me paraissent moins heureux que le reste et peut-être ce "fins et roux" qui vient moins bien en bouche, j'ai aimé me balader sur cette plage dans la douceur d'une nuit d'été.

"Parfois la brise infime
De son souffle léger
D’une caresse intime
Enlace les galets."

C'est beau.

Merci pour le partage

Michel64 (en EL)

   Annick   
3/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
La douceur veloutée, le frissonnement délicat du paysage deviennent, au fil des vers, une invitation plus intime, plus voluptueuse :

D’une caresse intime
Enlace les galets.

Assiège le cromlech
Semble en faire le tour.

Le sable en poudre fine
Si tendre sous les pas
Aux amours clandestines
Fait un lit d’apparat.

Tout y est aérien, éthéré, les mouvements de la nature (le ressac, la brise, la senteur du varech) sont empreints de sensualité.

Point de personnage, seulement une évocation fugitive, indirecte :

Le sable en poudre fine
Si tendre sous les pas
Aux amours clandestines
Fait un lit d’apparat.

Voilà un paysage miroir de l'âme éprise, qui se dévoile comme une invitation destinée "aux amours clandestines".

Des vers courts que l'on suit comme un sillage aux effluves légers "Où tout est indolence parfum et volupté".

Un bien joli poème !

   ANIMAL   
3/12/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Douceur, légèreté, grâce et harmonie caractérisent ce poème tout en délicatesse.

Les mots sont posés comme des touches de pinceau sur la palette de la nature : nuées, écrin, ressac, friselis, brise, souffle, galets, varech, sable. Quand aux verbes employés tout au long du texte, ils se résument à merveille dans les trois dernier vers :

"Dans ce havre de paix
Où tout est indolence
Parfum et volupté"

Je serai en peine de choisir un vers préféré car chacun a ses qualités et s'intègre dans le tout. Néanmoins, j'ai un faible pour les strophes 2, 3 5 et 6 qui sont d'un charme tendre et serein.

Sur la forme, le poème est équilibré et très musical. Chaque image apporte sa pierre à la construction de ce splendide paysage maritime. Petit détail, le mot "assiège" qui fait un peu guerrier dans ce décor pacifié pourrait avantageusement être remplacé par *enrobe".

Bravo pour le romantisme porté par ce nocturne sur la plage.

   Davide   
3/12/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour poldutor,

Le doux balancement des vers invite à la rêverie de ce "Nocturne" en bord de mer. Une petite couleur baudelairienne encense le dernier quatrain où le narrateur apparaît : "tout est indolence / Parfum et volupté." Cela dit, je ne sais pas si le mot "Parfum" est le mieux choisi. Pourquoi pas "douceur" ?

Les adjectifs sont évocateurs du calme étreignant le paysage maritime nocturne ("velouté, "doux", "fins"/"fine" (dommage pour la répétition), "infime", "léger", "intime"...) et de belles images attirent l'œil ("D’une caresse intime / Enlace les galets" ou encore "Aux amours clandestines / Fait un lit d’apparat").

J'ai tiqué sur la rime "alentour"/"tour" (puisque les mots sont de la même famille), sur quelques pléonasmes ("friselis doux" et "brise infime"/"souffle léger") ainsi que sur les vers "Font au grand Jupiter" (car l'inversion sonne mal, je trouve) et "Assiège le cromlech" (où la rime en [ech] est tout sauf légère et veloutée).

Même si le poème aurait mérité un surcroît d'attention, la promenade à laquelle il m'a invité a été des plus agréables et des plus poétiques !

   Eclaircie   
4/12/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Poldutor,

Beaucoup de douceur dans ce poème.
Le descriptif mêlé au ressenti du narrateur.
Un paysage de Bretagne calment observé et décrit.
J'aime beaucoup :
"D’une caresse intime
Enlace les galets." évoquant les sens en éveil, la sensualité ne s'exprimant pas seulement entre les êtres mais aussi entre les éléments.

Le quatrain final résonne moins harmonieusement (par le sens) à mes yeux, l'ensemble est agréable.
Merci du partage

Éclaircie

   troupi   
4/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une lecture agréable pour démarrer la journée en douceur.
On imagine facilement la scène évoquée par des vers courts et bien rythmés.
De belles images "la brise enlace les galets d'une caresse intime"
"Moi je rêve en silence
Dans ce havre de paix
Où tout est indolence
Parfum et volupté." Beau final qui donne envie d'aller méditer sur la plage ou ailleurs mais surtout tranquille.

   hersen   
4/12/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est une belle lecture d'un bel endroit que l'on imagine bien... en été !

Bravo pour la rime varech/cromlech ! :))) qui, je ne sais si tu l'as voulu, mais situe la plage.

Tout y est de ta petite plage, du sable à la brise... peut-être me manque-t-il une petite touche, une façon plus personnelle avec des mots uniquement à toi pour dire cette plage. La dernière strophe, très belle, va dans ce sens;

Merci pour la lecture !

   Alfin   
5/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quelle musique, quelle lisibilité sans heurts, c'est fluide et léger.

"Des reflets fins et roux." par le corail mêlé au sable j'imagine ?

Merci pour ces senteurs marines douces !

   Pouet   
5/12/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bjr,

Quand l'indolence remplace le calme, le parfum le luxe et que demeure la volupté...

J'ai bien aimé lire ce poème bien rythmé.

Bien aimé les sonorités "hors rimes", cette "poudre fine" faisant écho à la "brise infime" par exemple.

Bien vu aussi de placer ce cromlech...

Agréable.


Oniris Copyright © 2007-2019