Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
potame : Ma carte de visite
 Publié le 25/08/09  -  8 commentaires  -  1330 caractères  -  81 lectures    Autres textes du même auteur

Recherche d'identité.


Ma carte de visite



Je devrais faire imprimer des cartes de visite
Comme le demande la coutume
Afin d’envoyer mes remerciements
Mes félicitations
Mes vœux les plus… sincères
Comme le demande la coutume
Mais par une étrange infortune
On n’invente pas une carte de visite

La mienne je l’ai perdue bien avant ma naissance

Pourtant quelqu’un un jour me fit don de son nom
Oh… pas pour bien longtemps
Quelques années seulement
Et je l’ai perdue à nouveau

Perdue par la bouche des gens bien pensant
Par le cœur de mon donneur
Par l’esprit d’un monde sans fleurs
N’écoutant que des mots
Regardant derrière les rideaux
Oubliant le chant des oiseaux
Oubliant de contempler un arc-en-ciel

Alors comment voulez-vous
Que j’écrive mon nom
Sur un morceau de carton blanc ?
Trouver un nouveau farceur
Qui me reprendra son prêt
En même temps que son cœur ?

Allons, voyons, vous les gens
Genres pharisiens,
Avez-vous trouvé dans votre sac à malices,
Le bon moyen ?

Moi je sais ! Dans quelque temps
Je signerai mon acte de naissance
Prouvant ainsi ma présence
Et toutes mes intentions tendres.
Je l’inscrirai dans la paume de ma main
À titre posthume.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   brabant   
25/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Absolument charmant!
Frais, inattendu, innovant!
Poésie guillerette qui allie fantaisie et bonne humeur sur un petit rien, la carte de visite, qui renvoie à un grand tout, l'identité!
J'ai adoré ce texte aux allures de Brassens, aux allures de chanson, qui devient coquin, pour se terminer gravement.
Belle leçon de vie, tendre leçon de morale.

   Anonyme   
25/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,

j'ai trouvé ton texte très intéressant, masquant sous une certaine légèreté sautillante une vraie gravité et même, une certaine amertume. La souffrance et la rage contenue du narrateur sont palpables sous les mots presque naïfs.
Mais justement, et ce n'est que mon avis, quand cette amertume se fait jour plus concrètement, je trouve que le texte perd de sa saveur et de son charme. Les questions jetées comme des invectives rompent à mon sens la cohésion de l'ensemble. Je suppose que c'est voulu, mais je pense que ce n'était pas le bon choix, dans ce cadre-là en tout cas où la dénonciation de ses difficultés sur un ton chantonnant me parait plus adaptée. D'ailleurs, tu y reviens dans la dernière strophe et cette contradiction avec une écriture d'apparence désinvolte et la gravité de ce qui est dit donne là, selon moi, toute sa mesure à ton propos et toute la profondeur qu'il mérite.
Mais ce n'est, je le rappelle, que mon opinion et je n'ai aucune compétence particulière.
Je te relirai avec plaisir.
Bonne continuation

   jaimme   
25/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Poésie douce amère. Plus amère que douce.
Peu de poésie en fait. Mais ça ne m'a pas gêné. Le propos était tellement important.
Le nom n'est que le prétexte.
Je ne peux pas dire que j'ai aimé, ce serait inconvenant. Je dirai que j'ai été touché.
L'amertume a donné une version. Le temps en donnera peut-être une autre plus... distanciée et plus souriante.
Merci.

   Anonyme   
25/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup ce poème.

Il y a ici ce mélange de fraîcheur et de profondeur, de légèreté et de gravité qu'on trouve chez Prévert (oui, j'ose la comparaison).

L'air de rien, le message est plus profond qu'il n'y paraît : l'identité, comment être soi sans l'être à travers un autre, l'abandon...

L'exercice est pour moi très réussi, je dis bravo et merci.

   FABIO   
25/8/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
si le thème m'a interpellé le style lui, pas du tout .
Très peu de poésie, une forme très parlée qui casse le charme
j'ai plus lu une rédaction qu' un réel poème.

reprendra, regardant, oubliant (2 fois dans le même vers...)
non vraiment pas sous le charme désolé.
Cela n'est que mon avis bonne continuation

   Marite   
27/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J’ai lu et relu ces vers libres sans y trouver d’abord de poésie. Aujourd’hui, en les relisant, car je ne sais pourquoi il fallait que j’y revienne, je comprends qu’il doit être dit à voix haute, et alors, imaginant l’auteur, seul, sur une scène, disant son poème, j’ai tout entendu et tout compris. Il m’est aussi facile d’imaginer le silence attentif et l’émotion qui traverserait les spectateurs. La forme convient parfaitement au fond, tout est dit. Bravo Potame.

   David   
5/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Potame,

Il y a du "Rendre son tablier" dans cette "Carte de visite", ça sert à visiter, mais bon, il est d'autres lieux, de néant ou de moindre protocole qu'ici-bas. Cette image est un peu tordue, une carte de visite ne sert pas à envoyer des voeux, félicitations ou remerciements, c'est quelque chose qu'on laisse pour information, derrière soi. Dans ce sens la fin du poème est bien plus percutante.

Il y a ce passage :

"Pourtant quelqu’un un jour me fit don de son nom"

Je trouve cela maladroit dans un poème.

   Anonyme   
13/5/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Comment ne pas être sensible à ce discours fort bien écrit, j'ai parcouru ce texte avec beaucoup d'attention, mot après mot, il dresse toute la difficulté d'être "Sans Nom", tout ce que cela implique en soi.

J'aime comme vous nous amenez par le biais "des cartes de visite" à cette bien fâcheuse problématique, vous l'abordez sur le ton de l'humour, parce que comme on dit parfois "il faut mieux en rire qu'en pleurer".

Très beau texte qui m'est parlant, je disais souvent j'ai juste un prénom, mais aujourd'hui je suis réconcilier avec le nom que je porte, le temps a fait son œuvre.

Je retiendrai de votre écrit :

"Alors comment voulez-vous
Que j’écrive mon nom
Sur un morceau de carton blanc ?
Trouver un nouveau farceur
Qui me reprendra son prêt
En même temps que son cœur ?"


Oniris Copyright © 2007-2020